×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casa-propreté: La bombe de la grève désamorcée

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5839 Le 09/09/2020 | Partager
Négociations en cours entre syndicalistes, délégataires et autorité délégante
Un dossier revendicatif en attente du feu vert de l’autorité délégante
Prémices d’un accord imminent au profit des agents de la propreté

Le scénario de juillet 2019 risque-t-il de se reproduire? A Casablanca, les agents de la propreté ont brandi la menace de grève pour les 7 et 8 septembre. Les employés d’Averda, l’un des deux délégataires en charge de la collecte des ordures à Casablanca (avec Derichebourg devenue Arma), ont d’ailleurs observé, lundi 7 septembre, un sit-in devant le siège de la wilaya de Casa-Settat.

greve-casa-proprete-039.jpg

Les employés d’Averda, délégataire de la collecte des ordures à Casablanca, ont observé, lundi 7 septembre, un sit-in devant le siège de la wilaya de Casa-Settat… Fait étrange: la plupart des grévistes ne portaient pas de masques!  (Ph. Jarfi)

Mais au final la continuité du service de collecte des ordures a été assurée durant les 2 jours. Pour l’heure, les négociations sont en cours entre syndicalistes, délégataires et autorité délégante afin de trouver une issue le plus tôt possible, selon une source proche du dossier.

Les éboueurs défendent leur cahier revendicatif, dont l’exécution est, selon eux, reportée sine die depuis plusieurs mois. L’accord des représentants du personnel avec le délégataire libanais, qui remonte à juillet 2019, «devait être appliqué» en février dernier. «L’instauration du confinement pour plusieurs mois, puis l’arrivée de l’Aïd Al Adha et les congés... ont retardé l’exécution des termes de cet accord», assure Abdelhamid Ikourd, membre du bureau du syndicat national des collectivités locales et de la gestion déléguée (CDT).

Selon ce dernier, l’application des termes de ce protocole est tributaire de l’accord de l’autorité délégante. «Le président du Conseil de la ville doit donner son aval pour l’exécution des termes de l’accord», souligne le représentant syndical.

Mais auparavant, il faudra étudier l’impact de cet accord sur l’équilibre financier du contrat de gestion déléguée, explique la même source. Les agents de la propreté réclament, entre autres, la revalorisation des salaires, l’augmentation de la prime de rendement et de transport... D’ores et déjà, la prime de l’Aïd Al Adha, période de pic de production des déchets, est passée de 1.200 à 2.000 DH cette année.

De même, les conditions de travail se sont nettement améliorées (automatisation des opérations, uniformes, vestiaires, douches ...). Pour rappel, une série de grèves ont ponctué les années 2017, 2018 et 2019, suite au départ inopiné de Sita, avant le terme de son contrat.

S’en est suivie une période de flottement de 2 ans, durant laquelle le service de collecte était supervisé directement par la ville, via la SDL Casa-Prestation. Au final, à partir de  2019, Averda (reconduit) et Derichebourg (nouvel arrivant) ont décroché le marché de la gestion déléguée de la propreté à Casablanca.

                                                                       

Collecte, désinfection…

Au total, près de 5.500 agents de la propreté travaillent pour le compte des 2 délégataires. Ces derniers brandissent depuis quelques années les menaces de grèves pour améliorer leurs conditions de travail. Certes, 2019 était la 1re année d’exécution du contrat de gestion déléguée, une période transitoire durant laquelle les délégataires devaient d’abord prendre leurs marques. Cette année a été marquée par l’épidémie de la Covid-19 qui s’est traduite par une énorme charge de travail pour les agents de la propreté. Outre la collecte et le nettoiement, ces derniers ont dû aussi assurer les services de désinfection (boulevards, marchés, places publiques...). Une charge de travail en plus qui mérite un effort supplémentaire en termes de rémunérations.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc