×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Neta Alkayam ou le néo-judéomarocain

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5893 Le 27/11/2020 | Partager
L’artiste israélienne revisite le patrimoine musical de son pays d’origine
Des tubes des années ’20 et ’60 remis au goût du jour

Le public marocain l’a découverte à travers le premier documentaire du réalisateur Kamal Hachkar «Tinghir Jérusalem, les échos du Mellah» (2015), puis de son second opus «Dans tes yeux je vois mon pays» (2019). Les deux films traitent des traces de la présence juive, deux fois millénaire, au Maroc. Entre temps, la chanteuse et interprète Neta Alkayam, a largement trouvé sa place auprès d’un public, séduit par ses interprétations audacieuses du patrimoine judéo marocain.

neta-alkayam-093.jpg

Le couple d’artistes a créé « Arénas band » où ils se réapproprient et revisitent leur héritage musical judéo-marocain (Ph. Idan Avidani)

Toujours dans la même veine, l’artiste lance son nouvel EP, composé de trois morceaux, produit par Amit Hai Cohen, son compagnon dans la vie et sur scène. Le duo explore les passerelles entre mélodies pop et jazz, sample électro, et rythmes d’Afrique du Nord. Dans le premier titre, Neta consacre sa célèbre reprise sur scène de «Hak a Mama», tube des années ‘20 de la mythique cheikha juive marocaine Zahra El Fassia. L’artiste israélienne a chanté pour la première fois cette chanson sur scène au Maroc en 2013. C’est depuis devenu un tube, interprété des dizaines de fois et visionné sur le net par des millions de personnes. Dans une vibe hip-hop, ce morceau sort pour la première fois en single.

En second vient, «Muhal Nensah», une chanson d’amour des années ‘60 du musicien Sliman Almagribi (Shlomo Ben Hamu). Neta et son groupe ont joué et enregistré ce morceau dans une version electrojazz pour la sélection «Indie City Jerusalem» dans un petit boui-boui marocain du Marché de Jérusalem, le Jimmy's Parliament. Après l’effet viral de la vidéo, ce morceau est enfin sorti en single.

Enfin, le morceau, «Muima», est basé sur un poème de Moshe Ben Hamu, enregistré dans les années ‘70 par la chanteuse Jasmine Almagribia. Neta se l’approprie en créant dans une atmosphère musicale contemporaine, une allégorie entre l’abandon de la mère et l’oubli de la langue et des trésors du passé.

Depuis près d’une décennie, Neta Alkayam fait vibrer l’axe Jérusalem-Casablanca en montant sur les scènes les plus prestigieuses, entourée de différents orchestres et musiciens de haut-vol. Elle a reçu de nombreux prix, notamment le prix ACUM et le prix Sami Michael. Aussi elle a été nominée aux Ophir Oscars pour son rôle principal dans la comédie musicale ‘’Red Fields’’ 2019 (Une comédie musicale pacifiste en faveur de la démilitarisation du pays. Inspiré de l'opéra rock polémique des années 1980 Mami).

Faisant de ses origines marocaines, une fierté et un moteur pour leur art, le couple perpétue une tradition musicale largement ancrée dans la communauté marocaine d’Israël.  Née en 1980 dans la ville de Netivot, qui est le plus grand rassemblement de Juifs d’origine marocaine, Néta est une artiste dont le père est né à Tinghir et la mère à Casablanca. Amit Haï Cohen, lui est un pianiste autodidacte dont la mère est née à Tizgui, village berbère proche de Ouarzazate et son père à Djerba. Tous deux parlent couramment la darija. Vivant à Jérusalem, le couple a créé « Arénas band » où ils se réapproprient et revisitent leur héritage musical judéo-marocain.o

A.BO

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc