×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5760 Le 13/05/2020 | Partager

• Crédit conso: Rappel à l’ordre de BAM
Suite à l’enquête de L’Economiste relevant le manque de transparence de certaines offres présentées au guichet des sociétés de crédit à la consommation (L’Economiste N°5750 du 28 avril 2020), Bank Al-Maghrib a, selon nos informations, adressé un courrier aux opérateurs pour un rappel de la loi. Toute publicité de crédit doit mentionner le taux effectif global (TEG). Le calcul de ce dernier doit tenir compte des intérêts proprement dits calculés sur la base du taux contractuel du crédit, des frais, commissions ou toutes autres rémunérations liées à l’octroi du crédit y compris les frais du dossier. Dans bien des cas, l’information sur le coût global du crédit n’est pas toujours lisible.
F.Fa

• Bourse: Les mouvements des grands fonds d’investissement
En plein bain de sang durant le mois de mars (le Masi a chuté de 21%) des fonds de renommée mondiale ont ajusté leur position sur le marché casablancais. Ceci a notamment profité à Attijariwafa bank selon une note de Valoris Securities. Blackrock (6.470 milliards de dollars d’actifs sous gestion) s’est renforcé dans le capital du groupe bancaire tout comme Vanguard (6.200 milliards de dollars d’actifs sous gestion). En revanche, les deux ont légèrement réduit leur exposition sur Maroc Telecom. Blackrock a aussi cédé une partie de ses actions Marsa Maroc au premier trimestre alors que JP Morgan chase & co a doublé sa participation dans le capital de la société de services portuaires. De son côté, Lyxor a réduit sa participation dans Maroc Telecom. En revanche, la société de gestion d’actifs est monté au capital de Marsa Maroc et s’est renforcée dans LafargeHolcim Maroc.
F.Fa

• Le touriste marocain appelé à la rescousse...
A chaque fois que le secteur du tourisme est frappé par une crise, l’on fait systématiquement appel à la solidarité du touriste interne qui sert plutôt de roue de secours.  Mais dès le retour à la normale, ce même touriste marocain est vite relégué au second plan voire ignoré des années plus tard. «Les responsables politiques du tourisme ne se rappellent des bons services du tourisme interne que si la conjoncture internationale est mauvaise », résume un professionnel.  A partir de ce constat, les voyagistes préconisent la « mise en place d’une véritable stratégie dédiée au tourisme interne pour une durée plus ou moins longue». Cette stratégie devra être déclinée avec un plan d’actions «New Wave » et relayée par des offres spéciales pour les  Marocains et les résidents. Des packages attractifs devraient passer à travers une plateforme dédiée et via le circuit des agences de voyages dès l’été prochain. L’enjeu est d’accorder des conditions préférentielles via des segments bien définis.
A.R.

• Le cri d’alerte des propriétaires des cafés et restaurants
Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, les cafés et restaurants ont baissé rideau, avec de grandes pertes du chiffre d’affaires. Aujourd’hui, «les traiteurs, cafés, glaciers et restaurants sont dans une situation alarmante», selon un communiqué de la Confédération marocaine des métiers de bouche. Pour les professionnels du secteur, les charges fixes, particulièrement le loyer, constituent une grande contrainte. D’où l’appel à «l’annulation des loyers des commerces fermés, ainsi que la flexibilité dans l’octroi des crédits Damane oxygène». Les enseignes de restauration plaident également pour une reprise d’activité après le déconfinement, notamment pour les livraisons, drive et ventes à emporter.
M.A.M.

• Novartis fait un don de 120.000 doses de coloroquine
Le groupe pharmaceutique Novartis vient de faire un don de médicaments, au Ministère de la Santé, à travers une quantité importante (120.000 doses) d’hydroxychloroquine afin de soutenir sa lutte contre la pandémie actuelle et contribuer aux traitements des patients marocains atteints du Covid. Le Maroc est l’un des premiers pays au Moyen-Orient et en Afrique à recevoir un don de ce médicament.
A.R.

• JESA contribue au Fonds Covid
JESA contribue à l’élan de solidarité en faveur de la lutte contre le Covid-19. Le groupe d’ingénierie JESA apporte sa contribution financière au Fonds spécial dédié à la lutte contre la pandémie du coronavirus, et participe aux efforts déployés par le Royaume pour contrer la propagation du virus. JESA ne souhaite pas communiquer sur le montant de ce don.
A.R.

Abderrahmane Saaidi n’est plus

abderrahmane-saaidi-060.jpg

Ministre de la privatisation, inventeur des Bons de privatisation, Abderrahmane Saaïdi est mort dans la nuit de lundi 11  au mardi 12 mai. Un temps, il fut placé à la tête de la Samir nouvellement privatisée pour sauver ce qui pouvait l’être. Il fut aussi président de L’Economiste, au démarrage en 1991, fonction qu’il quitta après avoir été nommé ministre. Expert-comptable et commissaire aux comptes de formation, il a créé un cabinet réputé, dont la clientèle comptait les fleurons de l’économie marocaine. Sa contribution la plus importante au développement du pays restera la transformation des professions, rôles et impacts de comptables, experts comptables et commissaires aux comptes, dans les années 1980-90. Avec les grands professionnels de la place, il a considérablement fait avancer le droit des affaires et le droit fiscal, lors des grandes réformes des années 1990. Son cabinet, situé Place Maréchal à Casablanca est dirigé depuis quelque temps déjà par sa fille Baha. Il a aussi fondé la Galerie Memoart, une des plus importantes salles de ventes aux enchères du Maroc. Le Groupe Eco-Médias dont il a été partenaire lors de sa création présente ses condoléances à sa famille.

• Des cours d’anglais pour les enseignants
Le ministère de l’Education nationale prévoit d’organiser des formations pour les enseignants durant l’été en anglais et technologie, en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis. Ils apprendront à utiliser les nouvelles technologies dans l’enseignement de l’anglais, selon le ministre délégué en charge de l’Enseignement supérieur, Driss Ouaouicha, et pourront à leur tour former d’autres enseignants. L’idée est d’utiliser la technologie comme levier pour donner une chance à un maximum d’élèves et étudiants d’améliorer leur niveau dans la langue de Shakespeare.
A.Na  

• Inwi: Un webinaire sur le télétravail et la cybersécurité
L’opérateur télécoms Inwi organise le 19 mai un Webinaire autour de «la cybersécurité des utilisateurs a l’heure  du télétravail ». L’événement sera marqué par l’intervention de Philippe Humeau, expert en sécurité informatique. Il est aussi codesigner de Cerberhost, solution de haute sécurité de NBS System.
A.R.

• Casanearshore Park: Dell renouvelle son bail pour 6 ans
Au début du mois de mai, le géant de l’informatique américain Dell a conclu avec Medz, filiale de CDG Développement, un nouvel accord pour le renouvellement du bail de son site à Casanearshore Park. Ce site, classé par Dell comme «Centre d’excellence», compte actuellement plus de 2.000 salariés sur une superficie de 20.000 m² et propose des prestations de services à des clients présents dans 35 pays en 7 langues différentes. Cet accord porte sur une nouvelle période ferme de 6 ans ainsi qu’une extension de l’activité, avec une capacité supplémentaire de plus de 15%.
A.E.

• La Forêt Maâmora attaquée par un insecte défoliateur
Selon les Eaux et Forêts, plus de 15.000 ha de forêts de chêne-liège dans la région de Rabat-Salé-Kénitra ont connu une attaque phytosanitaire exceptionnelle par le ravageur Bombyx disparate (Lymantria dispar). Face au contexte du Covid-19 marqué par des restrictions liées à l’usage des aéronefs, les traitements ont connu un retard, malgré les mesures habituelles mises en place par le Département des Eaux et Forêts et l’ONSSA pour identifier les zones infestées, et définir le programme de lutte approprié. Actuellement, les traitements se poursuivent dans plusieurs zones après l’obtention des autorisations dérogatoires.
A.R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc