×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fret maritime: Casablanca perd du terrain

Par L'Economiste | Edition N°:4174 Le 18/12/2013 | Partager
Le trafic conteneurs, en baisse de 4,3% à fin octobre
Le port souffre de la montée en puissance de TangerMed

Source: ANP
Après le repli, les importations des hydrocarbures et produits énergétiques ont rebondi à la hausse pour totaliser 14,9 millions de tonnes. En revanche, les phosphates et dérivés restent sur un trend baissier

Quasi-stagnation du trafic portuaire à fin octobre dernier. La situation reflète le recul du commerce extérieur sur la période. Selon les données de l’Agence nationale des ports (ANP), le volume du trafic domestique (import/export) a atteint 63,3 millions de tonnes sur les dix premiers mois de l’année. Un chiffre sensiblement identique à celui réalisé à la même période de 2012. Porté par le dynamisme de transbordement (+43%) à TangerMed, le trafic global s’est inscrit en hausse de 11,4% à 83,9 millions de tonnes. Ce port capte même une part importante du trafic national des conteneurs jadis traité par d’autres ports. Casablanca souffre particulièrement de cette montée en puissance de TangerMed. Le trafic conteneurs à Casa Port est en recul de 4,3%. Cependant, TangerMed a amélioré son trafic domestique des boîtes de 15,4%.
Au total, les ports gérés par l’ANP ont enregistré un volume global d’environ 57,1 millions de tonnes, en baisse de 2,3%. La situation s’explique par la contraction de 5,2% des exportations et de 2% des exportations.
Au niveau des sorties, les plus fortes baisses ayant été enregistrées par les phosphates et dérivés: 4,6% en moyenne. Dans le détail, le phosphate brut a marqué un recul de 2,7% à 7,7 millions de tonnes. Les engrais ont également vu leur volume régressé de plus de 19%. En revanche, les expéditions de l’acide phosphorique se sont appréciées de 6,7% à 3,1 millions de tonnes alors que celles du soufre ont légèrement augmenté de 0,9%. 
A l’import, le trafic des hydrocarbures a marqué un bond de 15,6% à 14,9 millions de tonnes. C’est aussi le trafic transitant par le port de TangerMed qui est à l’origine de la hausse: 1,9 million de tonnes. Le rebond de cette activité à Tanger s’explique, pour l’essentiel, par l’importation du Fuel oil et du Marine gaz oil, utilisés pour le soutage des navires. Mais aussi par l’acquisition des produits finis pétroliers. 
S’agissant des ports gérés par l’ANP, ils ont enregistré un volume de 13 millions de tonnes, en hausse de 3,7%. Hausse, qui a surtout profité aux ports de Mohammedia et d’Agadir alors que Jorf Lasfar a vu son trafic diminué de près de 10%.
En ce qui concerne les importations du charbon, elles se sont élevées à 4,8 millions de tonnes à fin octobre 2013, en régression de 4% par rapport à la même période de l’année écoulée. Cette baisse s’explique notamment par le recul de la production et de la consommation à fin août dernier. 
La même tendance à la baisse est relevée pour ce qui est des importations des céréales. Elles ont porté sur 4 millions de tonnes à fin octobre dernier, marquant ainsi une chute de 24,4% en comparaison avec la même période de 2012. Une baisse généralisée à l’ensemble des ports céréaliers mais plus accentuée pour Casablanca qui draine les deux tiers des importations des céréales.

2,9 millions de boîtes traitées

L’activité globale des conteneurs s’est chiffrée à fin octobre 2013 à 2,9 millions d’équivalents vingt pieds (EVP) sur les dix premiers mois de 2013. Un chiffre en hausse de plus de  26% par rapport à la même période de l’année précédente. Ce rebond résulte pour l’essentiel du transbordement qui a porté sur plus de 2 millions d’EVP contre 1,4 million pour le trafic national. Ce dernier volume qui s’inscrit en baisse de 1,6% englobe une part de TangerMed qui a marqué une hausse de 15,4%. C’est le résultat de lignes maritimes de long courrier reliant notamment le détroit aux Etats-Unis et le Canada. En revanche, le transport international routier qui transitait autrefois par le port de Tanger ville accuse une stagnation au profit du transbordement. Là aussi, c’est TangerMed qui en accapare l’essentiel: 150.000 unités sur un total de 158.160.

A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc