×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Positionnement international du Maroc: Urgence de renforcer le capital immatériel

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5889 Le 23/11/2020 | Partager
C’est l’une des principales recommandations du nouveau rapport de l’IRES
La lenteur de la lutte contre la corruption et du renforcement de la régulation de la concurrence plombe les performances du pays
Le déficit des ressources humaines et financières complique la volonté d’accéder à l’économie du savoir

Quel est le positionnement actuel du Maroc? C’est la question à laquelle ambitionne de répondre le nouveau rapport de l’Institut royal des études stratégiques (IRES). Cette 8e édition, qui vient d’être publiée, a été réalisée dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19. L’Institut revient à la charge concernant le potentiel qu’offre le capital immatériel.

innovation-089.jpg

Entre 2000 et 2012, le Maroc a perdu 10 places dans le classement au titre de l’indice de l’économie de connaissance. Cela est dû aux «contre-performances enregistrées dans le domaine de l’enseignement supérieur scientifique et technique» (Ph L’Economiste)

«L’analyse des résultats de la 8e édition met en évidence la nécessité pour le Maroc de renforcer son capital immatériel, pour en faire un levier de son positionnement international», est-il indiqué. Dans les détails, le classement du Maroc en matière de richesse globale par habitant a enregistré un recul de 8 places entre 2010 et 2014. Selon l’IRES, «cette évolution, qui n’est pas à la mesure de l’effort d’investissement élevé consenti par le pays, est expliquée, entre autres, par le ralentissement de la croissance économique.

En face, le positionnement du pays en matière de capital immatériel par habitant a connu une amélioration sensible entre 2000 et 2005, avant d’accuser une baisse due, entre autres, à la qualité insuffisante du capital humain. Selon l’IRES, le poids du capital immatériel représente les trois quarts de la richesse globale du Maroc, soit un niveau proche de celui des pays de l’OCDE.

Parallèlement, ce document souligne  que «le positionnement du Maroc selon le PIB par habitant, en parité de pouvoir d’achat, ne reflète pas les potentialités économiques du pays.

pont-sidi-maarouf-089.jpg

Au niveau de la compétitivité, selon l’IRES, le Maroc a amélioré légèrement son positionnement. A l’origine, «les efforts en matière de développement soutenu des infrastructures et de renforcement de la compétitivité logistique» (Ph. L’Economiste)

■ Prérequis d’accès à la mondialisation
Plusieurs indices sont pris en compte dans ce domaine, dont celui de la compétitivité. Selon l’IRES, le Maroc a amélioré légèrement son positionnement dans cet indice. Cela s’explique par «les efforts en matière de développement soutenu des infrastructures et de renforcement de la compétitivité logistique». Rabat a mieux fait au niveau de l’indice Doing business, avec un gain de 75 places entre 2004 et 2019. Idem pour celui des «Best countries for business», avec un gain de 35 places entre 2007 et 2019, grâce à «l’amélioration du climat général des affaires». Par contre, les résultats du positionnement de la marque Maroc restent encore insuffisants. Cette situation s’explique par «l’absence à la fois d’une stratégie intégrée de la marque Maroc et d’une communication active sur l’image du Royaume à l’international». Néanmoins, le pays a pu réaliser une avancée dans son positionnement au titre de l’indice Country Reptrak reputation index. Cette année, marquée par la pandémie de la Covid-19, le Maroc a rejoint le top 30 ayant la meilleure réputation au monde. «Sa réputation externe, selon l’enquête annuelle de l’IRES, est meilleure que celle de l’Indonésie et des BRICS, et dépasse largement celle de la Turquie et des pays arabes et africains». Cependant, le pays recule en matière de libertés économiques, notamment «sous l’effet de la lenteur des progrès enregistrés en matière de la lutte contre la corruption». Idem pour la régulation de la concurrence, qui continue de plomber le positionnement du Maroc. Cela s’explique notamment par «l’insuffisance des efforts déployés dans ce domaine au niveau du secteur marchand».

                                                                          

Résilience face aux menaces

■ Indice global de paix

resilience-089.jpg

Recul du positionnement du Maroc de la 66e à la 83e place sur 163 pays, à cause notamment des manifestations sociales au niveau de certaines régions du Royaume.

Le tableau de bord stratégique de l’IRES a mis l’accent sur le positionnement du Royaume dans les différents aspects liés à la sécurité, à la préservation de l’intégrité territoriale et à la résilience face aux menaces. En matière de sécurité globale, ce document pointe un recul du positionnement dans l’Indice global de paix, qui pourrait s’expliquer par l’instabilité de l’environnement régional, en plus des manifestations sociales enregistrées dans certaines régions du Maroc. Actuellement, «le Royaume est le 6e pays le plus paisible au niveau de la région Mena», est-il indiqué. Pour ce qui est de l’indice global de terrorisme, le Maroc, qui faisait partie des pays «sans impact», a rejoint, en 2019, la catégorie des pays «à très faible impact». Cela «pourrait être lié à l’attentat perpétré en 2018 contre deux jeunes touristes scandinaves par des individus prêtant allégeance à l’Etat islamique». Pour ce qui est des dépenses militaires, avoisinant les 3,3% du PIB sur la période 2002 à 2019, elles sont motivées par la nécessité de moderniser et de renforcer les capacités militaires du pays et la défense de son intégrité territoriale. Le volume des importations d’armes a enregistré une progression, passant de 125 millions de dollars en 2000 à 376 millions de dollars en 2020. Cette évolution est liée au «contexte géopolitique régional instable et à l’accentuation des menaces transnationales». Cela s’est accompagné d’une amélioration significative du classement international du Maroc en termes de puissance militaire.

■ Evolution des dépenses militaires

depenses-militaires-089.jpg

Les dépenses militaires, représentant 3,3% du PIB, sont motivées par la nécessité de moderniser et de renforcer les capacités militaires du Maroc

                                                                          

L’innovation encore à la traîne

■ Indice mondial de la propriété intellectuelle

indice-mondial-089.jpg

Le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus performants dans le domaine de la protection des brevets et des droits connexes

------------------------------------------------

■ Indice de préparation aux NTIC (Network readiness index)

indice-de-preparation-089.jpg

Le recul du classement du Maroc dans cet indice, de la 52e à la 87e place entre 2003 et 2019, s’explique par l’absence d’une vision de long terme, globale et transversale dans le domaine numérique.

Entre 2000 et 2012, le Maroc a perdu 10 places dans le classement au titre de l’indice de l’économie de connaissance. Cela est dû aux «contre-performances enregistrées dans le domaine de l’enseignement supérieur scientifique et technique». Ce rapport met aussi l’accent sur l’insuffisance des ressources humaines et financières allouées à la recherche et développement. Ce document met en garde contre le fait que «l’effectif réduit des chercheurs ne favorise pas la construction d’un vivier de compétences nécessaire au développement de l’innovation. Néanmoins, Rabat se positionne comme le pays le plus performant des économies à revenu intermédiaire dans le domaine de la propriété intellectuelle, grâce à une forte protection des brevets et droits connexes. Mais le rapport de l’IRES attire l’attention sur le fait que les taux de piratage des logiciels et de la contrefaçon physique restent très élevés. L’absence d’une vision à long terme, globale et transversale dans le secteur numérique a impacté négativement le classement du Maroc dans l’indice de préparation aux NTIC (Network readiness index).

M.A.M.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc