×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Les priorités du PLF 21

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager
Relance économique, généralisation de la protection sociale et réforme du secteur public
Evaluation des stratégies sectorielles pour en lancer une nouvelle génération
Le programme Intelaka relancé

Le ministère des Finances a considéré que le PLF 21 constitue le coup d’envoi pour l’opérationnalisation des orientations royales, contenues dans le dernier discours du Trône. La première porte sur la mise en œuvre du plan de relance économique qui permet à des secteurs productifs de retrouver leur santé et d’augmenter leurs capacités à créer des postes d’emploi.

Ainsi, le gouvernement mettra en place toutes les conditions de financement, des incitations et des mesures de solidarité en vue de consolider l’effort financier exceptionnel annoncé par le Roi. Il consiste dans l’injection de 120 milliards de DH dans l’économie nationale et la création d’un Fonds d’investissement stratégique. Le but est d’accompagner les entreprises, particulièrement les TPE et les PME. L’un des objectifs de cet effort financier porte sur le maintien des postes d’emploi et la régularisation des salariés auprès de la CNSS.

■ La nouvelle charte d’investissement se fait attendre

plf-3-026.jpg

Selon la même approche qui donne la priorité à la création d’emplois, au soutien de l’entreprise nationale et au produit local, le gouvernement va poursuivre l’effort en matière d’investissement public, note la lettre de cadrage. Le but est d’accompagner les différentes stratégies sectorielles et les chantiers en cours d’exécution. En fait, il s’agit de procéder à l’évaluation de leurs performances, avec l’objectif de consolider les acquis. L’idée est de profiter des enseignements tirés pour la préparation et le lancement d’une nouvelle génération de plans sectoriels, basés sur la complémentarité et la convergence. Le gouvernement compte activer les mécanismes nécessaires pour la promotion des investissements privés nationaux et étrangers. Cela, à travers la poursuite des réformes institutionnelles visant l’amélioration du climat des affaires. Au menu également, la sortie de la nouvelle charte d’investissement, qui se fait attendre depuis quelque temps. Dans le même élan, il s’agit de poursuivre la mise en œuvre des CRI pour qu’ils puissent jouer leur rôle dans la promotion de l’investissement au niveau régional.

plf-4-026.jpg

■ Le programme Intelaka redynamisé  
En vue de permettre aux jeunes d’accéder aux sources de financements pour créer ou développer des entreprises, le programme Intelaka, qui a été gelé pour cause de pandémie, sera redynamisé. Par ailleurs, le gouvernement va accélérer la mise en œuvre de la loi qui transforme la CCG en SA. Dénommée Société nationale de la garantie et du financement de l’entreprise, elle verra ses missions élargies, tout en renforçant la pérennité financière du système de garantie. A cela s’ajoute la présentation de l’accompagnement nécessaire dans tout ce qui a accès au financement des entreprises privées, particulièrement les TPE, les PME ainsi que les établissements publics.

■ La mise en œuvre de la généralisation de la protection sociale
Pour réussir ce chantier stratégique, des mesures préalables et d’accompagnement seront prises en vue d’unifier le cadre légal organisant l’AMO. Il s’agit aussi de permettre aux indépendants et aux non-salariés de bénéficier des allocations familiales, ce qui n’est pas le cas dans la loi qui a été adoptée. Au menu également, la mise à niveau des structures hospitalières, l’organisation de la filière des soins et la

plf-5-026.jpg

réforme des programmes sociaux existants. Le but est d’augmenter l’impact sur les bénéficiaires. Il faudra également élaborer les mécanismes de financement de ce chantier stratégique à travers une refonte fiscale qui instaure une contribution professionnelle unique.

■ L’exemplarité de la réforme du secteur public
Conformément aux orientations royales,  le gouvernement va lancer une réforme profonde du secteur public et un traitement des dysfonctionnements structurels des établissements et des entreprises (EEP). L’idée est d’augmenter les capacités de complémentarité et de convergence dans leurs missions. Dans ce cadre, une Agence nationale sera mise en place. Elle sera chargée de la gestion stratégique des participations financières de l’Etat et de l’accompagnement des performances des EEP.

                                                                                    

Fin de clap pour des établissements publics

LE chef du gouvernement a invité ses ministres à prendre les mesures nécessaires pour la suppression des établissements publics dont la mission est terminée. Ils doivent également réduire leurs dotations de soutien et les lier à leur engagement à réaliser l’autonomie financière, selon un échéancier. Par ailleurs, ils doivent lancer les consultations entre les secteurs en coordination avec le ministère des Finances en vue de créer de grands pôles, regroupant nombre d’établissements qui opèrent dans des secteurs proches ou interdépendants. Le but est d’augmenter la rentabilité et de garantir l’efficacité dans l’exploitation des ressources et la rationalisation des dépenses. La lettre de cadrage rappelle que le PLF 21 doit constituer le lancement de ce grand chantier. Cela se fera à travers des projets de loi relatifs aux EEP que les ministres proposeront pour les liquider ou les regrouper. Idem pour les SEGMA et les comptes spéciaux du Trésor dont ils sont ordonnateurs.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc