×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Des «masques» tombent dans le textile

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5763 Le 18/05/2020 | Partager
7 membres du bureau de l’Amith Nord ont démissionné
Ils dénoncent une mauvaise gestion de l’opération de pro­duction de masques solidaires

Le bureau de l’Amith-Nord est au bord de la scission. 7 membres parmi les 12 qui le composent ont présenté leur démission jeudi der­nier. Dans un communiqué, ils se plaignent de la mauvaise organisa­tion qui a sévi, selon eux, dans le cadre d’une opération de production et de distribution de 4 millions de masques gratuits aux habitants de la région. Elle avait été annoncée tam­bour battant par un communiqué de l’Amith et de la Chambre de com­merce et d’industrie de la région le 7 avril dernier.

tanger-textile-063.jpg

Démission collective au sein du bureau de l’Amith Nord, ils dénoncent un manque de transparence dans l’opération de fabrication des 4 millions de masques solidaires (Ph. Adam)

Les démissionnaires vont plus loin et dénoncent la transformation de cette opération de bienfaisance en une opération commerciale, ils vont même jusqu’à accuser, sur un ton très vague et sans nommer personne certains responsables de délits d’initiés.

Contacté au téléphone, Jamal Dine Maimouni, président de l’Amith Nord a confirmé la démis­sion des membres de son bureau, qu’il assure avoir reçu par what­sApp mais n’a pas voulu s’expri­mer sur le fond. De son côté, Omar Moro, président de la Chambre de commerce a assuré que son institu­tion, s’était limitée à accompagner l’initiative qui paraissait louable et à lui donner un caractère formel, la fabrication et la distribution des masques solidaires étant du ressort de l’Amith-Nord.

Selon d’autres sources, la raison du problème est dans l’attribution des quotas pour la fabrication de masques en tissu réutilisable pour l’export que certains responsables associatifs se seraient accaparés. Ayant eu vent de l’imminence du démarrage des exports, ces respon­sables auraient accéléré la certifi­cation de leurs unités et décroché l’autorisation d’export, alors que le reste des opérateurs de la région attendaient de démarrer les masques solidaires.

Malgré tout, Moro assure que l’opération est loin d’être un échec: Près de deux millions de masques solidaires (d’un coût compris entre 1,50 et 2,50 DH) ont été réellement produits et distribués via les auto­rités.

Selon un textilien, c’est le manque de transparence et la réten­tion d’information qui est visé, alors qu’une certaine retenue était à at­tendre de la part de ces responsables associatifs, surtout en ces moments difficiles pour tout le monde.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc