×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Déconfinement: A Casablanca, la vie reprend son cours, mais...

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5780 Le 11/06/2020 | Partager

A compter du jeudi 11 juin, les Casablancais reprendront progressivement leur vie normale. Les activités économiques et commerciales reprennent  petit à petit.  Sont concernés par ces nouvelles mesures d’assouplissement les entreprises, professions libérales, métiers de proximité, à l’exception des restaurants et cafés avec consommations sur place, hammams, salles de cinéma et théâtres...

barrage-confinement-080.jpg

Le maintien de Casablanca-Settat en zone 2 est compréhensible. C’est la région qui détient le triste record de 2.885 cas selon le dernier décompte en date du 10 juin, soit un tiers des cas recensés au niveau national (Ph. Jarfi)

Les transports en commun seront à 50% de la capacité d’accueil et les commerces ont l’obligation de fermer à 20 h et pour se déplacer hors Casablanca, il faudra disposer d’une autorisation exceptionnelle de déplacement. Ce sont en gros les mesures du plan d'assouplissement du confinement sanitaire, valables jusqu’au 10 juillet prochain.
Le maintien de Casablanca-Settat en zone 2 est compréhensible. C’est la région qui détient le triste record de 2.885 cas selon le dernier décompte en date du 10 juin, soit un tiers des cas recensés au niveau national.

Mais elle est également un véritable poumon économique du Royaume. Elle compte pas moins de 108.000 entreprises, dont 44.000 déclarées en arrêt de travail. La CGEM, qui représente le secteur privé au parlement et au sein du Comité de veille économique, a appelé à la sensibilisation et à la mobilisation, en collaboration avec les autorités locales et communales, pour assister les entreprises à reprendre progressivement leurs activités. Casablanca reste la principale ville du pays en termes d’activité économique, représentant près du tiers du PIB national.

Premier centre industriel du pays, la métropole compte plus du tiers des établissements industriels du pays et 55% des unités productives, avec près de 60 % de la main-d’œuvre industrielle et 40% de la population active marocaine. Casablanca draine 48 % des investissements et son port, avec celui de Mohammedia, réalise 55 % des échanges maritimes. Au total, avec le rail, l’air et la mer, la métropole assure 69% des échanges extérieurs du pays.

Troisième destination touristique du Maroc après Marrakech et Agadir, Casablanca abrite également les sièges de pratiquement toutes les fonctions financières et économiques: sièges de la quasi-totalité des banques, des assurances, de presque tous les grands groupes nationaux, de la Bourse des valeurs, en plus du quartier Casablanca Finance City.

Casablanca, avec ses infrastructures de transport sous toutes ses formes routière, ferroviaire, maritime et aéroportuaire, assure plus de 40% de la mobilité nationale et son aéroport, le plus grand du Maroc, la relie avec plus de 100 grandes villes internationales.

A.E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc