×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Budget sectoriel: Les priorités des Finances

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5881 Le 10/11/2020 | Partager
Maintien des prix réglementés à l’exception de certains médicaments
Le coût de la compensation en recul

Pour présenter son budget devant la Commission des finances, Mohamed Benchaâboun a dû jongler entre les trois départements sous sa tutelle: l’Economie et finances, la réforme de l’administration et les Affaires générales et la gouvernance. Sur ce dernier département, le ministre a décliné plusieurs points dont l’un porte sur la politique des prix réglementés.

Ainsi, les produits et les services réglementés n’ont enregistré aucune augmentation au cours de cette année, à l’exception d’une révision des prix de 503 médicaments, avec une baisse des tarifs de 304. L’augmentation des prix de nombreux produits de tabacs est intervenue à la suite de la hausse des droits de douane à l’importation. 

■ La charge de la compensation en baisse: Le soutien global prévu à la fin de cette année varie entre 13,8 et 14,1 milliards de DH, en relation avec les fluctuations des hypothèses de prix du gaz butane, entre 355 et 400 dollars la tonne. Le ministère table sur une réduction de la charge de la subvention des produits de base au cours de 2020 en comparaison de 2019. Ce recul est le produit de la baisse des prix à l’international, particulièrement ceux relatifs au gaz butane.

■ La politique de la concurrence en œuvre: Près de 38 opérations de concentration ont été étudiées par le Conseil de la concurrence depuis le début de 2020. Elles ont concerné différents secteurs, allant des industries chimiques et pétrolières à l’industrie du médicament, l’hôtellerie, en passant par l’automobile et l’enseignement supérieur. A cela s’ajoutent la Santé, les industries alimentaires et la distribution. Plus de 80% ont été autorisés et le reste est à l’étude.

■ Le foncier pour l’investissement: Le soutien à l’entreprise et l’incitation à l’investissement n’ont pas été en reste. Ainsi, le ministère des Finances a mobilisé près de 4.400 hectares (en dehors du plan Maroc vert) pour le soutien des plans sectoriels, des programmes régionaux et de l’investissement productif. Dans cette opération, il a réservé 118 hectares aux administrations publiques, particulièrement au ministère de l’Education nationale.

■ Plus de 240 missions de l’IGF dans le pipe: Selon Mohamed Benchaâboun, le ministère est un adepte  de la promotion de la bonne gouvernance. Il l’a montré à travers la réalisation de 240 missions de l’Inspection générale des finances (IGF). Dans ce même élan, il poursuit la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. D’ailleurs, le ministère des Finances prépare un projet de loi relatif à la déclaration du patrimoine.

■ La déconcentration en marche: Pour 2021, outre la priorité accordée aux grandes réformes lancées par le Roi, le ministère poursuit l’exécution du plan d’action stratégique 2017-2021 et la mise en œuvre des dispositions de la charte nationale de déconcentration administrative. Il veille au suivi des travaux de la commission interministérielle de la déconcentration présidée par le chef du gouvernement. Ainsi, les schémas directeurs de 13 ministères ont été adoptés.

M.C.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc