×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

«Maroc mon pays»: Un hymne à la patrie

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5878 Le 04/11/2020 | Partager
Seize chansons pour un périple musical à travers le pays
Airs locaux et notes universelles sur fonds musicaux ambiants
abdelkader-friha-078.jpg

Les arrangements de ces chansons s’inspirent des airs mélodieux locaux tout en se référant à des notes célèbres pour s’inscrire dans l’air du temps (Ph. AF)

Alors que plusieurs artistes et compositeurs vivent difficilement les dommages collatéraux de la pandémie, un chanteur de l’Oriental se remarque par la réalisation d’un nouvel album dédié à la gloire de sa patrie. «Maroc mon pays» est le titre du dernier album d’Abdelkader Friha.

En seize textes poétiques avec arrangements puisés dans le patrimoine local et musique internationale, Friha retrace le vécu d’un artiste épris par la qualité des mélodies de sa région natale. Son album effleure la sublime cohésion entre le local et l’universel à un moment où d’autres prônent l’enfermement.

L’album «Maroc mon pays» est le fruit d’une complicité artistique entre l'arrangeur Ahmed Zaid et le parolier Belaïd Bouyoussef. Ce qui a permis à Friha de chanter Marrakech la ville ocre, Tanger la capricieuse, Casa la valeureuse et Oujda l’ensorceleuse tout en mettant en exergue l’icône Maroc.

«Ce beau pays ancestral est porté dans le cœur de tout marocain comme un emblème hissé à la face du monde mais également faisant partie d’une culture à connotation humaine», explique à L’Economiste notre jeune chanteur qui puise aussi son inspiration de la forte charge culturelle et historique des villes marocaines.

«Nous les marocains», «Maroc ma vie» comme «Maroc mon pays» sont trois chansons qui ne laissent aucun doute sur le premier but de cet album. «A un moment où le doute s’installe chez certains jeunes, certains ont exploité le temps mort de la pandémie pour réaliser des fresques murales, des créations à base de produits recyclables ou des réalisations artistiques pour booster le moral et pérenniser l’espoir», ajoute Friha.

Toutefois le chanteur n’a pas oublié ses autres muses, celles qui embellissent son imagination et ses sentiments: «Fatima», «Leila», «El Oujdia» et «la petite fille». À chacune d’entre elles,  il a réservé un titre car au fond de lui-même il cherche à glorifier toutes ces femmes qui contribuent à l’évolution de la société au changement positif des mœurs et à l’ancrage des valeurs sociales.

Se situant à la pointe de l'instrumentalisation électronique tout en se basant sur l'accord de la guitare sèche, Friha pousse la gamme des sons à son paroxysme, sans pour autant laisser pour compte, la nuance du fantastique inspiré par son rêve intime», confie à L’Economiste Belaïd Bouyoussef, parolier et critique d’art.

Ali KHARROUBI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc