×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager

• Loi de finances 2020: Près de 29 milliards de déficit
28,8 milliards de DH! C'est le niveau du déficit budgétaire, selon le rapport trimestriel sur l’exécution de la loi de finances 2020. A fin juin dernier, les dépenses se sont élevées à plus de 231 milliards contre des recettes ayant atteint un peu plus de 203 milliards. Les arriérés de remboursement de la TVA et les demandes de restitution de l’IS se sont élevées respectivement à 41,2 et 4,1 milliards de DH, à fin décembre 2019.
M.A.M.

• Humour noir chez la Cnops
Dans une note officielle, la Cnops (Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale), assurant les employés de la fonction publique et assimilés, a décidé qu'elle ne rembourserait pas les frais de soins engagés par les familles en cas de coronavirus. La Caisse considère qu'il s'agit d'un cas de force majeure, où les obligations contractuelles cessent de s'appliquer. La Cnops ajoute que c'est l'hôpital public qui doit financer. Elle n’explique pas ce qu'elle entend faire avec les personnes tenues et soignées à domicile conformément à une récente directive du ministère de la Santé. La Caisse en rajoute en indiquant que la pandémie ne «figure pas dans le programme national de santé prioritaire», programme donnant droit à un remboursement (sic). Il n'empêche que la Cnops affiche sur son site que son «portail est un outil de proximité par lequel (elle) compte établir de nouveaux rapports fondés sur l'écoute, l'efficacité et la transparence».
N.S.

• Centre africain des maladies
La Note stratégique du HCP, de la Banque mondiale et du Système des Nations unies publiée lundi 17 août 2020 (L’Economiste du 18-08-2020) propose que soit créé au Maroc un centre africain de contrôle et de prévention des maladies. Ce centre sera placé sous l’égide de l’Union africaine. Ce qui a qualifié le Maroc pour abriter ce centre est sa rapidité de réaction face à la pandémie et les divers matériels et médicaments, envoyés par le Royaume dans une quinzaine de pays africains. Tous ces équipements étaient de fabrication marocaine: masques, visières, coiffes, blouses, gel, chloroquine et azithromycine.
N.S.

 • Mines: Altus reçoit l'accord pour un projet à Agdz
Altus Stratégies, cotée à AIM et à la TSXV, a franchi des étapes-clés dans le développement de son projet d'argent et de cuivre Agdz détenu à 100% au Maroc. L'entreprise vient de recevoir l'approbation de l'étude d'impact sur l'environnement (EIE) du ministère de l'Intérieur, de l'administrateur de la région de Drâa Tafilalet et du centre régional d'investissement pour le projet. L'EIE a été réalisée au premier trimestre 2020 par un cabinet conseil en environnement marocain indépendant et spécifie les conditions environnementales de référence ainsi que les détails à respecter par l'entreprise. L'EIE représente une étape-clé dans le processus de conversion du permis d'exploration actuel en permis minier, déclare le management d'Altus Stratégies.
A.R.

• Automobile: L'américain Adient ouvre une usine à Kénitra
Le groupe américain Adient, leader mondial des coiffes de sièges automobiles, prépare l'ouverture d'une seconde usine à Kénitra. Cette future unité de production permettra au fabricant de déployer une activité complémentaire de conception, de fabrication et de vente de produits et systèmes d'intérieur destinés aux voitures particulières ainsi que les camions légers. La nouvelle usine devra fournir des constructeurs de renom tels que BMW, Renault, Opel, Nissan...
A.R.

• Relance post-Covid: Les propositions d’Amadeus
L'institut Amadeus vient de publier un rapport sur «Les 5 piliers de la relance et de la construction du modèle de développement post-Covid-19». Pour ce think tank, il s’agit d’une contribution complémentaire aux propositions déjà soumises à la Commission spéciale du modèle de développement. L'idée est de prendre en compte «les répercussions multiformes et globales des conséquences de la pandémie de Covid-19». D'autant qu'avec la conjoncture actuelle, «les défis ont été démultipliés» et «les enjeux de développement chamboulés».
M.A.M.   

• Kénitra: Le transport par bus confié à Foughal
Après une longue crise du transport des bus, la commune de Kénitra trouve enfin un délégataire qui va remplacer Karama bus. Il s’agit de la société Foughal qui est présente particulièrement dans certaines communes de la région de l'Oriental. Le contrat de gestion déléguée a été approuvé par le Conseil de la ville de Kénitra lors d’une session extraordinaire tenue la semaine dernière. Le parc à mettre en service par le nouvel opérateur durant la première année du contrat sera composé de 138 nouveaux bus. D’une durée de 10 ans, le contrat prévoit un programme d’investissement global de 310 millions de DH.
 N.E.A.

                                                                                             

«Une leçon de management venue du Sud»

terrab-026.jpg

Le PDG de l’OCP écoutant et répondant patiemment aux questions et remarques des parlementaires en décembre dernier (Ph. Bziouat)

«Oui, il est de fait particulièrement rare de trouver des travaux qui mettent en valeur des expériences managériales dans des entreprises du Sud susceptibles d’être une source d’inspiration et de diffusion des bonnes pratiques car, en matière de gestion, le verbe gérer est souvent conjugué à tort et à travers.
Le plus souvent, dans ce domaine, passablement éculé et redondant du management, la "vérité", assenée par les médias, les organisations internationales, les consultants, les gourous, les chefs d’entreprises et les auteurs de best-sellers, vient du Nord et s’impose à tous comme idéal à atteindre et modèle à reproduire.
Trop souvent le management a été réduit à des recettes de cuisine, des normes rigides et des schémas sophistiqués sur le papier et parfaitement incapables de remplir sa fonction primordiale qui est d'aider à produire de la richesse créatrice d'emplois et d'opportunités pour servir les hommes.
De là, ma méfiance vis-à-vis des donneurs de leçons de management, surtout quand ils oublient le contexte, la culture, les finalités et le sens».(«L'ambition au cœur de la transformation: une leçon de management venue du Sud», écrit par Pascal Croset Dunod.)

------------------------------------------------------------

L’Economiste, content de le publier une 2e fois dans ses colonnes, ne change pas un mot de cet article.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc