×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5783 Le 16/06/2020 | Partager

• Le marché de la dette dominé par les bons du Trésor
La domination des bons du Trésor dans le marché de la dette est toujours aussi forte. Ils représentent 71% de l’encours global avec des levées ayant atteint 35,6 milliards de DH au cours du premier trimestre 2020. Les émissions du Trésor ont majoritairement porté sur les maturités longues (63%). 24% des levées ont été effectuées sur les maturités moyennes et 13% sur le court terme, avec des taux compris entre 2,2% et 4%.
M.A.B.

• A peine 2 cas positifs sur 31.000 salariés dépistés
L’opération massive de dépistage des salariés des entreprises du secteur privé chapeaute par la CGEM qui repose sur des tests PCR a connu l’inscription de 350.290 salariés. Sur ce total 31.000 employés ont été dépistés ce qui a permis la découverte de 2 cas positifs uniquement. Etant donné que le Maroc a opté pour une stratégie de pooling pour optimiser les moyens disponibles et augmenter significativement les capacités de tests pour passer 40.000 tests par jour très prochainement. Pour garantir un meilleur ciblage, un algorithme a été adopté pour la priorisation des entreprises à tester, sur la base de critères sanitaire, social, sectoriel et économique. Un second algorithme a été établi pour le choix des salariés au sein d’une même entreprise.
 M.A.B.

• Les directives sanitaires du ministère de la Justice
Le ministère de la Justice incite les responsables administratifs et judiciaires  à prendre plusieurs mesures sanitaires après l’allégement du confinement. Un guide de gestion administrative a été mis à leur disposition. Le ministère invite ses collaborateurs à prendre attache avec les sociétés de gardiennage pour filtrer les entrées des usagers au sein des juridictions notamment via l’usage des thermomètres et des caméras de surveillance. Les sociétés de nettoyage doivent aussi renforcer leurs dispositifs. La désinfection des salles est obligatoire après chaque audience et les juridictions une fois par semaine au moins. Gel désinfectant, gant et masques de protection devront êtres disponibles.
 F.F.    

• Environ 350 procès à distance
344 audiences en visioconférence tenues du 8 au 12 juin, annonce le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Cette démarche vise  à parer au risque de contamination par le coronavirus. Ainsi, 6.096 affaires ont été traitées via visioconférence dont 2.406 soldées par un jugement. Le nombre des détenus ayant bénéficié de procès à distance s’élève à 7.176.
 F.F.  

• Violence contre les femmes: Une riposte gouvernementale
Une capsule de sensibilisation a été mise au point par la Commission nationale de prise en charge des femmes victimes de violence en partenariat avec le Conseil de l’Europe. La période de confinement a connu  des cas d’agression physique et psychique qui ont d’ailleurs suscité des alertes chez la société civile (cf. L’Economiste n°5739 du  13 avril 2020). La capsule rappelle que d’autres actes de violences à l’égard des femmes, sexuelle et économique, sont pénalisés. Elle met à disposition du public deux numéros de téléphone, le 19 pour la police et 177 pour la gendarmerie royale. Cette initiative louable intervient malgré tout un peu en retard puisque le confinement dure depuis trois mois. Un autre contact téléphonique est disponible, le 8350.
F.F.  

• Des vacances judiciaires à partir du 3 août
La nouvelle fait grincer des dents dans l’arrondissement judiciaire de Casablanca. Sa cour d’appel de commerce annonce les vacances judiciaires à partir du 3 août. L’annonce est une douche froide pour les praticiens notamment les avocats. La justice tourne au ralenti depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire le 20 mars. La pause forcée imposée par le coronavirus a engendré l’arrêt des délais et donc l’accumulation des dossiers. La reprise partielle annoncée pour le 11 juin pour certaines affaires a été relativement bien accueillie  (Cf. L’Economiste n°5770 du 28 mai 2020). Ces vacances judiciaires interviennent au moment où l’agenda d’un retour à la normale est prévu dans les juridictions pour le 1er septembre. Cette pause estivale risque d’amplifier le retard dans le traitement des dossiers. Il y a les anciennes affaires en attente et les nouvelles comme la vague d’entreprises en difficulté pronostiquée par des avocats d’affaires (cf. L’Economiste n°5769 du 27 mai 2020).
F.F.    

• Enseignement: Le ministère veut accélérer la concrétisation de la loi-cadre
L’Education nationale dispose de trois ans pour décliner la mise en application de la loi-cadre sur l’enseignement. Avec la crise pandémique, près de 3 mois ont été perdus. Le ministère entend donc se rattraper. Des négociations viennent d’être entamées pour les décrets d’application relatifs au secteur privé. Au total, pour concrétiser la loi-cadre, environ 79 décrets et 80 arrêtés sont nécessaires. Près de 6 lois doivent également être amendées.
A.Na

• Afriquia déploie le paiement mobile dans ses stations  
Depuis hier, lundi 15 juin 2020, il est possible de procéder au paiement via mobile au sein des stations Afriquia SMDC et d’Afriquia Gaz. Le groupe Akwa vient en effet d’introduire le règlement à travers le smartphone. Il vous suffira de disposer d’un porte-monnaie électronique (M-Wallet) auprès d’un opérateur bancaire ou d’un établissement de paiement mobile comme Attijari Pay ou Jibi (Wafacash), d’indiquer au personnel le mode de règlement et de finaliser la transaction avec une simple lecture d’un QR Code affiché sur le TPE (terminal de paiement électronique) par le mobile. Le lancement de ce nouveau mode de règlement qui devra prochainement être généralisé sur l’ensemble de leurs réseaux a pour objectif de remplacer le paiement en espèces puisqu’il évite le contact physique. Afriquia SMDC et Afriquia Gaz sont ainsi les premiers opérateurs marocains à introduire le paiement mobile dans leurs domaines d’activités.
M.A.B.

• Carte d’identité électronique: Des ONG critiquent l’exclusion de l’Amazigh
Un collectif d’ONG a critiqué «l’exclusion de la langue amazighe de la loi 20-04 relative à la nouvelle carte d’identité électronique nationale». Ce texte détermine notamment les informations devant figurer sur les deux faces de la nouvelle carte, en caractère arabe et latin. Ces ONG, menées par le bureau national de la Fédération des associations amazighes, appellent les groupes parlementaires à introduire des amendements pour que ces informations soient également inscrites sur la CIEN en tifinagh.
M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc