×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Emploi: Une reprise se dessine

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5891 Le 25/11/2020 | Partager
Les 2/3 des employeurs recrutent en ce moment, selon une enquête Rekrute.com
Plus de la moitié envisagent des augmentations de salaire en 2021
Le recrutement digital s’installe, même après la crise!
emploi-091.jpg

Les employeurs interrogés sont partagés en trois groupes. Le tiers compte engager des profils pour de nouveaux postes, tandis qu’un deuxième prévoit d’embaucher pour combler des postes vacants. Le troisième tiers, pour sa part, n’envisage aucun recrutement pour le moment

Les derniers chiffres du HCP sur le marché du travail sont bien déprimants. Un taux de chômage qui monte (de 9,4 à 12,7% entre le 3e trimestre 2019 et la même période 2020), un taux d’activité en recul (de 44,9 à 43,5%), une perte de 581.000 postes d’emploi… Néanmoins, une reprise semble se dessiner depuis septembre dernier, selon Rekrute.com.

En septembre, le baromètre Top Rekruteurs du jobboard avait relevé une hausse de 13% des ouvertures de postes. Aujourd’hui, le site d’emploi revient avec une enquête réalisée par mail durant ce mois de novembre auprès de 114 dirigeants, essentiellement des DG, DGA et DRH relevant d’entreprises de divers secteurs et tailles. L’idée est d’apprécier l’impact de la crise du coronavirus sur le recrutement. Et bonne nouvelle, 67% des dirigeants interrogés déclarent recruter en ce moment (voir illustration). Parmi eux, la moitié embauche pour occuper des postes déjà existants, et une deuxième pour de nouveaux jobs.

«Les entreprises maintiennent le cap des recrutements malgré la crise sanitaire. Nous assistons réellement à une reprise du marché de l’emploi», souligne le jobboard. Les entreprises ont, certes, dû réduire leur budget de recrutement (61% des dirigeants l’ont confirmé), surtout au début de la crise. Cependant, pour accompagner leurs projets de relance, elles ont besoin de renforcer leurs équipes. Un dirigeant sur trois a maintenu son budget d’embauche inchangé, et 9% ont étoffé l’enveloppe dédiée.

La crise Covid bouleverse les usages

En matière de salaire, 22% prévoient d’accorder une augmentation générale en 2021, afin de pallier le manque à gagner subi durant la crise, tandis que 32% envisagent des valorisations sélectives. En

entretiens-numeriques-091.jpg

Près des trois quarts des dirigeants sondés ont fait appel au digital pour maintenir leurs recrutements durant la crise pandémique. 54% ont adopté des entretiens numériques. Les usages ont définitivement changé. La majorité (près de 80%) n’entend pas revenir à son modèle d’avant la crise

revanche, 46% annoncent garder les mêmes niveaux qu’en 2020. Les hausses prévues ne dépassent, toutefois, pas les 4% pour plus de 83% des répondants. Uniquement 16,6% comptent aller au-delà de ce pourcentage.

Rekrute.com y voit quand même une marque de regain de confiance des entreprises, «qui souhaitent se donner les moyens pour dynamiser l’année 2021».
Presque les trois quarts des dirigeants ont dû adapter leur processus de recrutement suite à la crise Covid, avec un recours appuyé aux nouvelles technologies. «Nous assistons à une vraie révolution des processus de recrutement», estime le jobboard.

Quelque 54% ont ainsi adopté les entretiens d’embauche numériques pour choisir leurs recrues (voir illustration), et 18% ont rajouté des tests/évaluations numériques. La moitié trouve son nouveau mode opératoire plus efficace, contre 20% qui constatent l’effet inverse. Un sur trois ne perçoit pas réellement de changement. Ce sont donc seulement 20% qui prévoient de reprendre leurs anciennes méthodes de recrutement après la crise pandémique. La majorité compte les faire évoluer. Et pour cause, les deux tiers constatent des retours positifs des candidats par rapport au numérique, et 58% reçoivent plus de postulants.

En termes de profil, le tiers relève une hausse de la qualité des candidatures. Enfin, par rapport à la période avant la crise, 45% des dirigeants sont plus sûr de trouver le collaborateur idéal.

Ahlam NAZIH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc