×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Extension en cours pour la ZI d’Ain Dalia

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5864 Le 14/10/2020 | Partager
880 terrains expropriés pour utilité publique
Ils permettront de renforcer l’assiette foncière de cette zone industrielle
La zone abrite aussi la cité industrielle Tanger Tech
tanger-zi-dain-dalia-063.jpg

La zone industrielle d’Ain Dalia sera agrandie grâce à la dernière décision gouvernementale publiée au BO. Celle-ci annonce l’expropriation de 880 lots de terrain pour utilité publique afin de servir comme assiette foncière pour l’extension de cette ZI (Ph. Adam)

Ain Dalia, la zone industrielle au sud de Tanger se prépare à son agrandissement. Lancée en 2018, elle accueillera sous peu une extension supplémentaire de plusieurs centaines d’hectares. Le gouvernement vient de publier un décret au bulletin officiel annonçant l’expropriation de 880 lots de terrain dans la commune de Sebt Zinat, au sud de Tanger. Selon le texte, les terrains seront expropriés pour utilité publique afin de servir comme assiette foncière pour l’extension de la zone industrielle. 
Les lots de terrains, pour la plupart non enregistrés, se trouvent dans une zone agricole connue pour être inondable et non constructible. Ils sont majoritairement non construits avec des superficies comprises entre 800 et 30.000 m2. 
En parallèle, les travaux d’infrastructure de la zone ont bien avancé. La zone a été connectée avec le réseau routier national avec la réalisation d’une bretelle d’autoroute et une gare de péage en plus d’une gare ferroviaire. La zone accueille aussi la cité Tanger Tech, qui destinée à accueillir la ville industrielle chinoise, a reçu le label «Zone Franche» en 2019. 
La future zone franche s’étend sur une première tranche de 468 hectares et ciblera les entreprises actives dans les secteurs de l’industrie automobile et aéronautique, les énergies renouvelables, l’industrie du cuir et du textile, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, outre l’industrie plastique, l’agro-alimentaire, les industries chimiques et semi-chimiques et l’industrie des matériaux de construction. Son développement a connu quelques retards, dus surtout à la situation sanitaire et au ralentissement de l’économie mondiale dû à la crise du Covid. 
Mais tout porte à croire que dès la reprise, la demande pour du foncier industriel devrait repartir en flèche avec les relocalisations des productions européennes vers l’extrême orient vers des sites plus proches dont Tanger. 
A noter que TangerTech est une ville industrielle intégrée, durable et intelligente qui sera construite sur une superficie totale, à terme, de 2.167 hectares et qui comprendra des zones industrielles et de services, des complexes résidentiels, ainsi que tous les services publics et privés nécessaires à l’animation d’un pôle urbain. Sa réalisation fait l’objet de deux mémorandums d’entente signés en présence du Roi Mohammed VI lors de sa visite en Chine en mai 2016 et à Tanger en mars 2017.
Le projet est porté par la BMCE Bank of Africa, à travers la Société d'Aménagement Tanger Tech (SATT) et le Conseil de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima auxquels s’est joint dernièrement un nouvel associé chinois, China Communication Construction Company Limited International (CCCC) à travers sa filiale China Road and Bridge Corporation (CRBC). CCCC fait figure de géant dans le monde des entreprises du BTP, il emploie 118.000 personnes avec des filiales de taille comme la très connue ZPMC, spécialisée dans la construction d’engins de levage portuaires. C’est d’ailleurs cette dernière qui a équipé le port de TangerMed et son extension.

 

Le Grand Sud 

Tanger Tech est née dans le sillage du lancement du programme Tanger-Métropole et répondait au nom d’Ain Dalia, le site qui l’accueille. La zone avait, à l’origine, l’objectif de renforcer et de structurer le tissu économique local grâce à une offre foncière et immobilière adaptée aux industriels locaux en mettant sur le plateau près de 1.200 hectares de terrains. Elle devait servir, entre autres, à recaser les métiers comme la mécanique ou la ferronnerie, activités qui pullulent partout en ville. Entretemps, son rôle a nettement évolué. Avec Tanger Tech, il s’agissait de profiter de l’expérience chinoise qui a développé un savoir-faire incontestable en matière de villes industrielles et de villes intelligentes. 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc