×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

3e Assises de l’agriculture
Maroc vert, bilan d’étape

Par L'Economiste | Edition N°:3262 Le 26/04/2010 | Partager

. Les professionnels invités aux débats ce mardi à Meknès. Croissance, sécurité alimentaire, indépendance énergétique…au programme L’AGRICULTURE est au cœur de tous les défis du Royaume: croissance, sécurité alimentaire, développement durable, indépendance énergétique. Le pays, sur la base des orientations dégagées par le plan Maroc vert s’est doté d’une stratégie offensive pour répondre à ces défis. Ainsi, les troisièmes Assises de l’agriculture, prévues ce mardi 27 avril, à Meknès, à la veille du Siam, sont placées sous le thème du développement durable. Elles ont pour objectif de définir les contours d’une politique agricole renouvelée, de préparer la position marocaine sur le «bilan de santé» et d’adapter l’ensemble des dispositifs accompagnant le développement de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’agro-industrie. Pour ce dernier volet, le gouvernement a annoncé récemment la création de deux nouvelles zones franches d’exportation à Dakhla et Laâyoune. Ces zones seront spécialisées dans les industries agroalimentaires et tout spécialement le traitement et la transformation des produits agricoles et les produits de la mer ainsi que les activités de congélation.Lors de ces assises, les professionnels et les responsables gouvernementaux se réuniront en conclave dans la cité ismaïlienne pour débattre notamment de l’état d’avancement du plan «Maroc vert», lancé en 2008. Le bilan du secteur et la régionalisation agricole dans le cadre de ce plan seront également parmi les points importants qui marqueront les débats lors de ces assises. Cette rencontre, d’une importance primordiale, est de nature à traduire la dynamique que connaît actuellement le secteur de l’agriculture au Maroc. Mais surtout une occasion d’installer une stratégie de veille et des plans d’urgence pour contrecarrer l’impact des intempéries. Rappelons que les Assises de l’agriculture, dans leurs premières éditions, avaient été marquées par le lancement du plan Maroc vert, visant à définir les contours d’une nouvelle vision de l’agriculture, et puis l’annonce d’une production record de céréales. Aujourd’hui, et de l’avis de bon nombre d’agriculteurs, le Maroc est appelé à définir de nouveaux mécanismes de gestion des marchés agricoles permettant aux agriculteurs de mieux vivre du prix de leur produit. Il faudra également localiser dans les territoires une activité agricole de production en réorientant les aides découplées actuelles, garantir une relation plus équilibrée au sein des filières en sécurisant, au regard du droit communautaire, l’organisation commerciale des filières. Intégrer les exigences environnementales (ressources en eau, protection) en développant la certification des exploitations pour mettre en œuvre la conditionnalité serait d’un grand apport. Sans oublier la conciliation de l’efficacité économique et l’excellence environnementale par une politique de recherche et d’innovation. De fait, une nouvelle gouvernance au sein des filières agro-industrielles s’impose. Celle-ci devra se baser sur une alimentation saine, diversifiée, de qualité et accessible. A cela s’ajouterait une mobilisation de l’innovation pour des systèmes de production et de processus industriels durables, l’installation et la pérennité des entreprises agricoles et agroalimentaires, et les équilibres écologiques et économiques des territoires.


Répercussions

LE plan Maroc vert a eu sans doute des répercussions positives sur l’économie nationale ainsi que sur le marché de l’emploi. Notons que cette stratégie cible un million d’entreprises agricoles et va générer un produit intérieur supplémentaire de 70 à 100 milliards de DH. Ce plan de relance, rappelons-le, a pour but d’impulser une nouvelle dynamique d’investissement au niveau national d’une valeur de 10 milliards de DH annuellement.Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc