×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossier Spécial

ENCG, ENSA, médecine… encore plus de places à prendre!

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5803 Le 14/07/2020 | Partager
Augmentation moyenne de 5% des sièges pour les nouveaux bacheliers
Le plus gros effort fourni par les facs de médecine, pharmacie et dentaire
Une hausse globale de 57,8% depuis 2018-2019

Bonne nouvelle pour les bacheliers 2020. Cette rentrée encore, les établissements universitaires publics à accès sélectif augmenteront leur capacité d’accueil des nouveaux étudiants, avec une moyenne de 5% de sièges supplémentaires. Les facultés de médecine et de pharmacie et celles de dentaire sont celles qui consentiront le plus gros effort sur les places pédagogiques à prendre.

grands-ecoles.jpg

Ces cinq dernières années, les effectifs des établissements universitaires à accès régulé ont augmenté de plus d’un tiers. Les écoles spécialisées en sciences de l’éducation sont celles qui ont enregistré la plus forte hausse (87,8%), suivies des EST (58,8%) et des ENCG (48,7%). La construction de nouveaux établissements a largement contribué à cette progression de la capacité d’accueil

«La faculté de médecine et de pharmacie de Tanger passe de quelque 110 à 200, soit presque le double. A celle d’Agadir, le nombre de sièges progresse de pratiquement 50%. Les autres facultés, comme celle de Rabat, continuent aussi d’étendre leur potentiel. La nouvelle faculté de Fès qui ouvre à la rentrée viendra renforcer le réseau», confie une source au département de l’Enseignement supérieur.

Les écoles, comme les ENCG, les ENSA, EST, ENSAM…, procèderont à des hausses entre 4 et 7% pour les nouveaux bacheliers. Ces dernières années, l’accès régulé a sensiblement élargi son offre. Entre 2018-2019 et 2020-2021 uniquement, le nombre de places à prendre s’améliore de 57,8%, passant de 20.000 à 31.570. Les écoles d’ingénieurs post-prépas, aussi, continuent d’accroître légèrement leur offre pour les nouveaux bacheliers. Cela dit, vu leurs moyens limités, cela risque d’être impossible à l’avenir. Le ministère prévoit de construire de nouveaux établissements pour renforcer la capacité d’accueil. Environ 13 sont programmés, y compris à accès régulé.  

La sélection passe par «Tawjihi»

Autre nouveauté cette année, l’abandon des concours de certains établissements, notamment ceux en accès post-bac. La sélection des ENCG, ENSA, ENSAM et de l’ENSAD passe désormais par la plateforme Tawjihi.ma, au même titre que pour les FST et les EST.

Les candidatures ont été ouvertes le 25 juin dernier. Les candidats seront classés par ordre de mérite. Ils seront choisis sur la base de leurs notes aux baccalauréats national (75%) et régional (25%), complétées par des coefficients de pondération spécifiques à chaque filière et en fonction du type d’établissement souhaité. Le processus est réparti en trois étapes.

Durant la première, s’étalant jusqu’au 4 septembre 2020, une première validation des inscriptions sera opérée. Les étudiants dont le choix d’affectation n’a pas été satisfait peuvent accéder à de nouvelles propositions de la plateforme durant les deux phases complémentaires, qui se dérouleront successivement du 7 au 16 septembre, puis du 18 au 30 septembre. Un guide avec tous les détails de l’opération a été publié sur Tawjihi.

Le projet initial de suppression des concours, dont la réflexion a commencé il y a quelques années, à l’époque de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi, prévoyait d’intégrer la sélection pour les facultés de médecine à Tawjihi. Le pas ne sera pas franchi à la rentrée 2020-2021.

Le concours national commun (CNC) d’admission aux écoles d’ingénieurs (post-prépas), pour sa part, est prévu du 16 au 18 juillet. Tandis que le concours national d’accès aux écoles de management (CNAEM) a été programmé du 11 au 14 juillet.

                                                                           

Un «petit bac» pour le concours de médecine

Pour la première fois cette année, il y aura un concours national unifié pour toutes les facultés de médecine, pharmacie et dentaire. Il sera probablement organisé durant la première semaine d’août. Des dizaines de centres d’examen seront mobilisés afin de permettre aux bacheliers de passer le concours à côté de chez eux, selon le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi. Il pourrait s’agir d’un établissement universitaire, un lycée, une salle de sport… «Ce sera comme un mini-baccalauréat», relève une source à l’Enseignement supérieur. Le procédé permettra d’augmenter la base des candidats. Ce n’est pas encore officiel, mais le nombre de bacheliers appelés aux épreuves pourrait bien doubler cette année.

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc