×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Covid-19: L’accélération des contaminations fait craindre le pire

Par Franck FAGNON | Edition N°:5812 Le 27/07/2020 | Partager
Un éventuel reconfinement accentuerait la crise
Le record quotidien depuis l’arrivée de la pandémie: 811 cas positifs samedi dernier
economie_mettra_fin_a_24_ans_de_croissance_continue.jpg
 

C’est une option que le gouvernement ne souhaitait pas, mais l’accélération de la circulation du virus de ces derniers jours pourrait le pousser à reconfiner partiellement de l’économie. L’option serait de confiner des «territoires » à risque. Ce qui est certain, c’est que les contrôles vont se durcir dans les lieux publics comme dans les entreprises.
 Au 25 juillet, le nombre de personnes contaminées a atteint 19.645 soit 11.137 nouveaux cas depuis le déconfinement. La journée du samedi a battu le record quotidien depuis le début de la pandémie avec 811 personnes infectées. Avec l’Aïd Al Adha qui constitue une période de grande transhumance, les prochains jours sont à haut risque. «L’Aïd Al Adha intervient dans une conjoncture particulière et difficile, ce qui nécessite de se doter de la maturité et de la responsabilité pour éviter les visites inutiles et les contacts physiques et veiller au respect des mesures de prévention lors des rassemblements familiaux», conseille Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, lors d’un webinaire organisé par la société marocaine des sciences médicales. La distanciation sociale reste l’une des principales mesures à respecter pour limiter la propagation du virus. «Un reconfinement reste envisageable à tout moment en cas de non-respect des mesures de prévention et de sécurité, puisque le virus est toujours présent et guette la moindre occasion pour se propager davantage», prévient le ministre. 
Depuis le début du déconfinement, les autorités relèvent un relâchement des mesures barrières. Elles seront plus intransigeantes à l’avenir. Dorénavant, le port du masque de protection est obligatoire pour toute personne, hors de son domicile. Toute infraction est passible d’une peine d’emprisonnement d’1 à 3 mois et d’une amende pouvant atteindre 1.300 DH, ou l’une des deux peines sans préjudice de la peine pénale la plus sévère.
A ce stade, le PIB devrait baisser de 5% et le taux de chômage grimper à 14,8% selon les scénarios les plus optimistes. La recrudescence des cas et un éventuel reconfinement de l’économie balaieraient toutes ses prévisions et retarderaient la reprise. Tous les organismes de prévision anticipent un scénario de croissance en V avec un rebond de l’économie dès 2021. Mais, une deuxième vague de contamination compromettrait ce scénario.

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc