×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

De Bonnes Sources

Par L'Economiste | Edition N°:5816 Le 04/08/2020 | Partager

• Banques: Le ratio de solvabilité perdrait 150 points de base 
Malgré les mesures de soutien aux entreprises et aux ménages, les banques s’attendent à une forte dégradation de leurs portefeuilles de crédit. La montée des impayés concernerait essentiellement les prêts aux TPME, les expositions sur les secteurs d’activité les plus touchés par la pandémie et certains ménages qui ont subi une rupture d’activité, indique Bank Al-Maghrib dans le rapport sur la stabilité financière. Les résultats du stress test macroéconomique mené en juin laissent ressortir une dégradation du taux de défaut de 2,3 points en 2020 à 9,9%. Il s’établirait à 10,8% en 2021. La crise affectera aussi la principale source de revenus des banques: la marge d’intérêt. Les deux effets combinés pèseront sur les fonds propres sectoriels. Le choc pandémique entraînerait une baisse de 110 points de base du ratio moyen de fonds propres de base à 9,3%. Le ratio de fonds propres de catégorie 1, lui, passerait de 11% à 9,8% tandis que le ratio de solvabilité moyen (fonds propre global) perdrait 150 points de base sur deux ans à 13,9% en 2020 puis 13,6% en 2021. Malgré le choc lié au Covid-19, les ratios prudentiels restent au-dessus des minima.F.Fa

La couverture des importations devrait se maintenir à 5 mois en 2020
Les impacts de la pandémie du Covid devraient être lourds sur la position extérieure du Maroc. Bank Al-Maghrib prévoit dans son rapport sur la stabilité financière une «forte aggravation du déficit du compte courant à 10,3% en 2021, après son raffermissement de 1,2 point de PIB en 2019». Dans ces conditions, les avoirs officiels de réserve qui se sont améliorés en 2019 assurant une couverture supplémentaire d’un mois par rapport à 2018, devraient baisser, selon BAM. L’institut d’émission assure que «leur niveau permettrait, toutefois, de couvrir autour de 5 mois d’importations de biens et services sur l’horizon de prévision». BAM est également positive quant au déficit qui devrait s’améliorer partiellement en 2021 à 5,8% grâce notamment à la reprise rapide prévue. M.A.B. 

• Les contrefacteurs ont un faible pour le billet de 200 DH   
Même si elle reste faible (5,2 billets sur un million de billets en circulation), la contrefaçon de billets de banque augmente. Le nombre de faux billets a, en effet, augmenté de 6% en 2019 à 9.575 unités. Ce qui équivaut à une valeur de 1,5 million de DH. D’après le rapport annuel de Bank Al-Maghrib (BAM), les billets de 200 DH sont les plus prisés par les contrefacteurs. Ils représentent 69% des contrefaçons. La série d’émission la plus copiée est celle de 2012 avec une part de 46%.

La planche à billets a moins fonctionné en 2019
Baisse de la production de billets en 2019. Bank Al-Maghrib a fabriqué moins de billets de banques l’an dernier avec un total de 484 millions d’unités par rapport à 2018. Les grosses coupures (100 et 200 DH) prédominent la production avec 64%. La production de pièces de monnaie a, pour sa part, fortement progressé (21%) pour atteindre  97,7 millions d’unités. La pièce de 1 dirham est la plus produite avec 41%. M.A.B.
• Les ménages cumulent près de 359 milliards de DH de dettes  
Les ménages sont toujours aussi endettés. D’après le dernier rapport sur la stabilité financière, Bank Al-Maghrib indique que leur endettement s’est élevé à 358,6 milliards de DH, en hausse de 5,1% après 5,7% en 2018. Le principal de cet endettement porte sur l’acquisition de biens immobiliers. Ceci dit en le rapportant au PIB, il demeure quasiment stable depuis 2014 autour de 31%. Ce qui n’est pas le cas des créances en souffrance qui poursuivent leur progression de 10,4% après 14,1% une année auparavant. «Leur taux de défaut, s’inscrivant dans une tendance haussière passant à 8,2% après 7,8% et 7,3% en 2018 et 2017, fait l’objet d’un suivi particulier».

• Situation inédite à l’Organisation des comptables agréés
Le mandat du président de l’Organisation des comptables agréés au Maroc est arrivé à échéance mardi 28 juillet et celui des 13 membres du conseil national le 20 juillet dernier. En l’absence du décret d’application du règlement intérieur permettant d’organiser de nouvelles élections, cette structure ordinale va se retrouver sans organes dirigeants. K.M.

• Le déficit commercial s’allège
Au premier semestre, les importations et les exportations ont reculé respectivement de 17,5 et 18,3% comparativement à la même période de l’année dernière, sachant que l’économie mondiale traverse actuellement une crise d’une ampleur inédite. A fin juin, le déficit commercial s’est allégé de 16,2%. Il s’est ainsi établi à -85,5 milliards de DH. Le taux de couverture enregistre une légère baisse, soit -0,6 point. K. M.  

• Le ministère de la Santé suspend les congés
Face à la flambée des cas actifs ces derniers jours, le ministère de la Santé a annoncé hier, lundi 3 août, l’annulation de tous les congés accordés aux professionnels de la santé. La tutelle appelle aussi tous ceux actuellement en congé à rejoindre leurs postes dans les 48 heures qui suivent l’annonce. T.E.G.
 
• Automobile: Recul de 33% du chiffre d’affaires à l’export
Les exportations du secteur automobile ont chuté de 33% au  premier semestre. Cela s’explique principalement par le recul des ventes de la construction de 40,3%, du câblage de 38,8% et de  l’intérieur véhicules et sièges de 26,2%. La part de ce secteur dans le total des exportations s’est ainsi établie à 23,2% contre 28,3% un an auparavant. K. M.
 
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc