×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La sortie du Trésor à l’international, dans les prochains jours

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5848 Le 22/09/2020 | Partager
L’émission d’obligations souveraines atteindrait les 2 milliards d’euros
Le marché demande un montant bien plus important
Le Maroc attend le meilleur timing

Les préparatifs s’accélèrent pour la sortie du Trésor à l’international. Selon nos informations, cette levée sur les marchés financiers internationaux pourrait intervenir entre fin septembre et début octobre. Le traditionnel road show qui précède une telle sortie est prévu dans les tout prochains jours (ndlr: uniquement par visioconférence).

sortie-du-trsor-048.jpg

Le Maroc était parvenu lors de ses deux précédentes émissions d’obligations souveraines à obtenir de bonnes conditions de financement. Le Trésor sera-t-il capable de faire mieux cette fois-ci?

Accompagné de ses banques conseil (dont les noms n’ont pas encore été divulgués), le Trésor envisage, comme nous l’annoncions dans notre édition du 6 août 2020, d’emprunter 2 milliards d’euros sur les deux prochains exercices (2020 et 2021) sachant que dans la loi de finances rectificative, il a inscrit un montant de 60 milliards de DH à mobiliser via la dette extérieure pour cet exercice. De quoi tenter de soulager les finances publiques impactées par les effets du Covid-19 dans un contexte de baisse des recettes fiscales. Or cette enveloppe paraît, selon les professionnels du marché, quasiment dérisoire.

«Les marchés espèreraient une sortie à l’international pour un montant supérieur car les ressources locales sont épuisées et les institutionnels locaux ne peuvent, à eux seuls, accompagner le Trésor dans l’effort de financement de l’Etat. De plus, le marché local est en manque d’épargne», estime le patron de salle des marchés d’une grande banque de la place. Si, à fin août 2020, le financement extérieur net du pays était positif de 14,6 milliards de DH suite aux remboursements du principal de la dette extérieure (5,2 milliards de DH) et aux tirages effectués auprès des institutions internationales (BIRD, BAD…) qui ont atteint 19,8 milliards de DH, le besoin restant au Trésor pour se financer est estimé par les professionnels du marché à 46 milliards de DH compte tenu des importantes dépenses liées notamment à la pandémie du coronavirus sur fin 2020 et même 2021.

«Il serait donc judicieux de procéder à une émission d’obligations souveraines supérieure à 20 milliards de DH», souligne la même source. D’autres opérateurs soutiennent que le Trésor a toutes les capacités pour aller plus loin, jusqu’à 5 milliards d’euros, pour se donner «plus d’air». «Une levée d’une telle ampleur est tout à fait réalisable pour le Trésor, notamment compte tenu des importantes injections de liquidités de la Fed et de la BCE sur les marchés financiers ces dernières semaines», soutient un analyste qui ajoute que le Maroc jouit de la confiance des marchés.

Le Royaume pourrait prendre exemple de l’Egypte qui a réussi à mobiliser 5 milliards de dollars (un record!) en mai dernier auprès des marchés financiers internationaux. En tout cas, le moment semble propice pour profiter des meilleures conditions possibles. Et pourquoi pas, décrocher d’aussi bas taux d’intérêts (1,5%) que ceux de la précédente sortie de novembre 2019 qui avait dépassé le milliard d’euros.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc