×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Oriental: La gendarmerie à l’assaut des contrebandiers

Par L'Economiste | Edition N°:3934 Le 21/12/2012 | Partager
Les matériaux de construction font aussi partie des produits saisis
Les personnes arrêtées sont jugées pour infraction fiscale, une peine non dissuasive

Ce véhicule est aménagé pour transporter la contrebande de ronds à béton. Il porte, dans ce cas de figure, 1,6 tonne de ce matériau.

La lutte contre les retombées négatives de la contrebande sur l’économie nationale est du ressort des Forces armées royales, les forces auxiliaires et la douane au niveau des frontières, la police se charge des centres urbains alors que la Gendarmerie royale est active au niveau de la campagne et centres ruraux. En parallèle, certaines opérations accomplies, suite à des investigations préalables, sont réalisées en étroite collaboration de l’ensemble de ces services. Les saisies réalisées et le nombre d’interventions au cours de 2012 ont enregistré une nette progression par rapport à 2011. À elles seules, les différentes brigades du Commandement régional de la Gendarmerie royale d'Oujda, ont ratissé large avec + 18% de voitures saisies par rapport à 2011. Au fait, 608 véhicules (dont 35 camions) ont été neutralisés, transportant 600 tonnes de carburant (un record), 134 042 boissons alcoolisées, 128 857 paquets de cigarettes, 17 tonnes 441 kg de Chira et 9.077 unités de bonneterie. Dans le sillage 88 personnes (dont trois Algériens) ont été arrêtées ainsi que 2340 Subsahariens victimes de passeurs de frontières ou arrivant aux frontières maroco-algériennes de leur propre gré. Et puisque tous les «moyens de transport» sont bons pour les contrebandiers quelque 500 ânes chargés de différents articles de contrebande ont été appréhendés.
Constat aussi accablant pour les matériaux de construction qui n’échappent pas à la contrebande et qui portent préjudice à l’économie nationale. La sidérurgie et la production de l’usine de Sonasid, qui se trouve à Salouane, est concurrencée par les ronds à béton d’acier nervurés de différents diamètres. Il suffit de rappeler à ce sujet que 12,5 tonnes de ronds à béton, entreposés dans un enclos à quelques kilomètres de Bni Drar (20 km au Nord Est d’ Oujda) ont été saisis, il y’a une semaine. «Les investigations sont menées sous le contrôle du parquet général d’Oujda en vue de mettre en lumière les ramifications de cette filière dont bon nombre d’acteurs identifiés sont activement recherchés» précise-t-on auprès du service spécial de lutte contre la contrebande des matériaux ferreux de construction au niveau de la brigade territoriale de la Gendarmerie royale de Bni Drar. La même semaine, une patrouille de contrôle, menée dans le cadre de la lutte contre la contrebande de ronds à béton, s'est soldée par la saisie de 1,6 tonne de ce matériau transportée dans un véhicule spécialement aménagé pour la circonstance. Un coup de filet mené dans l’optique de protéger l’industrie métallurgique nationale de toute concurrence déloyale. Ceci dit, les personnes arrêtées dans le cadre de cette lutte sont jugées selon les critères d’infractions fiscales. De surcroit, elles sont relâchées une fois qu’elles ont payé leurs amendes. Condamnation qui ne contribue pas à l’éradication de ce phénomène.

De notre correspondant, Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc