×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossier Spécial

Patriotisme, citoyenneté, discipline...: Les leçons à tirer du service militaire

Par Amin RBOUB | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager
Bilan de la 36e promotion des appelés des FAR
15.000 bénéficiaires dont 1.100 jeunes filles
Quand l’intérêt individuel s’efface devant l’intérêt collectif

Le service militaire revient au Maroc. Il a pour ambition de recoudre les liens social et civique de la jeunesse. A la fois un exercice disciplinaire et de citoyenneté, cette formation a partout montré ses preuves tant en termes d’intégration sociale, de mixité, de civisme, de rapports à la nation ou encore de construction identitaire.

service-militaire-026.jpg

 Les tout premiers exercices de la formation de base (FCB) portent sur ce que l’on appelle dans le jargon militaire: «L’Ordre serré». Il s’agit de mouvements et gestes militaires de base, la posture, l’alignement des rangs et rangées lors du rassemblement, la poitrine dégagée, le regard droit, la position des pieds (angle 45 degrés). Après, les troupes passent aux «pas de gym», les pompes, les exercices de sport... (Ph. Bziouat)

Sens de l’organisation et de la responsabilité, discipline, rigueur, respect de la hiérarchie et de l’uniforme, renforcement des valeurs de citoyenneté, qualification professionnelle, travail sur soi, exercices physiques... sont autant d’enseignements et de fondamentaux acquis par cette 36e promotion des appelés militaires. 

Treize ans après avoir été abrogé, le service militaire a été rétabli au Maroc. Au total, 15.000 appelés dont 1.100 jeunes filles bénéficient de cette formation depuis pratiquement un an dans différentes casernes et centres de formation. L’Economiste a mené plusieurs reportages dans des casernes. Des investigations avec de réelles immersions parmi les appelés.

Manifestement, il s’agit là d’un nouveau concept qui s’inscrit dans une vision de communication et d’ouverture de l’armée sur son environnement extérieur. Une manière de démystifier l’institution militaire et combattre les préjugés auprès de la société civile. C’est donc une opération qui a une double portée, à la fois pédagogique et sociale.

Pour s’enquérir de la formation, L’Economiste a participé au coup d’envoi de la 36e promotion des appelés relevant de la Brigade des blindés de Guercif (6e BRB). «Le service militaire a pour objectifs de consolider le sentiment d’appartenance à la patrie, renforcer les valeurs de patriotisme et de citoyenneté, la discipline, la rigueur... Il vous permettra également de bénéficier d’une formation militaire de qualité et une qualification professionnelle pour une meilleure insertion sociale.

  Cette initiative devra vous garantir de meilleures perspectives d’intégration dans le marché de l’emploi, voire au-delà dans la société», explique le général El Jazouli, en s’adressant à l’ensemble des jeunes conscrits pour leur expliquer les enjeux du service militaire ainsi que les droits et devoirs de chacun. L’opération de formation est répartie en trois étapes. Une première phase de 4 mois dédiée à la formation militaire, appelée dans le jargon: Formation commune de base (FCB).

La 2e phase porte sur une formation professionnelle à la fois théorique et pratique autour de plusieurs disciplines (informatique, mécanique, bâtiment, électricité, menuiserie, cuisine, plomberie, sport, sécurité...) avec des instructeurs rodés des Forces armées royales.

In fine, résume le général El Jazouli, le service militaire est un exercice à multiples enjeux pour développer l’autonomie, la rigueur, le respect, l’esprit d’équipe, le sens de l’organisation et de la responsabilité et surtout... le patriotisme. Au terme des 12 mois de formation, le stage garantit une meilleure insertion sociale et professionnelle de la jeunesse dans l’ensemble des régions du pays.

service-militaire-1-026.jpg

Cette promotion du Centre de formation des appelés (CFA) de Guercif compte un effectif global de 3.000 jeunes, tous de sexe masculin. Ils viennent quasiment de l’ensemble des régions du Maroc. L’âge moyen des volontaires et convoqués varie entre 18 et 24 ans. Outre l’uniforme, les appelés bénéficient de l’alimentation gratuite (ravitaillement), de consultations et soins médicaux dans des infirmeries et centres hospitaliers militaires, la couverture médicale, l’assurance décès et invalidité ou encore l’assistance médicale et sociale.

«Tous les moyens matériels, humains et techniques ont été mis en place pour garantir le succès de cette opération d’envergure nationale», précise le lieutenant Chokairi. Globalement, le contenu des formations est pluridisciplinaire. Il couvre notamment l’éducation physique, l’éducation morale, l’instruction et l’histoire militaire, le règlement interne des casernes, le comportement, les attitudes et même les postures et gestes... Pour le démarrage, le programme focalise la formation militaire de base (FCB).

L’armée, c’est aussi un engagement moral avec des droits et des devoirs, insiste le général des Blindés. «Vous devez savoir que ce centre de formation militaire est régi par un règlement interne qu’il va falloir respecter scrupuleusement», tient à préciser le général à l’ensemble de la promotion des appelés.

En clair, ceux qui ne se conforment pas au règlement risquent des mesures disciplinaires. La sanction va de l’avertissement aux arrêts simples ou encore des arrêts de rigueur en cas de récidive. A l’inverse, ceux qui se montrent exemplaires et disciplinés auront la possibilité de s’engager dans l’armée, sous réserve de répondre à des conditions et dans la limite des besoins de recrutement des FAR.

                                                                      

Ce que dit la loi

Une loi pour le rétablissement du service militaire obligatoire a été officiellement adoptée en février 2019 au Maroc au cours d’un Conseil des ministres présidé par le Souverain. Le texte fixe les «modalités de recensement, de sélection et d’enrôlement des assujettis au service militaire et la procédure suivie pour l’exemption de ce service». Les premiers conscrits ont été enrôlés en septembre 2019.

Des peines allant d’un mois à un an de prison sanctionnent ceux qui refusent de répondre à l’appel. Mais en cas d’inaptitude physique et de poursuites d’études universitaires, des exemptions sont prévues. Pour les femmes et les binationaux, le service militaire est facultatif. Le recensement et la sélection des conscrits sont assurés par le ministère de l’Intérieur. Pour chaque appelé, l’indemnisation est comprise entre 1.050 et 2.000 DH nets par mois.

                                                                      

Parcours du combattant...

service-militaire-2-026.jpg

Parmi les exercices fondamentaux de la formation des appelés: le parcours du combattant. Il s’agit là d’un entraînement physique intense dans des conditions extrêmes pour apprendre les techniques de franchissement d’obstacles en l’espace de 2 à 3 minutes.

«Il y a deux types de franchissement: l’un est de compétition, l’autre est plutôt utilitaire dans un environnement difficile tels que le fleuve, la forêt, la montagne, les zones rocailleuses, le sable...», explique un sergent chef.

Parmi les obstacles du parcours du combattant, figurent l’échelle de corde, les poutres jumelles, les poutres en zigzag, le réseau à enjamber, le mur d’escalade, le mur d’assaut, la table irlandaise, la fosse, la banquette/fossé, la pente, le petit mur, le gué, les plots ou encore le réseau à franchir en rampant... Il s’agit là d’obstacles pour simuler des situations en terrain hostile.

Dans ce même exercice, l’instructeur explique aux appelés les techniques du corps à corps (combat rapproché). Il s’agit là d’une situation extrême à laquelle recourt le soldat qui n’a plus de munitions ni d’arme.

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc