×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Ennio Morricone, clap de fin pour «Il Maestro»

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5798 Le 07/07/2020 | Partager
Le compositeur italien aura résisté toute sa vie aux sirènes de Hollywood
Il signera pas moins de 500 bandes originales de films
ennio-morricone-098.jpg

60 ans de carrière, 500 bandes originales de films, des collaborations avec les plus grands réalisateurs, le style inimitable du Maestro fera de lui l’un des compositeurs de films les plus recherché (Ph. DR)

Ceux qui ont eu la chance d’assister à son concert sur l’esplanade du Bouregreg à Rabat se rappellent d’un moment mémorable. C’était lors de l’ouverture de l’édition 2009 du festival Mawazine. Le maestro était accompagné par pas moins de 100 musiciens du Győr Philharmonique Orchestra de Hongrie et  quelque 90 choristes marocains.

Du très grand spectacle! Ennio Morricone s’est éteint à l’aube du 6 juillet, à l’âge de 91 ans dans une clinique à Rome où il était hospitalisé à la suite d’une chute ayant provoqué une fracture du fémur. Il aura composé pas moins de 500 musiques de films  au cours d’une carrière de 60 ans. 

Son nom restera associé à son acolyte de toujours, Sergio Léone, réalisateur entre autres du mythique «Le Bon, la Brute et le Truand» et de «Pour une poignée de dollars» (1964) dont il signera la bande originale. Mais c’est certainement un air lancinant d’harmonica joué par Charles Bronson dans  «Il était une fois dans l’Ouest» (1968), du même réalisateur, qui restera à jamais gravé dans la mémoire des cinéphiles du monde entier.

Le compositeur romain travaillera également avec d’autres réalisateurs tels que Brian de Palma, John Huston, Terrence Malick, Bernardo Bertolucci ou encore  John Boorman… toujours à partir de sa ville natale qu’il refusera de quitter, malgré les sirènes hollywoodiennes.

Son style reconnaissable entre mille, mettant souvent à l’honneur des instruments considérés comme obsolètes, est fait  d’arrangements insolites où musique et bruitages s’entremêlent dans des mélodies entêtantes le tout dans une orchestration symphonique. «Il Maestro» se hisse très vite au sommet des compositeurs de musiques de film les plus demandés tout aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis.

Et même si l’hommage de ses pairs n’arrivera que tardivement, il recevra un premier Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 2007, mais c’est la bande originale du  film «Les Huit Salopards» de Quentin Tarantino qui lui vaudra son premier oscar en 2015, à l’âge de 87 ans. Mais pour ce musicien exigeant, les concerts étaient aussi importants pour pleinement apprécier ses compositions.

«Car au cinéma, on ne peut pas écouter avec attention la musique, il y a les dialogues, les bruits, les effets spéciaux, tout cela distrait le public. Or, la musique doit être écoutée et les concerts permettent au public d’écouter ma musique, seulement ma musique”, précisait-il à l’AFP en 2017.

Mais Morricone ne se cantonne pas au western, il compose également des bandes originales pour des films d’époque comme «1900», des comédies telles que «La cage aux folles» et met en musique des films engagés comme «Sacco et Vanzetti»  avec le célèbre «Here’s to You» chanté par Joan Baez.

A.Bo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc