×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

HPS: Les ingrédients d'un business model résilient

Par Amin RBOUB | Edition N°:5850 Le 24/09/2020 | Partager
Malgré la crise, des revenus en légère hausse de 3,4%
L'activité Services baisse de 5,9%
Les nouveaux marchés à prendre et les perspectives

Voilà une leçon de résilience 100% marocaine! Malgré la crise, Hightech Payment Systems (HPS) poursuit ses projets d'investissement et de développement, ses orientations stratégiques, ses efforts R&D, maintient ses ambitions de diversification produit et son maillage géographique aussi bien en Europe, en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et même aux Etats-Unis. «Cette diversité géographique et la diversification, voire l'élargissement de nos offres produits/activités, nous permet non seulement de soutenir le business et la croissance mais aussi de faire preuve d'une forte résilience et d'une agilité qui permettent de répondre aux contraintes du marché et de nos clients un peu partout dans le monde», résume Brahim Berrada, MD HPS Corporate Services.

hps-050.jpg

La branche Solutions génère pratiquement les trois quarts des revenus de l'entreprise, loin devant les activités Services (15,9%) qui ont été les plus impactées par le Covid et le Processing (11,4%)

L'entreprise admet que cette crise sanitaire sans précédent a touché l'ensemble des marchés et secteurs mais elle a eu des impacts différenciés en fonction de la nature de l'activité. Et c'est ce qui explique la baisse de 5,9% de l'activité «Services», lors du 2e trimestre. Un portefeuille qui draine 15,9% des revenus de l'entreprise (52,3 millions de DH). «Les Services ont été particulièrement impactés par la crise Covid et l'état d'urgence sanitaire. Du coup, cette activité a connu un ralentissement. Plus encore, certains de nos projets ont été mis en stand-by», explique Berrada.

Mise à part cette contre-performance, les fondamentaux de l'entreprise sont globalement bons avec des indicateurs financiers positifs en dépit de la crise sanitaire. Réuni le 16 septembre sous la présidence de Mohamed Horani, le conseil d'administration de HPS a rendu publics les résultats semestriels de la SA Tech, passée de start-up au rang de multinationale, fournisseur mondial de référence de solutions technologiques.

Sur le premier semestre, la PME marocaine a réalisé une hausse de 3,4% de ses revenus qui se sont élevés à 361,6 millions de DH.  L'analyse des indicateurs fait ressortir des revenus de 240,9 millions de DH pour l'activité Solutions, soit le même niveau que celui de la même période en 2019 et ce, «malgré le confinement, les restrictions sanitaires et les limitations de mobilité des équipes liées à la crise Covid».  Quoi qu'il en soit, la crise actuelle s'avère aussi une source d'opportunités pour aller plus vite dans la transformation de l'entreprise et relever des défis plus importants que par le passé. Pour preuve, le 1er semestre aura été marqué par le déploiement et la finalisation d'importants projets stratégiques. Parmi ces projets, figurent la modernisation de la plateforme monétique d'ABSA dans huit pays en Afrique, la migration du système de gestion de cartes de la Banque de Chypre ou encore le lancement au Ghana d'une solution universelle de paiement mobile par code QR... Ce sont là autant de marchés qui ont permis la soutenabilité de l'activité commerciale de l'entreprise. De surcroît, sur la même période, HPS a signé un contrat stratégique avec SAMA (l'autorité monétaire et la banque centrale saoudienne) pour la fourniture d'une plateforme de paiement mobile. Par ailleurs, l'entreprise a finalisé des études pour le compte de plusieurs acteurs stratégiques. Bien évidemment, ces études devraient forcément aboutir à la signature de nouveaux contrats de licences. Ce qui annonce une série de marchés à prendre au cours de ce 2e semestre 2020. L'acquisition de nouveaux clients et projets en Europe est une source inépuisable de revenus récurrents.

Justement, côté Processing, le 1er semestre aura été marqué par la signature d'un nouveau contrat en Europe ainsi que le passage en production de Mansa Bank (Côte d'Ivoire) ou encore le déploiement du projet Société Générale en Afrique. Ce sont là autant d'opportunités et de performances qui se sont traduites par une croissance de 17% des revenus Processing. Sur ses revenus récurrents, HPS capitalise sur une hausse de 12,3% (soit 207,6 millions de DH). Sur ce même registre, les revenus récurrents contribuent à hauteur de 57,4% au revenu global de l'entreprise, contre 52,9% lors de la même période en 2019. «La montée en puissance de l'activité Processing combinée à la croissance des revenus récurrents nous ont permis une amélioration de la marge opérationnelle qui s'établit à 17% en hausse de 0,9 point par rapport à la même période de l'an dernier», commente le management. Pour 2020, l'entreprise compte poursuivre sa politique de diversification et de croissance externe. «HPS ne fera pas de concession. Le plus important est de continuer à investir pour mieux rebondir en 2021 et 2022», soutient Brahim Berrada.

Un positionnement «unique»...

En termes de perspectives, les dirigeants de HPS se veulent sereins puisqu'ils revendiquent «un positionnement unique» compte tenu de la diversification de son portefeuille et de son maillage géographique. L'objectif est de maintenir, vaille que vaille, l'amélioration continue de la performance opérationnelle, sécuriser la croissance et la diversification... tout en concentrant les efforts sur le cash flow. A l'avenir, le management compte poursuivre ses orientations stratégiques tout en maintenant une gouvernance agile et adaptée au contexte d'incertitude qui pèse sur l'ensemble des marchés. Sur le volet R&D, HPS compte poursuivre ses investissements avec 18% de plus qu'en 2019 (notamment via des services à forte valeur ajoutée et le développement de la version 4 de la plateforme PowerCARD). La version 2 de cette plateforme sera remplacée fin 2022 par la version 4 qui se veut une rupture logique par rapport à la version 3. «La nouvelle version devra continuer à booster notre activité», souligne le management.

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc