×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique Internationale

Syrie: L’Occident durcit le ton

Par L'Economiste | Edition N°:3795 Le 31/05/2012 | Partager
Les représentants diplomatiques syriens expulsés
Les USA et le Qatar bloquent leur système financier

LA folie meurtrière du régime syrien bientôt stoppée? De nouvelles décisions sévères pourraient être prises par bon nombre de pays occidentaux, telles que la planification d’une intervention militaire sur le terrain. Une éventualité qui a été évoquée par la France. Le président français François Hollande a déclaré en effet qu’une intervention armée respectant le droit international était envisagée. D’autres pays pourraient également opter pour cette solution radicale, mais à condition que l’ONU leur emboîte le pas et que le Conseil de Sécurité donne son accord pour l’envoi de troupes sur le terrain. Un pari pas gagné d’avance, étant donné que la Russie et la Chine se sont opposées jusqu’à présent à toute intervention de l’ONU sur le terrain en imposant leur véto au Conseil. D’autant plus que Moscou a qualifié de «prématuré» toute nouvelle action de l’ONU.
Quoi qu’il en soit, les pays occidentaux ont déjà pris des mesures concrètes visant à sanctionner le régime syrien. Bon nombre de ces pays, tels que la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Italie, la Bulgarie, les Etats-Unis ou encore le Canada ont ainsi renvoyé les représentants diplomatiques syriens de leur capitale. Une expulsion qui a été bien saluée par le Conseil National Syrien (CNS), principal groupe représentant l’opposition. La presse syrienne a néanmoins largement critiquée la décision des occidentaux, la qualifiant d’«hystérique» et de «discours de guerre». Par ailleurs, une réunion des «amis du peuple syrien», prévue à Paris début juillet, permettra aux pays en question de décider de la prise de nouvelles sanctions.  Autre sanction prise et non des moindres, les Etats-Unis et le Qatar ont déclaré mercredi bloquer l’accès de leur système financier à une importante banque syrienne, la Syria International Islamic Bank. Une décision qui accroîtra davantage la pression économique sur le régime syrien.
Mais le temps presse. Les violences s’intensifient ces derniers jours en Syrie. De violents combats entre l’armée et les rebelles ont fait dix nouvelles victimes d’après l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), au lendemain d’un massacre au cours duquel plus de 98 syriens ont trouvé la mort.


K. A.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc