×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

2M capte plus de téléspectateurs qu’Al Oula

Par L'Economiste | Edition N°:3261 Le 23/04/2010 | Partager

. 20,3 millions de personnes ont eu «au moins un contact» avec l’une de ses chaînes. La consommation télé baisse d’une demi-heure dans les foyersMarocmétrie vient de livrer les chiffres d’audience télé du 1er au 28 mars. Son panel se base sur un échantillon de 3.806 personnes âgés de cinq ans et plus. Sont donc sondés uniquement les 766 foyers, ruraux et urbains, qui suivent les programmes d’Al Oula et de 2M. Sur le plan pratique, chaque famille est équipée d’un audimètre et d’une télécommande qui permet aux enquêtés de signaler quotidiennement la chaîne publique qu’ils regardent, le nombre des téléspectateurs, s’il y a des invités ou pas.... Les chiffres de l’audience TV révèlent ainsi qu’une durée d’écoute quotidienne atteint en moyenne 7 heures 54 minutes par foyer et 3 heures 24 minutes par individus. Marocmétrie conclut «qu’il y a en moyenne par jour et par foyer au moins un téléviseur allumé pendant 7 heures 54 minutes». Une nuance de taille: une télé allumée n’induit pas forcément qu’elle est regardée. Par rapport à mars 2009, la consommation télé a baissé de près d’une demi-heure dans les foyers et d’à peine 4 minutes par individus. Qui attire le plus de téléspectateurs, 2M ou Al Oula? Sur l’ensemble de la journée, c’est la chaîne d’Aïn Sebaâ qui est la plus regardée: sa performance fait le double de celle d’Al Aoula. Même en prime time, 2M parvient à préserver sa suprématie. Comparée à mars 2009, la chaîne dirigée par Salim Sheikh a d’ailleurs grignoté l’audience d’Al Oula. Celle-ci a perdu du terrain en prime time aussi, alors qu’elle était devancière de sa concurrente. Plus de 20 millions de téléspectateurs «ont eu au moins un contact avec Al Oula ou 2M». Sur une journée moyenne de mars 2010, l’audience de ses chaînes nationales enregistre par seconde 1,3 million de téléspectateurs. Ce qui représente sur une période de quatre semaines 40, 3% de parts d’audience. En prime time (20h 50mn - 22h 30mn) le nombre de personnes devant leurs télés passe à 3,9 millions. La part d’audience des chaines nationales atteint par conséquent les 43,2%. Autant dire que plus de la moitié des Marocains est branchée sur les chaines étrangères: Al Jazira, Rotana, France télévision, Canal +…. Ce constat est valable pour les deux types de périodes: normale ou prime time. Ahmed Ghazali, président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle, qualifie ce phénomène «d’émigration virtuelle». Ce qui remet indirectement sur table le débat sur la stratégie audiovisuelle: le gouvernement qui, malgré les subventions et la restructuration du pôle public en 2006, demeure impuissant face à l’invasion satellitaire (www.leconomiste .com, édition du 29 mars 2010). Les discussions en cours au Parlement sur «la société et les médias» doivent en principe déboucher sur des recommandations. Ce Livre blanc qui sera préparé par le professeur Jamal Eddine Naji devra rappeler l’importance qu’il y a à distinguer entre chaîne publique et chaîne étatique: si l’on paye à contrecœur la taxe sur l’audiovisuel, ce n’est pas pour avoir un discours creux et à sens unique en matière d’infos en particulier. Malgré la libéralisation audiovisuelle, la distinction public/étatique a encore du mal à être assimilée, surtout par les acteurs politiques… Il ne faut donc pas s’étonner de voir les téléspectateurs chercher du neuf ailleurs!


Cocktail populaire!

SI l’on se fie au palmarès des chaines nationales, les productions marocaines s’imposent haut la main en mars 2010. Le palmarès tient compte uniquement des émissions d’une durée supérieure ou égale à 10 minutes. Il est basé aussi le nombre de téléspectateurs qui suivent chaque programme. En cas d’une émission récurrente ou diffusée à plusieurs fois, c’est l’audience la plus élevée qui est retenue. Pourquoi d’ailleurs l’on ne retient pas un taux moyen? Les responsables de Marocmetrie sont restés injoignables. Dans le Top 10 d’Al Oula, c’est littéralement le ras-de-marré. Qu’il s’agit d’émissions, de feuilletons ou de téléfilms nationaux sont tous classés. Moudawala, magazine de faits de société, a été suivi le 14 mars par près de 2,9 millions de téléspectateurs, soit plus de 32% de part d’audience. Suivent après par Comedia show, le journal télé en arabe, la série Une heure en enfer…Pour 2M, c’est un feuilleton mexicain (Ayna Abi) -doublé en darija - qui arrive en tête du palmarès avec 5 millions de téléspectateurs! Télénovelas et darija, un cocktail très populaire. Il est suivi par le magazine d’enquête Al Wajh Al Akhar, du téléfilm marocain Douiba… Dans ce classement figure 3 feuilletons dont deux turcs. Le reste est des productions marocaines qui se défendent d’ailleurs bien face à la concurrence.Faiçal FAQUIHI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc