×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OCDE: «Il faut poursuivre le soutien budgétaire…»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5896 Le 02/12/2020 | Partager
Pour que l’espoir d’une reprise devienne réalité
Les mesures en faveur de la santé publique devront être prolongées

La perspective que plusieurs vaccins contre la pandémie Covid-19 soient disponibles à grande échelle l’année prochaine a fait naître l’espoir d’une reprise plus rapide. Toutefois, le soutien budgétaire et les mesures en faveur de la santé publique devront être poursuivis et il faudra agir avec détermination pour accélérer cette dynamique.

C’est ce qui ressort des dernières perspectives économiques «Coronavirus: faire de l’espoir une réalité», publiées le 1er décembre par l’OCDE (https://www.oecd.org).  La reprise sera inégale selon les pays et les secteurs, ce qui pourrait modifier durablement l’économie mondiale. Les pays dotés de programmes efficaces de dépistage, de traçage et d’isolement où la vaccination pourra être mise en œuvre rapidement, devraient s’en sortir relativement bien, mais les incertitudes restent fortes.

L’accélération de l’économie mondiale sera progressive, parallèlement au déploiement de vaccins dans tous les pays de l’OCDE au cours de l’année 2021. Après sa forte baisse de 4,2% cette année, le PIB mondial devrait augmenter de 4,2% en 2021, la Chine représentant plus d’un tiers de cette croissance.

Selon les perspectives économiques, il existe à la fois des risques de révision à la hausse et à la baisse des projections centrales. Si des vaccins sont disponibles plus rapidement et plus largement que prévu, la libération de la demande contenue et de l’épargne accumulée pourrait renforcer le rebond de l’activité et pousser la croissance mondiale aux alentours de 5% en 2021.

A l’inverse, la confiance pourrait reculer en cas de problèmes de distribution des vaccins ou d’effets secondaires inattendus et si les leçons des deux premières vagues de la pandémie ne sont pas tirées. Dans ce cas, la croissance mondiale perdrait 2¾ points de pourcentage en 2021.

Selon le Secrétaire général Angel Gurría: «L’espoir est là, il faut maintenant en faire une réalité. La pandémie est un problème planétaire et la coopération internationale est aujourd’hui plus nécessaire que jamais». «Reconstruire en mieux suppose une impulsion politique et une action déterminée pour tirer parti des promesses de déploiement de vaccins et pour relancer les négociations multilatérales sur les échanges, le climat et les normes numériques afin d’ouvrir la voie à une croissance économique plus durable et à une société qui offrira des chances à chacun», dit-il.

Les conséquences économiques auraient été encore plus graves sans les mesures financières massives mobilisées par les pouvoirs publics pour aider les personnes et les entreprises à faire face au choc de la pandémie. Comme les taux d’intérêt devraient encore rester très bas pendant un certain temps, ces dépenses exceptionnelles peuvent, et doivent, se poursuivre jusqu’à ce que la reprise accélère, estime l’OCDE.

Les mesures devraient être mieux ciblées, afin de bénéficier à ceux qui en ont le plus besoin et de consolider la reprise. La composition des dépenses devrait évoluer progressivement au profit de l’investissement dans les domaines de la santé, de l’éducation et des infrastructures, favorisant ainsi la transition vers une économie plus verte et plus numérique, est-il indiqué.

«Avec la perspective de l’arrivée d’un vaccin et d’une meilleure gestion de la pandémie, l’horizon de l’économie mondiale s’éclaircit, mais la situation reste précaire, en particulier pour les personnes peu qualifiées et les petites entreprises en difficulté», fait savoir de son côté Laurence Boone, la Cheffe économiste de l’OCDE, présentant les perspectives économiques.

«Les gouvernements ont eu raison de prendre des mesures de soutien pour protéger les personnes et les entreprises. Comme les taux d’intérêt devraient rester extrêmement bas, les autorités peuvent, et doivent, poursuivre ces efforts pour éviter que la crise ne laisse des traces durables. Nous allons devoir vivre avec ses conséquences économiques pendant des années. Les gouvernements doivent agir avec détermination pour remédier aux répercussions de cette crise sur les plus vulnérables, notamment les enfants et les jeunes», recommande t-elle.

Quelques recommandations

vaccin-anti-covid-096.jpg

Ph. AFP

L’OCDE appelle les pouvoirs publics à agir avec détermination sur différents fronts:
Renforcer les services de santé publique en investissant dans les professionnels de santé, les stratégies de prévention et les capacités sanitaires. Mettre en œuvre des programmes efficaces de dépistage, de traçage et d’isolement. Commencer dès maintenant à planifier les campagnes de vaccination. Travailler en coordination internationale pour garantir la disponibilité de vaccins et de traitements abordables pour tous.
Soutenir les personnes vulnérables en élargissant les systèmes de protection sociale et en améliorant la formation des jeunes et des personnes peu qualifiées. Veiller à ce que les enfants issus de milieux défavorisés soient préparés à l’ère du numérique, afin de garantir l’égalité des chances.
Apporter un soutien aux entreprises sous la forme de subventions ou de fonds propres et non de prêts qui alourdissent encore leur endettement. Aider les entreprises à investir dans leur avenir, par exemple en leur facilitant l’adoption des technologies numériques.

Fatim-Zahra TOHRY
 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc