×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Employabilité des jeunes: Les promesses d’El Othmani

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5809 Le 22/07/2020 | Partager
Les aides pour arrêt d’activité ont concerné 2 millions de personnes âgées de moins de 40 ans
Le nouveau système axé sur les résultats couvrira 9.000 bénéficiaires d’ici 2022
Programme Amal en faveur de 100.000 personnes ayant perdu leurs emplois à cause de la Covid-19

Interpellé par les députés sur les mesures en faveur des jeunes pour dépasser les effets de la crise de la Covid-19, Saâdeddine El Othmani a botté en touche. Intervenant lors de la séance mensuelle des questions des politiques publiques à la Chambre des représentants, le chef du gouvernement s’est contenté de renvoyer aux programmes déjà lancés avant le début de la pandémie, à l’instar de la Stratégie nationale de la jeunesse, la 3e phase de l’INDH, dont les objectifs sont axés sur cette catégorie, ou encore le programme Intelaka, initié quelques mois seulement avant la pandémie.

el-othmani-parlement-09.jpg

Pour Saâdeddine El Othmani, «le dossier de l’emploi après la crise de la Covid-19 constitue un véritable challenge dans différents pays qui nécessite des mesures pour atténuer ses effets à court et moyen terme» (Ph. Bziouat)

Pourtant, les jeunes, dont une partie importante figure parmi la génération des «Ni-Ni», ont été directement impactés par la crise Covid-19. Cela s’est traduit par le passage à l’enseignement à distance pour les élèves, la perte d’emploi de ceux actifs dans des secteurs touchés par la crise, ou encore la mise en suspens des projets en cours de lancement pour ceux ayant opté pour l’entrepreneuriat.

Aujourd’hui, la catégorie des 15-34 ans représente 36,7% de la population marocaine, comme l’a rappelé El Othmani. Celui-ci a souligné que ces jeunes ont bénéficié des différentes mesures transversales lancées pour atténuer les effets de la crise. Cela concerne notamment les aides en faveur des personnes en arrêt d’activité durant la période du confinement, l’hébergement et la prise en charge des jeunes en difficultés, particulièrement ceux en situation de rue… Pour le chef du gouvernement, «le dossier de l’emploi après la crise de la Covid-19 constitue un véritable challenge dans différents pays qui nécessite des mesures pour atténuer ses effets à court et moyen terme». Il a insisté sur l’importance du soutien financier octroyé via le Fonds spécial Covid-19, dont «une grande part a bénéficié aux jeunes».

Par exemple, pour les personnes actives dans les professions libérales, 5,5 millions ont bénéficié de cette aide directe, dont 2 millions sont âgées de moins de 40 ans. Parallèlement, «les programmes d’accompagnement des jeunes à la recherche d’emploi seront renforcés, notamment avec la diversification et la mise à niveau des mécanismes en vigueur», a promis El Othmani.  Par exemple, l’Anapec a élaboré un programme baptisé «Amal», dont l’objectif est d’accompagner les personnes ayant perdu leur emploi à cause des effets de la pandémie. Il devra couvrir près de 100.000 personnes en arrêt d’activité. Cela devra s’accompagner de la poursuite des programmes déjà en place, comme Tahfiz et Idmaj. Ce dernier a permis l’insertion de 118.308 demandeurs d’emploi en une année, avec une hausse de 9% par rapport à 2018, a noté El Othmani. Celui-ci mise également sur l’amélioration des performances du programme d’auto-entrepreneurs.

A fin juin dernier, le nombre des personnes ayant bénéficié de ce plan a dépassé 233.656 personnes, dont la moitié est âgée de moins de 34 ans. Le chef du gouvernement a également mis l’accent sur l’importance du nouveau système d’employabilité basé sur un financement axé sur les résultats.

«Il vise essentiellement d’améliorer l’insertion des jeunes entre 18 et 35 ans sur le marché de l’emploi, particulièrement ceux ne disposant d’aucun diplôme, ainsi que les diplômés de l’enseignement supérieur ayant passé de longues périodes de chômage», a souligné El Othmani. Une expérience pilote a été lancée, visant le soutien de 9.000 bénéficiaires à l’horizon 2022. L’objectif est d’assurer l’insertion de 7.200 personnes dans le marché de l’emploi et l’accompagnement de 5.500 autres pour préserver leurs emplois actuels.

Jeunes 2.0

Le secteur des nouvelles technologies offre une série d’opportunités pour l’employabilité des jeunes. Le gouvernement est conscient de cette évolution, selon Saâdeddine El Othmani. Celui-ci a mis l’accent sur certains programmes déjà mis en place, à l’image de l’Académie numérique. «Le manque en ressources humaines qualifiées dans le secteur des NTIC a été de 1.500 personnes en 2019». D’où l’importance de cette Académie pour répondre aux besoins du marché dans ce domaine, en misant sur la formation de 3.000 jeunes par an, avec un taux d’insertion entre 85 et 90%. Pour l’expérience pilote, la première promotion sera lancée en septembre prochain en faveur de 100 jeunes. El Othmani a également rappelé l’élan d’inventivité depuis le début de la pandémie. Jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement a assuré l’accompagnement de 40 personnes, physiques et morales, dans la protection de leurs inventions liées à la gestion de la Covid-19 et de ses répercussions. Cela s’est traduit par l’enregistrement de 18 brevets d’inventions, relatifs notamment à des appareils de respiration, des applications de suivi des personnes atteintes de la Covid-19…

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc