×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Oujda/Génération Covid-19 : Ces jeunes qui embellissent leurs quartiers

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5787 Le 22/06/2020 | Partager
Nouvelle vague de communication urbaine dès la levée du confinement
Attentes et espoirs en un avenir meilleur
ouajda1.jpg
 

Les jeunes d’Oujda ne cessent de surprendre. Une fois que les départements de la Santé et l’Intérieur ont déclaré l’Oriental région free of Covid-19, ils se sont lancés dans des concours d’embellissement de leurs quartiers. Espaces verts, ronds-points, trottoirs, ruelles, rues, façades de maisons ou murs à l’abandon ont été convertis en fresques urbaines. Des graffitis de tous genres ont transformé certains quartiers, aux multiples points noirs, en havres ruraux. Aussi plusieurs arrondissements d'Oujda assistent à une campagne de nettoyage et de décoration sans précédent, grâce à des initiatives personnelles pilotées par des associations de quartiers ou groupes d’Ultras. Tous épris de beauté urbaine.
Cette nouvelle vague de communication sociale infirme l’adage qui dit que les murs ont des oreilles. Ils ont désormais une bouche et s’expriment. Ils renseignent sur les auteurs, leurs aspirations, leurs façons d’appréhender leur quotidien et manifester leurs attentes.

ouajda2.jpg
 

Des dessins muraux et graffitis pour lutter contre l’agressivité visuelle d’espaces délabrés. Comme ils consolident les rapports de solidarité sociale, renforcent l’appartenance à un territoire, ancrent le goût artistique, développent la concurrence positive entre les jeunes, améliorent le bon voisinage, impliquent les jeunes dans la propreté de leurs quartiers et la multiplication des espaces verts tout en réduisant les points noirs d’insalubrité. C’est ce qu’ont expliqué plusieurs jeunes enthousiastes aux initiatives artistiques d’embellissement urbain.
«Les jeunes appréhendent l’avenir avec beaucoup d’espoir et espèrent faire du post-Covid-19 une aubaine pour améliorer leurs conditions de vie dans des quartiers qui commencent à les étouffer. Ces différentes expressions artistiques sont des cris d’espoir.

ouajda_3.jpg

Les expressions murales et autres graffitis existent depuis longtemps. Elles ont permis à l’homme d’éterniser son passage et de se projeter dans l’avenir (Ph. AK)

Reste à les canaliser pour en faire une opportunité de changement positif», explique  Abdelkader Amrani, cadre pédagogique et accompagnateur de jeunes d’un quartier populaire d’Oujda. De son côté, Ayoub Sebbane, jeune engagé dans la réalisation de fresque et la propreté de son quartier ne cache pas sa fierté de participer à ce type de campagnes qui permettent aux jeunes d’extérioriser leurs potentiels créatifs, énergies positives et espérer un avenir meilleur dans un Maroc qui les écoute et préserve leur dignité.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc