×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Régions

Marrakech/Transport urbain: Alsa roule toujours!

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5800 Le 09/07/2020 | Partager
Le contrat de gestion, achevé en juin 2019, reconduit pour la 2e fois
Double défi: des tarifs bas et limitation de la capacité d’accueil

Et rebelote pour une année de plus. Le transporteur Alsa continue de rouler à Marrakech même si son contrat est achevé. Le Conseil com­munal de Marrakech a prorogé les contrats de gestion déléguée des ser­vices de transport urbain pour une an­née supplémentaire (du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021).

marrakech-transport-urbain-099.jpg

Le transporteur urbain continue de rouler pour une année encore, mais ne va pas renouveler son parc vieillissant, du moins pour cette année. Pourtant, à une époque, Marrakech était citée comme un modèle pour le transport urbain au niveau national (Ph. Mokhtari)

Cette décision permet d’assurer la continuité du service, «en attendant le parachèvement des procé­dures de création du groupement des collectivités territoriales pour le trans­port urbain et intra-urbain, et la mise en place de ses structures», indique la commune. Il s’agit là d’un second prolongement exclusif du contrat relatif à l’exploitation du service du transport urbain par autobus, conclu avec la société Alsa. Le premier avait été effectué en juin 2019 (voir notre édition n°5531 du 10 juin 2019).

A l’époque, les deux partenaires (Alsa et la commune) étaient à couteaux tirés et le transporteur avait signalé des vices de forme autour du cahier des charges de l’appel d’offres pour renouveler la concession et désigner le futur adjudi­cataire. Il a fallu l’intervention du wali de Marrakech/Safi pour demander plus de temps pour peaufiner le processus d’adjudication et créer le groupement des collectivités locales. Les choses ont changé entre-temps. Il y a eu les trois mois d’arrêt de l’activité. Ensuite, il y a eu les mesures de lutte contre la pandé­mie du coronavirus qui exige un rem­plissage de 50%.

«Avec ces mesures sanitaires et les tarifs très bas exigés à Marrakech (4 DH), nous n’allons pas pouvoir nous en sortir», estime le DG d’Alsa, Alberto Perez. «Nous conti­nuerons à assurer ce service, mais nous ne pourrons pas renouveler le parc», regrette-t-il.

A noter qu’à Casablanca, le contrat qui relie Alsa au Conseil communal de Casablanca protège le transporteur puisque la ville assume le risque commercial. C’est en 1999 que le groupe Alsa s’était introduit au Maroc et s’était adjugé la concession de l’exploitation du transport urbain à Marrakech, investissant quelque 120 millions de DH pour prendre le relais de la Régie de transport de la ville après sa débâcle financière.

Le groupe espagnol a obtenu la concession exclusive de l’exploita­tion des lignes régulières de transport urbain sur la ville de Marrakech pour une période de quinze ans et un ral­longement de 5 ans. Ainsi, son contrat devait s’achever fin juin 2019. Initia­lement, le transporteur s’était engagé sur 18 lignes avec bus en service. Il opère aujourd’hui avec 37 lignes dont 15 en périphérie couvrant l’ensemble des quartiers de Marrakech et plu­sieurs provinces.

«Pendant les pre­mières années, le développement des lignes avait été toujours discuté entre les deux partenaires et aussi la société civile. C’est ce qui nous avait permis d’avancer malgré l’existence de lignes déficitaires», indique Perez. Avant Co­vid-19, la société transporte 200.000 passagers par jour à Marrakech, soit le quart de la population de la ville pour un chiffre d’affaires de 200 millions de DH par an.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc