×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Taourirt se dote d’une structure universitaire

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5860 Le 08/10/2020 | Partager
Un établissement pour consolider l’attractivité de la province
Filières à accès ouvert ou à accès régulé, un choix cornélien
L'université sera opérationnelle en septembre 2022

La ville de Taourirt sera dotée d’une structure universitaire dès la prochaine rentrée (septembre 2022). Le projet qui est en phase avancée de réalisation connaît une accélération de ses travaux, afin de rattraper le retard occasionné par le confinement. C’est ce qui ressort d’une visite de chantier initiée par le gouverneur de la province, Larbi Touijer en présence du président de l’Université Mohammed premier (UMP) Yassine Zarhloule.

taourirt-structure-universitaire-00.jpg

La réalisation de cette structure universitaire répond aux attentes d’une province en quête de compétitivité (Ph. AK)

Cette visite de suivi a concerné les travaux de construction des principales composantes du projet: salles d’étude, ateliers, laboratoires, bibliothèque, restaurant universitaire, réfectoires, installations administratives, etc. Les deux responsables se sont également enquis de la qualité des matériaux et leurs conformités aux normes exigées.

La réalisation de cette structure qui a nécessité 120 millions de DH pour sa construction et 5 millions de DH pour son équipement, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’UMP, le Conseil régional de l’Oriental, la province de Taourirt, le Conseil communal et Conseil provincial de Taourirt. Elle sera en mesure d’accueillir 1.000 étudiants dans un premier temps. Toutefois les effectifs varieront selon les filières qui seront mises à disposition ; filières à accès ouvert ou à accès régulé.

«Le choix entre ces deux options est impératif», explique de son côté un élu local. D’autres acteurs associatifs rappellent le discours royal du 20 août 2018 qui a précisé: «notre système éducatif ne doit plus fonctionner comme une machine à fabriquer des légions de chômeurs, surtout dans certaines filières universitaires dont les diplômés peinent énormément à intégrer le marché de l’emploi».

C’est aux responsables territoriaux et universitaires de proposer une structure à vocation exceptionnelle en mesure de former des compétences avérées au lieu de se limiter aux traditionnelles branches et formations classiques qui n’apportent pas de solutions en matière d’employabilité. Il y a suffisamment de facultés à accès ouvert dans la région et Taourirt ne peut réussir sa reconversion d’une ville de passage en une ville à fort potentiel de croissance économique sans des filières qui forment des diplômés à compétence avérée.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc