×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Evénement

Chambre de Commerce de Casablanca
Clash entre les membres

Par L'Economiste | Edition N°:3795 Le 31/05/2012 | Partager
Les démissionnaires réclament une assemblée générale extraordinaire
Les élus contestent la gestion «unilatérale» du président
Le ministère de tutelle reçoit les présidents des CCIS le 7 juin

En organisant une foire commerciale dédiée à l’artisanat, la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Casablanca n’est-elle pas en train d’empiéter sur les prérogatives de la Chambre d’artisanat?

LA situation s’envenime à la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services (CCIS) de Casablanca. Une trentaine de membres viennent de saisir Hassan El Berkani, président. Dans leur lettre, déposée au bureau du patron de la Chambre, avec décharge, les signataires réclament d’urgence la tenue d’une assemblée générale extraordinaire. A l’ordre du jour, l’examen d’un certain nombre de décisions jugées «illégales». «Selon l’article 10 des statuts de la Chambre de commerce, il suffit de réunir la signature du tiers des membres élus pour provoquer une assemblée générale extraordinaire (AGE). Ce qui est largement dépassé», affirme Rachid Bouamara, président de la Commission des relations internationales. La liste, dont L’Economiste détient copie, comporte d’ailleurs le nom de 30 signataires. Les contestataires veulent que le président s’explique sur des décisions, «prises sans obtenir l’aval des membres de la Chambre comme le prévoit la loi». Il s’agit notamment de la création de la Chambre de commerce mixte maroco-libyenne, de l’Union des Chambres Economiques du Maghreb Arabe (UCEMA). Mais ce qui constitue une aberration aux yeux des membres élus de la Chambre, c’est l’organisation du 10 au 17 mai d’une foire commerciale dédiée à l’artisanat. Or, ce genre d’événement relève plutôt des prérogatives de la Chambre de l’artisanat de la métropole. Une institution qui connaît actuellement une profonde crise.
«De nombreuses décisions sont prises de manière unilatérale par le président, sans aviser les 12 membres du bureau, notamment les vice-présidents, le secrétaire général adjoint, les assesseurs… Or, cela constitue une infraction flagrante par rapport à la loi», rappelle Bouamara. La balle est maintenant dans le camp du président de la Chambre. Il est aujourd’hui tenu de fixer une date pour la tenue de l’assemblée générale extraordinaire.
Rappelons que depuis mai 2011, la Chambre de commerce de Casablanca fait face à une situation pour le moins inédite. Les membres du bureau ont claqué la porte. «Etant élus pour un mandat de trois ans, nous avons démissionné uniquement de nos postes de responsabilité», explique Bouamara. En clair, ils continuent d’occuper leur fonction à titre d’élus, sans prendre part aux décisions de la Chambre. Les démissionnaires reprochaient au président «sa gestion unilatérale des affaires de la Chambre de commerce, la mise de côté des plans d’action des commissions transversales…». En cause également, «l’attribution d’une subvention annuelle de 450.000 DH à Cecogec». En contrepartie, le Centre Consulaire de Gestion et de Comptabilité de Casablanca (Cecogec) «agréé» offre des services de comptabilité aux membres, personnes physiques et morales, de la Chambre de commerce. Or, selon Bouamara, la CCIS ne devrait plus verser de subvention à ce cabinet censé voler de ses propres ailes. En fait, les Centres de Gestion et de Comptabilité Agréés, créés auprès des Chambres de commerce, restent une initiative louable. Ils avaient pour mission de s’occuper de la comptabilité des entreprises, personnes physiques ou morales, membres des CCIS et de drainer le secteur de l’informel vers plus de transparence. Or, ce dispositif n’a pas eu le succès escompté. Du coup, le volume de dossiers traités ne génère pas suffisamment de recettes pour assurer l’autonomie financière des centres. «Les CCIS ne sont pas censées subventionner ces centres ad vitam aeternam», explique Driss Houat, président de la Fédération des CCIS. D’ailleurs ce point, ainsi que celui des statuts, des listes électorales et des élections sont inscrits à l’ordre du jour de la réunion qui aura lieu entre les présidents des CCIS et Abdelkader Amara, ministre de tutelle.

Imbroglio

Voilà  un an que Hassan El Berkani, président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Casablanca, est seul maître à bord. Pour combien de temps encore? Selon les statuts actuels des Chambres de commerce, l’ensemble des chambres devraient organiser des élections pour le renouvellement des membres des bureaux, élus pour un mandat de trois ans. L’échéance est théoriquement prévue pour juillet ou août prochain. Or, les nouveaux statuts, en discussion actuellement au Parlement, prévoient un délai de 6 ans au lieu de 3 ans actuellement. Un calendrier calqué sur celui des autres chambres professionnelles. Du coup, étant donné que les élections générales seront reportées, il est inconcevable d’organiser des élections dans les CCIS pour quelques mois seulement. Les présidents attendent la publication imminente d’un arrêté ministériel sur le report du processus électoral relatif au renouvellement du bureau des CCIS.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc