×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Déconfinement: Détails du dispositif pour les administrations

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5778 Le 09/06/2020 | Partager
Priorité aux missions liées à la relance des activités économiques et sociales
Les autres services reprendront de façon progressive

Comme nous l’avons annoncé dans notre édition du 29 mai dernier, le ministère des Finances et de la réforme de l’Administration a mis en place un guide pratique pour le déconfinement des fonctionnaires. Ce document de 48 pages vise à accompagner l’administration, les collaborateurs, ainsi que les usagers, dans la gestion des étapes de levée du confinement. L’élaboration de ce guide a «pris en compte les spécificités de chaque service public».

deconfinement-administrations-078.jpg

En plus de l’adaptation du mode opératoire des différents services administratifs en vue d’atténuer les risques de propagation du virus, le guide pratique élaboré par le ministère des Finances et de la Réforme de l’administration fixe une série de mesures de prévention à appliquer par les fonctionnaires et les usagers au sein des locaux administratifs (Ph. Bziouat)

Cette approche se base également sur l’utilisation des différents moyens disponibles, notamment technologiques, est-il indiqué. Par exemple, ce département a élaboré un projet de décret sur le télétravail (cf. www.leconomiste.com). Les différents services publics sont également tenus de mettre en place des plans d’action sectoriels, pour le retour progressif au travail normal.

L’objectif est notamment «d’assurer la continuité des services publics, tout en garantissant la sécurité des fonctionnaires et des usagers, en plus de l’accompagnement de l’Administration de la reprise des activités économiques et sociales». Pour le ministère de tutelle, «la phase d’après confinement ne peut être appréhendée qu’à travers l’adoption d’une logique progressive et prudente en fonction de l’évolution de la crise sanitaire».

La priorité est donnée aux «missions et services à même de relancer l’économie et de fournir les services publics de base à l’usager». Ces missions prioritaires doivent être classées selon trois niveaux, qui devront correspondre à trois phases de reprise, en fonction de leur importance. Les autres services seront relancés progressivement, fait-on savoir.

Dans les détails, une série de mesures sont prévues par ce document pour la reprise du travail dans l’administration. Cela concerne notamment les aspects liés à la gouvernance. Il s’agit par exemple de la mise en place de commissions internes, regroupant des représentants des RH, des affaires générales et logistiques, de la communication et de la planification et programmation.

En plus de l’équipement et du réaménagement des lieux de travail, un plan d’action doit être élaboré par chacun des services, définissant les missions prioritaires, le mode de travail adopté pour chaque fonction (télétravail, présentiel ou par rotation), ainsi que les fonctionnaires désignés pour assurer la permanence.

Ce document précise que les femmes enceintes et les fonctionnaires atteints d’une maladie chronique ou immunitaire doivent bénéficier d’aménagements qui prennent en compte leur état de santé. Ce dispositif de réorganisation des administrations fera l’objet de suivi et d’évaluation via des rapports périodiques, comme cela est prévu par ce guide.

Les autres activités devront reprendre de façon progressive, en fonction de l’évolution de la situation pandémique. Cela concerne par exemple les réunions de gestion des ressources humaines, les commissions départementales, les examens professionnels, les commissions paritaires, les entretiens de sélection pour les emplois supérieurs et postes de responsabilité.

Pour les fonctionnaires qui sont tenus d’assurer leurs missions dans les locaux des différents services publics, un dispositif de prévention a été déployé. Les portes d’entrée des administrations sont équipées d’appareils de mesures de la température. Des salles d’isolement sont également prévues pour la prise en charge des fonctionnaires dont la température dépasse 37,30°.

Dématérialisation

Le nouveau mode opératoire de l’administration publique pour réduire les risques de propagation du Covid-19 mise sur la dématérialisation des échanges entre services. L’idée est de «réduire au minimum la circulation des documents papier». Cette orientation devra s’appuyer sur certains mécanismes déjà opérationnels, comme le bureau d’ordre digital, le service électronique du courrier administratif, le parapheur électronique… Cela devra s’accompagner de la généralisation du système de prise de rendez-vous en ligne et de celui de la signature électronique.

M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc