×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Méthode Montessori: Eduquez par l’exploration

Par Karim Agoumi | Edition N°:5798 Le 07/07/2020 | Partager
methode-montessori-098.jpg
Basée sur l’apprentissage par l’expérimentation et la liberté de l’enfant dans le choix de ses activités, la méthode Montessori développe dès le plus jeune âge l’autonomie et la confiance en soi. Une pédagogie éducative qui a déjà fait ses preuves à l’étranger mais demeure encore timide au Maroc (Ph. R.M. - Les visages ont été modifiés)

Permettre aux enfants d’évoluer à leur propre rythme et en toute liberté en faisant appel à leur cinq sens et à la manipulation naturelle de leur environnement. Tels sont les pi­liers de la pédagogie Montessori, qui connaît un succès grandissant sous nos cieux depuis quelques années. Pourtant, tandis que les écoles ensei­gnant cette méthode d’éducation se multiplient à travers le pays, bon nombre de parents la trouvent trop laxiste. Mais en quoi consiste précisé­ment cette approche qui place l’élève au centre de tous les apprentissages? Eléments de réponses avec Majda Alaoui, fondatrice de la première crèche maternelle Montessori de la capitale Rabat’M Montessori.

■ Une pédagogie centrée sur l’expérimentation
Montessori est une méthode d’édu­cation alternative axée sur l’expéri­mentation et l’apprentissage en dou­ceur. Son concept? Amener l’enfant à explorer son environnement par son propre chef et à son rythme, sans la présence de contraintes. Objectif: développer confiance en soi et auto­nomie chez les jeunes élèves tout en respectant leur rythme d’apprentissage et leurs centres d’intérêts. Un moyen de les éveiller dès leur plus jeune âge. Une approche née au début du siècle dernier et imaginée par Maria Mon­tessori, l’une des premières femmes médecins d’Italie.
L’avis du spécialiste: La péda­gogie Montessori permet de libé­rer considérablement le potentiel de chaque enfant en éveillant sa curiosité et son plaisir d’explorer. L’apprenant est amené à comprendre par lui-même le monde qui l’entoure et à réaliser ses propres expériences, devenant ainsi acteur de son développement.

■ Une démarche reposant sur plusieurs piliers phares
L’approche Montessori repose en premier lieu sur le libre choix, rendu possible par un matériel adapté à la taille de l’enfant et à sa force. En effet, l’intégralité des activités sont placées sur des étagères mises à sa portée. L’enfant peut alors choisir de répéter l’activité autant de fois qu’il le souhaite et à tout moment, suivant ses besoins qui évoluent en fonction de son âge et appelés les périodes sensibles. Parmi ces dernières notamment, le mouve­ment, le langage, l’ordre ou encore le raffinement des sens. Autre pilier essentiel de cette pédagogie, l’auto-correction qui invite l’enfant à repérer lui-même ses erreurs. Enfin, le rythme de chacun doit impérativement être respecté, et ce peu importe que l’enfant soit rapide ou lent. Un rythme pouvant varier suivant les différents moments de la journée, de l’activité ou de sa période de développement.
L’avis du spécialiste: Pour per­mettre un développement harmonieux, il est crucial que les enfants traversant les mêmes étapes de vie soient réunis dans un seul et même espace. Il faut savoir en effet que la cohabitation favorise l’entraide, le respect mutuel ainsi que l’échange. Par ailleurs, les élèves doivent impérativement béné­ficier d’un temps d’activité autonome. Ceci permet de respecter son rythme d’apprentissage et d’étendre sensible­ment sa concentration.

■ Des outils et un environnement conçus pour le plaisir d’apprendre
Montessori, c’est aussi des outils à mettre librement à la disposition des enfants. Cependant, chacun d’entre eux leur sera «présenté» dans un but précis et aura, en plus de son rôle fonctionnel, un caractère esthétique. Les objets en question ne doivent par exemple pas contenir de couleurs dites «flashy» ou encore être fabriqués à partir de plastique ultra brillant. Au contraire, ils doivent être conçus à par­tir de matériaux nobles et simples pour faciliter leur concentration. Parmi les plus connus, l’on trouve ainsi les blocs «d’encastrement» qui favorisent la mo­tricité et la coordination entre l’oeil et la main. Autre jouet tout aussi essentiel pour le développement des tout petits, les coussins sensoriels. Des petits cous­sins se distinguant par la texture de leur tissu ou encore par une couleur parti­culière qu’il faudra classer par paire. Objectif: travailler le toucher. Mais l’éducateur peut aussi inclure dans son approche des imagiers, autrement dit des dessins sobres et proches de la réalité aux antipodes des jeux ultra colorés et sonores. Un moyen pour le jeune enfant d’assimiler plus aisément les images.
 

majda-alaoui-098.jpg

Directrice de la première crèche maternelle Montessori de la capitale Rabat’M, Majda Alaoui a été formée à la méthode Montessori au Kid’s Montessori Lasne de Belgique ainsi qu’au centre Nascita Angers en France. Elle a exercé dans des crèches à Paris et à Montreuil, avant de créer Rabat’M Montessori en septembre 2017 (Ph. M.A.)

L’avis du spécialiste: La pédago­gie de Maria Montessori est scienti­fique. Aussi, son matériel s’avère être d’une grande précision et ne laisse pas de place au hasard. Il a été soigneuse­ment étudié pour stimuler les cinq sens chez l’enfant et valorise avant tout le travail manuel pour nourrir son intelli­gence en profondeur.

■ Un enseignant jouant la fonction de guide
L’éducateur pratiquant l’approche Montessori revêt un rôle de guide avant tout. Son but n’est donc pas de transmettre un savoir, mais un «savoir-apprendre». Pour y parvenir, il doit ob­server pour comprendre l’enfant mais également l’accompagner tout en res­pectant sa réflexion. Une intervention dosée au millimètre qui amène à consi­dérer l’élève comme son égal.
L’avis du spécialiste: L’éduca­teur doit apprendre à rester à l’écoute de l’enfant et accueillir ses initiatives avec beaucoup de bienveillance. Ainsi, pour lui montrer une manière précise de procéder, il est amené à reproduire le geste le plus lentement possible en se mettant à son niveau. Quant aux pu­nitions et aux paroles trop humiliantes, celles-ci sont à bannir. L’élève tra­vaille en effet uniquement pour satis­faire son besoin intérieur.

■ Des freins sociaux et culturels au Maroc
Montessori compte plusieurs écoles au Maroc. Devenue «tendance», ce n’est pas pour autant que la méthode séduit. En effet, beaucoup de parents demeurent encore sceptiques quant à sa fiabilité et lui préfèrent le système classique plus rassurant. Quant au prix à payer pour intégrer ce type d’établis­sement sous nos cieux, il tourne autour de 4.000 DH par mois. Soit près du double du tarif traditionnel.
L’avis du spécialiste: Beaucoup de parents marocains demeurent réticents à inscrire leurs enfants dans une crèche Montessori. Ils ont du mal à accepter l’absence d’évaluation, de cahiers et de système de notation - qui fait pour­tant la force de la méthode – et ne per­çoivent pas toujours son utilité.

Karim AGOUMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc