×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Royal Air Maroc: Le détail du plan de départs «volontaires»

Par Amin RBOUB | Edition N°:5797 Le 06/07/2020 | Partager
Suppression de 900 postes toutes catégories confondues
180 pilotes et 500 hôtesses et stewards seront remerciés
Licenciement économique des salariés ayant moins de 3 ans d’ancienneté

La compagnie aérienne RAM s’est enfin résolue à se séparer d’une bonne partie de son personnel PNT (pilotes) et PNC (hôtesses et stewards). La décision vient de tomber comme un couperet suite au Comité d’entreprise tenu jeudi 2 juillet sous la présidence du PDG, Abdelhamid Addou.

ram-097.jpg

Sur demande de l’Etat, la flotte de RAM sera considérablement réduite. Une vingtaine d’appareils resteront cloués au sol avant de décider de leur sort: cession ou location. Parmi les avions immobilisés, figurent quatre Dreamaliners, quatre Embraer et une douzaine de Boeing 737 (Ph. L’Economiste)

Cette rencontre s’est soldée par un plan de sortie de crise décliné en une série de décisions et de mesures à la fois douloureuses et inéluctables. Parmi les résolutions majeures adoptées en présence des délégués du personnel, un plan de départs volontaires pour près de 900 salariés toutes catégories confondues.    

En effet, RAM compte se séparer de 180 pilotes et de plus de 500 hôtesses et stewards. D’autres postes sont concernés par le licenciement économique, notamment les salariés ayant moins de 3 ans d’ancienneté et les nouvelles recrues. «La formule adoptée consiste aussi à privilégier les départs volontaires en faveur des salariés âgés de 55 ans et plus avec au moins une quinzaine d’années d’expérience», confie une source proche du management de RAM.

«Ces décisions interviennent suite à une série de négociations avec le gouvernement afin d’élaborer un plan de restructuration de la compagnie», tient à préciser une source auprès du ministère de tutelle. Compte tenu de la fragilité de la situation financière de Royal Air Maroc et de la baisse d’activité du trafic aérien qui pourra se poursuivre jusqu’à 2023, l’Etat a préconisé la réduction des coûts.

Théoriquement, l’activité de la compagnie devra enregistrer une baisse de l’outil de production de l’ordre de 30%. Par conséquent, la baisse de régime devra se traduire systématiquement par des suppressions d’emplois, surtout pour les postes et opérations d’exploitation (personnel navigant: pilotes, hôtesses, stewards...)

D’autres postes sont concernés par les réductions du personnel, notamment l’enregistrement, le commercial, les représentations des escales à l’international ou encore le handling et les salariés au sol qui ont un lien direct avec les opérations liées à l’exploitation des vols.

Dans ce même esprit de maîtrise des charges et rationalisation des dépenses, RAM a décidé de supprimer plusieurs escales et lignes à l’international ainsi que les postes de représentants commerciaux sur place. Cette vague de suppression de lignes concerne notamment Le Caire, Amman, Beyrouth, Miami, Boston, Rio de Janeiro, Sao Paolo, Vienne, Athènes, Copenhague, Stockholm ou encore Angola et Tchad.

Par ailleurs, une vingtaine d’appareils resteront cloués au sol. Ils resteront immobilisés en attendant la décision de leur cession ou location. Autrement dit, la compagnie devra opérer avec 38 appareils seulement. Parmi les avions en immobilisation, figurent quatre Dreamliners (Boeing 787), 4 Embraer ou encore une dizaine de 737.   

Fondée en 1957, Royal Air Maroc exploite jusque-là une flotte de 61 appareils dont un Cargo. La compagnie a pendant longtemps fonctionné avec des effectifs pléthoriques. Un sureffectif qui a alourdi la masse salariale. Au total, RAM tourne avec quelque 3.900 salariés, dont 2.900 auprès de la compagnie, 1.500 opérant dans le giron de la filiale AMS (Atlas Multiservices) et 500 autres dans le handling (RAM Handling).

L’AMPL boude...     

A noter que l’AMPL (Association marocaine des pilotes de ligne) a botté en touche. L’instance a refusé de participer à la réunion du Comité d’entreprise de jeudi dernier. Et pour cause: les pilotes privilégient plutôt une rencontre «exclusivement à caractère bilatéral» avec le management afin «d’apporter des réponses adéquates à même de préserver les intérêts, la pérennité et les équilibres macroéconomiques de la compagnie». Voilà ce qui annonce un énième épisode de bras de fer entre les pilotes et les dirigeants. Selon une source proche du management, «l’AMPL est une association qui n’a pas le statut de syndicat. Elle n’est pas censée siéger au Comité d’entreprise. Je tiens à préciser que ce comité s’est déroulé en présence des partenaires sociaux avec deux délégués du personnel qui représentent la catégorie des pilotes».

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc