×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

France: Les TPE/PME auront leur banque

Par L'Economiste | Edition N°:3934 Le 21/12/2012 | Partager
La banque publique d’investissement fonctionnelle en 2013
Cofinancée par l’Etat et la Caisse des dépôts
Garanties de financement, investissements et innovation

Relancer l’économie en relançant l’entrepreneuriat, et notamment les TPE et les PME, qui sont un levier de croissance longue durée avéré. Telle est la promesse électorale de François Hollande, qui se concrétise via la mise en marche de la Banque publique d’investissement française

LES entreprises françaises auront bientôt droit à leur propre catalyseur d’innovation. La banque publique d’investissement, BPI France, est à deux doigts de voir le jour. Nicolas Dufourcq, qui est pressenti à la tête de cette institution, a publiquement déclaré qu’elle devra être fonctionnelle dès janvier 2013. Elle sera cofinancée par l’Etat et par la Caisse des dépôts. Il s’agit là de la concrétisation d’une promesse phare de François Hollande, qui était en tête de ses soixante promesses électorales. Ce nouvel outil a pour mission de redresser l’économie du pays, dans le cadre du pacte de productivité. Pour l’heure, la BPI France dispose d’un budget de 500.000 euros pour travailler sur ses activités stratégiques.
Dufourcq prévoit le préfinancement du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (qui devrait rapporter 2 milliards d’euros à l’économie française), et le préfinancement du crédit de trésorerie (qui peut s’avérer vital pour les TPE et les PME), dès le mois prochain.
Concrètement, la BPI France correspond à un milliard d’euros de revenus, qui devront s’ajouter à toutes les ressources et facilités déjà disponibles. La moitié de cette somme sera consacrée aux prêts, et l’autre moitié aux investissements en fonds propres. Cela correspond à une progression de 15% pour les crédits, et de 10% pour les investissements, et en un an.
Avec les garanties et financement et les investissements en fonds propres, la banque publique d’investissement a un troisième axe stratégique, à savoir l’innovation. D’ailleurs, chaque entité BPI France régionale sera dotée d’un directeur et de trois collaborateurs chargés de superviser ces trois activités.
Pour autant, la BPI France ne sera pas en compétition avec les banques traditionnelles. D’une part, elle ne peut pas se le permettre pour des raisons de solvabilité, et d’autre part, son modèle stratégique ne le lui permet pas. En effet, cette banque publique raisonne en termes de cofinancement, et jamais en termes de crédit «sec». Il s’agit au contraire d’accompagner les TPE et les PME dans une démarche pragmatique, de les aider à structurer leurs besoins et d’essayer d’y répondre. Pour cela, chaque région sera dotée d’une plateforme sur mesure.

Nicolas Dufourcq, DG de BPI France

Nicolas Dufourcq, qui va diriger la Banque publique d’investissement (BPI), a dû quitter pour l’occasion le groupe français de conseil de services informatiques Capgemini, où il occupait la fonction de directeur financier. Il sera remplacé par Aiman Ezzat, dans un processus de promotion en interne, renforcé par 20 ans d’expérience au sein du groupe.
Nicolas Dufourcq a un long CV, dans lequel est inscrit un passage à l’inspection des finances, ou encore la direction de Wanadoo, la filiale multimédia de France Télécom.

Rime AIT EL HAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc