×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Banques: Alerte sur les résultats

Par Franck FAGNON | Edition N°:5833 Le 01/09/2020 | Partager
Le coût du risque et les contributions au fonds Covid-19 vont peser en 2020
L’activité commerciale soutenue par les crédits de trésorerie

■ Attijariwafa bank prévoit une baisse importante des bénéfices
«Le résultat net part du groupe est attendu en baisse importante au titre du premier semestre et de l’exercice complet 2020, en lien avec la détérioration significative du risque de crédit engendrée par la crise Covid-19 et le provisionnement anticipatif et prudent associé, conjugués à la contribution exceptionnelle au fonds spécial de gestion de la pandémie», prévient le management dans le communiqué sur les indicateurs d’activité du 2e trimestre. Depuis le début de la crise, le groupe a distribué 25 milliards de DH de crédits à plus de 19.500 entreprises. Le dispositif de soutien des clients s’est également traduit par les reports des échéances de crédits pour des dizaines de milliers d’entre eux. Sur une base consolidée, l’encours des crédits a augmenté de 5,9% à 490 milliards de DH. Le produit net bancaire s’élève à 6,3 milliards de DH en hausse de 8,6% au 2e trimestre après une croissance de 1,5% à 6 milliards de DH sur les trois premiers mois de l’année. L’impact négatif du ralentissement général de l’activité en raison de la crise dans les différents pays de présence est en partie contrebalancé par la bonne tenue des activités de marché suite à la baisse des taux obligataires au Maroc, commente le management.

■ BMCI: Les profits chutent de 84% au 1er semestre
Les provisions pour créances en souffrance dans le secteur bancaire se sont accélérées sous l’effet de la dégradation de l’environnement économique. Ceci pèse lourdement sur les performances. BMCI a publié un coût du risque de 494 millions de DH à fin juin soit quasiment le triple comparé à la même période l’année dernière. Les banquiers craignent qu’une bonne partie des provisions ne soient irrécupérables en raison de la violence de la crise et des difficultés financières de nombre d’entreprises et de ménages.
La hausse de la sinistralité a grevé les bénéfices semestriels qui se sont établis à 56 millions de DH contre 353 millions de DH à fin juin 2019. L’ampleur de la chute tient aussi à l’impact du don au fonds de gestion de la pandémie. Hors cet élément exceptionnel, les profits ressortent à 109 millions de DH.
Soutenu notamment par les produits Damane Oxygène et Relance, l’encours des crédits par caisse à la clientèle a augmenté de 1,4% à 55,7 milliards de DH. En revanche, les engagements par signature ont diminué de 7,1% à 16 milliards de DH. Le produit net bancaire a atteint 1,6 milliard de DH en hausse de 1,1%.

■ Bank of Africa: Revenus stables au 2e trimestre
Il faudra attendre septembre pour apprécier l’impact de la crise économique sur Bank of Africa. En attendant, la banque a réalisé un produit net bancaire de 7 milliards de DH, stable par rapport à juin 2019. L’encours des crédits à la clientèle a atteint 196 milliards de DH en hausse de 4,8% par rapport à fin 2019. Hors rachats, il marque une hausse de 2,9% à 178 milliards de DH. Au premier semestre, le groupe a renforcé ses fonds propres suite notamment à l’augmentation de capital de 999 millions de DH par conversion optionnelle des dividendes 2019. 

■ Crédit Agricole du Maroc: Bond de 9% du produit net bancaire
Principale banque exposée au monde rural, le groupe Crédit Agricole doit, au-delà de la crise engendrée par la Covid-19, composer avec une deuxième année consécutive de sécheresse.
Le groupe a procédé à des opérations de report d’échéances pour alléger la situation de ses clients notamment les petits agriculteurs. Le réseau du groupe a été aussi l’un des principaux relais pour la distribution des aides de l’Etat en faveur des personnes impactées par la crise.
Sur le plan commercial, l’encours des crédits distribués s’est élargi de 6,4% à 89 milliards de DH. Le produit net bancaire a progressé de 9% à 2,1 milliards de DH grâce au soutien de la marge d’intérêts et de la marge sur commissions. Comme pour les autres banques, les indicateurs clés à surveiller sont ailleurs.

F.Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc