×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

De Bonne Sources

Par L'Economiste | Edition N°:5814 Le 29/07/2020 | Partager

• Délais légaux: La refonte de l’article 6 publiée au BO
La réforme de l’article 6 de la loi sur l’état d’urgence sanitaire a été publiée au Bulletin officiel. La nouvelle version prévoit que le gouvernement peut suspendre, durant l’état d’urgence sanitaire, certains délais légaux prévus par des lois ou des décrets, s’il apparaît que leur maintien risque d’entraver l’exercice de certains droits ou de répondre à certains engagements. Concrètement, dès l’entrée en vigueur de ce texte, la suspension de tous les délais légaux prévus par la première version de la loi sur l’état d’urgence sanitaire ne sera plus opérationnelle. En vertu du nouvel article 6, le gouvernement devra préciser par décret les délais qui seront suspendus. M.A.M.

• Procès à distance: Bilan d’étape
4.403 audiences ont été tenues entre le 27 avril et le 24 juillet, selon la formule des procès à distance. Cela a concerné 87.893 détenus. Parallèlement, 75.203 affaires ont été mises au rôle durant cette période, selon les dernières statistiques du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. M.A.M.

• Transport aérien: Quelle issue après le 10 août?
L’état d’urgence sanitaire prend normalement fin le 10 août. Si cette date est maintenue, cela signifierait la réouverture des frontières, le retour des compagnies aériennes à leur activité normale et la reprise de leurs lignes régulières. En revanche, si l’Etat décide de prolonger l’état d’urgence, qu’adviendrait-il des vols spéciaux? RAM devrait les reconduire, selon une source de la compagnie, mais sur autorisation de l’Etat. Tout dépendra donc de la décision du gouvernement. A.Na 

• Banques: Le risque de concentration s’atténue...
L’évaluation du système financier (FSAP) conduite conjointement par le FMI et la Banque mondiale en 2015 avait mis en évidence la forte exposition des banques au risque de concentration, c’est-à-dire au risque lié à la défaillance de certains grands débiteurs (engagements excédant 5% des fonds propres). A l’époque, l’exposition du secteur sur les grands débiteurs représentait 3,4 fois les fonds propres. Depuis, les banques s’affairent au rééquilibrage de leurs portefeuilles. A fin 2019, leur engagement vis-à-vis des grands risques s’est établi à 363 milliards de DH, représentant 2,4 fois les fonds propres sur base sociale. Hors exposition vis-à-vis de leurs filiales, les engagements des banques sur les grands risques ressortent à 285 milliards de DH. Hors secteur financier, les grands débiteurs sont concentrés dans l’industrie extractive (9%) et l’industrie manufacturière (9%) et l’énergie (7%).  F.Fa. 

• ... 1,2 fois le PIB en total bilan
En social, le total bilan des banques s’est renforcé de 5,5% à 1.415 milliards de DH. Cela représente 123% du PIB. En consolidé, la taille du secteur bancaire s’est établie à 1.793 milliards de DH. En 2019, le secteur a dégagé un bénéfice de 12 milliards de DH en croissance de 8%. Cette performance est soutenue par la hausse de 4,9% du produit net bancaire à 49,5 milliards de DH et l’amélioration de 8% du coût du risque à 7,2 milliards de DH. Le coefficient d’exploitation moyen sectoriel s’est amélioré de 0,5 point à 50,2% grâce à la bonne tenue du PNB et une progression moins rapide des charges d’exploitation. F.Fa. 

• ... La marge d’intérêt s’est resserrée de 0,6 point en dix ans 
Le rendement moyen des crédits a poursuivi sa baisse pour s’établir à 4,63% en 2019. En dix ans, il a diminué de 1,22 point sous l’effet de la politique monétaire et du renforcement de la concurrence sur le marché. Parallèlement, le coût de la ressource a diminué de 0,62 point à 0,90% ce qui permet aux banques d’afficher une marge d’intérêt de 3,73% pour leurs opérations avec la clientèle. Elle s’est resserrée de 0,6 point en dix ans. F.Fa. 

 • .... Baisse des plaintes des clients 
Bank Al-Maghrib a traité 596 dossiers de réclamations de la clientèle en 2019, en baisse de 26% sur un an. Les motifs restent principalement le fonctionnement du compte (41%) et les conditions de crédit (27%). Bank Al-Maghrib a donné raison aux plaignants dans 65% des cas. F.Fa. 

• RAM maintient ses vols vers la France, pour l’instant
Air Arabia a annoncé lundi dernier l’arrêt de ses vols au départ du Maroc vers la France, du 4 au 10 août, «suite à de nouvelles restrictions de voyage». La France ayant imposé aux compagnies marocaines de ne pas opérer de vols dans le sens Maroc-France. Seuls les rapatriements de l’Hexagone vers le Royaume sont autorisés. RAM, pour sa part, garde ses vols pour l’instant. Aucune décision officielle n’a encore été prise. Les négociations sont toujours en cours avec les autorités françaises. A.Na 
• Interdiction de déplacement: Les porteurs de réservations d’hôtels exemptés?
L’interdiction de déplacement entre les villes pourrait sauter pour les porteurs de réservations d’hôtels.  Comme annoncé par L’Economiste du 27 juillet, les professionnels du tourisme  ont saisi la ministre de tutelle pour  cette exemption et ils attendaient toujours une réponse officielle à l’heure où nous mettions sous presse. Pour certains professionnels, le mal est déjà fait. Les annonces du 26 juillet et le chaos qui s’en est suivi a marqué les esprits des estivants. B.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc