×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Crise sanitaire d’urgence: Comment les villes s’adaptent

Par L'Economiste | Edition N°:5730 Le 31/03/2020 | Partager
Continuité du service public, mesures de distanciation, inter­diction de rouler à deux sur une moto
Les communes redoublent de vigilance et mettent en place de nouvelles mesures
Le e-gov, ça marche!

Chaque ville a peut-être sa par­ticularité, mais toutes sont obligées de mettre en place des mesures facilitant le service aux citoyens et garantissant leur­protection. Dans la plupart des villes, les communes assurent un service public sans relâche pour toutes autorisations ou services de base, 24h/24. Certaines, lorsque les conditions sont réunies ont procédé à la dématérialisation des ser­vices, d’autres au mode visio-conférence.

A Marrakech et Tanger, les actions en matière de désinfection et de réglementa­tion des marchés se poursuivaient.

■ Les services e-gov s’accé­lèrent à Fès
A l’heure du confinement, la com­mune de Fès veut accélérer la déma­térialisation des services publics. Pre­mière action dans ce processus, le lancement, vendredi dernier, du service communal à distance. Accessible sur le site «www.fes.ma», ce nouveau service du «bureau d’ordre numérique» per­met de déposer les demandes d’autori­sations ou de documents (extrait d’acte de naissance…) via un accès simplifié basé sur l’introduction des données du demandeur et l’objet de sa demande. En outre, la commune offre à ses 3.000 fonctionnaires la possibilité du retrait des attestations de travail et de salaire en ligne. A ce titre, les dirigeants de la ville sont persuadés que l’utilisation accrue des nouvelles technologies offre une meilleure performance à moindre coût. Rappelons enfin que Fès est pion­nière en termes de vidéosurveillance et de développement des systèmes e-gov (extrait d’acte de naissance…). Pour ce dernier, elle en a même reçu, grâce au partenariat avec l’Université Al Akhawayn, des titres de mérite natio­naux et internationaux. Y.S.A

■ Rabat: L'agence urbaine en mode visio-conférence
Dans le cadre des mesures de pré­caution et de prévention visant à limiter la propagation du Coronavirus (Covid 19) et afin d’assurer la continuité du service public, l’agence urbaine de Ra­bat-Salé a adopté pour le mode visio-commissions pour la gestion des auto­risations de construire et de lotir. Cette plateforme qui a été mise à la disposi­tion des partenaires de l’agence depuis le 19 mars dernier, permet non seule­ment la tenue à distance des réunions, mais elle offre, aussi la visualisation à temps réel de toutes les pièces des dos­siers scannés, la saisie des remarques et l’établissement des procès-verbaux par tous les membres de la commission réunie. A noter que l’agence continue à assurer l’affichage des avis sur son site web et l’envoi de SMS pour notifi­cation desdits avis.

■ Oujda: Services adminis­tratifs assurés
L’essentiel des services adminis­tratifs est assuré par des équipes de permanence dans toutes les adminis­trations territoriales qui assurent une permanence 7/7 jours de 8 à 15 heures. Idem pour les 20 arrondissements de la ville. En matière d’organisation interne, la commune urbaine d’Oujda mobilise 300 fonctionnaires sur un total de 1.800 pour délivrer différentes sortes d’auto­risations et assurer les services de base. C’est le cas pour le bureau communal d’hygiène, service des travaux et ser­vice de l’éclairage public. Ces agents travaillent 24/24 h. A.K.

■  Tanger se concentre sur les services essentiels
La Commune de Tanger, comme le reste des préfectures de Tanger-Té­touan-Al Hoceima est actuellement pleinement tournée vers la stérilisa­tion et le nettoyage des espaces publics, une occupation qui mobilise une bonne partie de ses ressources. D’ailleurs, elle vient de signer une mobilisation de ses fonds pour financer les achats de matériel de stérilisation pour faire face à la pandémie de Covid-19. La com­mune suit de très près les prix de vente des fruits et légumes au marché de gros de la ville dans le but d’éviter toute montée de prix frauduleuse des fruits. Elle procède pour cela à la publication quotidienne des prix constatés sur son site web.
A.A.

                                                                                

Marrakech réorganise ses marchés

marrakech-marche-030.jpg
marrakech-marche-2-030.jpg

Les autorités locales de Marrakech ont pris des mesures pour réorganiser les marchés pilotes de fruits et de légumes dans le cadre de la lutte contre le virus Covid 19 avec des carrés séparés de plusieurs mètres. De même que les agents d’autorité sont déployés à l’entrée des grandes surfaces pour veiller au respect des mesures de distanciation. Enfin concernant la mobilité, les propriétaires de motos sont désormais interdits de prendre un passager de plus. La propagation du coronavirus a incité la wilaya de Marrakech/Safi à prendre cette décision comme mesure de lutte contre le Covid 19, sachant que la ville compte plus de 200.000 mobylettes. Cette mesure d’interdiction concerne également les triporteurs.

B.B

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc