×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Patrimoine: Une ONG marocaine accréditée par l’Unesco

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5850 Le 24/09/2020 | Partager
Elle assure une mission consultative pour une durée de quatre ans
La seule association retenue dans le domaine au Maroc

L’Association recherche histoire et patrimoine de l’Oriental marocain (ARHPOM) vient d’être accréditée par l’Unesco, comme organe consultatif pour tout ce qui se rapporte au patrimoine immatériel. L’ARHPOM devient ainsi la seule ONG marocaine accréditée dans ce domaine. Elle sera sollicitée dans tous les dossiers se rapportant au Maroc en matière de patrimoine immatériel.

Cela concerne les connaissances, le savoir-faire, les traditions et les pratiques associés aux cultures ancestrales: palmier dattier, argan et autres produits du terroir. C’est le cas également pour les festivals, les moussems et les expressions corporelles (Laâlaoui: danse martiale du Maroc oriental comme exemple), les espaces à forte charge culturelle et le patrimoine humain vivant (différents métiers artisanaux).

L’attribution de cette importante responsabilité a été prise lors de la huitième session de l’Assemblée générale des Etats parties à la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, tenue du 8 au 10 septembre 2020 au siège de l’Unesco à Paris.

Durant trois jours, 178 Etats parties ont débattu de questions se rapportant au patrimoine universel. 38 Organisations non gouvernementales (parmi 63 ONG candidates) ont été accréditées pour assurer des fonctions consultatives auprès du Comité du patrimoine mondial pour les quatre prochaines années. Parmi elles, l’ARHPOM.

La sauvegarde du patrimoine concerne les mesures indispensables pour assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel: identification,  documentation, recherche, promotion, transmission… «Et c’est la tâche à laquelle s’attellera notre association. Une responsabilité qui nécessite plus d’efforts et de moyens», explique Hassan Zakriti, son secrétaire général.

                                                                       

Riche parcours

regada-005.jpg

Créée en 1998 sous l’appellation de Groupe de recherche histoire et patrimoine de l’Oriental, l’ONG a dû changer de nom en 2017 pour devenir «l’Association de recherche histoire et patrimoine de l’Oriental marocain». Ceci, en revendiquant l’inventaire, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine dans ses différentes expressions, tout en se focalisant davantage sur la composante immatérielle du patrimoine culturel. L’ONG a surtout agi par le biais de la sensibilisation et la formation des acteurs. Son parcours est jalonné par des activités notoires (conférences, séminaires de formation, ateliers…), le tout couronné par une convention de partenariat avec le centre régional des métiers de l’éducation et de la formation d’Oujda en 2019, pour assurer une formation aux futurs enseignants.

Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc