×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Harhoura: Les murs «informels» démolis

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5865 Le 15/10/2020 | Partager

Les habitants de la ville de Témara et ceux de la commune de Harhoura sont enfin soulagés. Les deux murs qui ont surgi de nulle part, au début de cette semaine, défigurant l'entrée de Harhoura, ont été abattus. «Une démolition entamée suite à des directives de haut niveau», est-il avancé par plusieurs sources, ce qui a permis de rétablir la circulation. Si ces murs avaient été maintenus, ils auraient complètement cloisonné la ville par rapport à son environnement, à commencer par ses plages. Ces travaux portent notamment sur la construction de deux murs au niveau de la route côtière (R322) à l'entrée de la commune de Harhoura. Le premier a été construit de manière à assurer le prolongement entre la ceinture verte de Rabat et la forêt de cette commune. Ce qui a entraîné la fermeture de l’avenue Allal Ben Abdellah arrivant de Témara vers la plage d’Haroura et précisément la zone de Miramar. Un kilomètre plus loin, un autre mur avait également été érigé à la dérobée en pleine nuit. Ce 2e mur a conduit à la fermeture de l’accès à Harhoura à partir de Témara via l’avenue Granada. «En arrivant à mon travail le matin, mardi dernier, j’étais surpris par la présence de ce mur construit durant la nuit», signale un gardien de voitures près de l’avenue Granada. «Et aujourd’hui, je constate qu'il a disparu. C'est comme si j'avais rêvé…», ajoute-t-il. A noter que l’avenue Granada a fait l’objet d’un important chantier visant de faciliter la circulation entre la ville de Témara et la commune de Harhoura avec la construction d’un pont au niveau de l’autoroute reliant Casablanca à Rabat. «Elle a été inaugurée en août dernier», rappelle un élu de la commune de Harhoura. A noter que l’avenue Granada a été rouverte, ce 14 octobre, à la circulation. «Les équipes de plusieurs entreprises sont actuellement mobilisées pour la réouverture de l’avenue Allal Ben Abdellah à la circulation au plus tard hier après-midi", indique l’élu de la commune de Harhoura. Ce dernier tient à rappeler que la construction des deux murs incriminés relève de la compétence de la wilaya de Rabat, celle de la préfecture Skhirat-Témara et des services des eaux et forêts. 
Noureddine El Aïssi 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc