×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca: Cafouillage sur les récentes mesures anti-Covid

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5829 Le 26/08/2020 | Partager
Levée de boucliers des cafés-restaurants suite à la limitation des horaires d’ouverture
La préfecture Aïn Sebaâ-Hay Mohammedi instaure le couvre-feu à 20h
Sur d’autres territoires, ils sont autorisés à ouvrir jusqu’à 23h!

Les cafés-restaurants et commerces doivent-ils fermer à 20h, 22h ou 23h? A Casablanca, le récent resserrement des mesures pour circonscrire la propagation du Covid-19 s’est traduit par un cafouillage et un casse-tête autant pour les citoyens que pour les tenanciers de cafés-restaurants, commerces, hammams … S’agit-il d’une mauvaise interprétation du communiqué gouvernemental du 20 août dernier? Pourtant, ce dernier stipule clairement que la mesure de fermeture à 20h ne s’applique que dans les «quartiers ciblés» (voir aussi encadré). Mais sur le terrain, chaque préfecture interprète les mesures différemment.

casa-cafe-029.jpg

La décision de fermeture à 20h s’est traduite par une baisse drastique des recettes des cafés-restaurants, qui ont déjà du mal à redémarrer après des mois d’arrêt d’activité (Ph. L’Economiste)

En effet, dans certains quartiers, les cafés-restaurants ferment leurs portes à 20h (c’est le cas à Belvédère et Roches Noires à titre d’exemple). Dans d’autres (comme Mers Sultan), le couvre-feu est prolongé jusqu’à 23 h, voire minuit parfois! Pour l’heure, les propriétaires de cafés-restaurants à la préfecture Aïn Sebaâ-Hay Mohammedi s’estiment les plus lésés! Ils sont sommés de fermer leurs portes à partir de 20h.

«Nous sommes surpris par cette décision qui intervient après des mois de confinement ayant déjà fragilisé nos structures», s’indigne Mohamed Abdelfadl, coordinateur de la commission mixte des métiers de bouche relevant d’un groupement de fédérations et associations du secteur (traiteurs, boulangeries-pâtisseries, franchises, restaurants, cafés...).

Selon ce professionnel, cette décision s’est traduite par une baisse drastique des recettes des cafés-restaurants, qui ont du mal à redémarrer après des mois d’arrêt d’activité. «Si cette situation perdure, beaucoup seront obligés de licencier du personnel d’ici la fin de ce mois», prévient-il, sachant que pas moins de 1.300 établissements n’ont pas pu rouvrir leurs portes après le confinement (cf. édition du 11 août 2020).

Pour les restaurateurs, la fermeture à 20h (soit 19h GMT) les prive de l’activité du soir (dîner), avec ce qui s’ensuit comme pertes en termes de recettes de la soirée. Le dîner représente l’essentiel du chiffre d’affaires durant la saison estivale. D’autant plus que la capacité d’accueil de ces établissements est réduite à 50%. Dans certains quartiers, il suffit de traverser la rue pour s’asseoir dans un café ou restaurant, relevant d’une autre préfecture.

Pour rappel, il a été décidé, au niveau de la ville de Casablanca, de fermer les plages de Dar Bouazza et la plage Paloma à Ain Harrouda. Les mesures adoptées dans les zones ciblées portent également sur la fermeture à 20h des cafés et des restaurants, des commerces de proximité et grands centres commerciaux et à 16h pour les marchés de proximité. De même, il a été décidé de la fermeture des salons de beauté et hammams et l’interdiction de la diffusion dans les cafés des matchs de football.

                                                                           

Les zones ciblées

Les autorités sanitaires et publiques ont décidé, jeudi 20 août, de fermer dès 20h, chaque jour, les cafés et restaurants, les commerces de proximité et les grandes surfaces commerciales sur les territoires suivants:
2 quartiers de la préfecture d’arrondissements de Sidi Bernoussi,
■ 1 quartier et 1 douar à la préfecture d’arrondissements de Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi,
■ 2 rues à la préfecture d’arrondissements d’El Fida-Mers Sultan,
■ 7 quartiers, des boulevards et des rues à la préfecture d’arrondissements de Casa-Anfa,
■ 3 rues à la préfecture d’arrondissements de Ben Msik.

Aziza EL AFFAS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc