×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Entreprises

Maghreb Steel maintient sa production

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5730 Le 31/03/2020 | Partager
Malgré des livraisons en baisse
Un stock de sécurité en matières premières de 6 semaines
Le détail du plan de continui­té d’activité
maghreb-steel-030.jpg
Maghreb Steel a initié des actions de communication en interne pour sensibiliser ses salariés afin de limiter les risques de contamination et de propagation du virus (Ph. MS)

Maghreb Steel a anticipé de quelques jours l’annonce de l’état d’urgence sanitaire. «Nous avions bien entendu préparé un plan de continuité de l’activité dont nous avons renforcé le déploiement à cette annonce», confie Hatim Senhaji, DG de Maghreb Steel. Un comité de direction a été tenu en télé­conférence dès dimanche 15 mars pour déterminer un certain nombre de mesures dont la mise en oeuvre a démarré lundi 16 mars.

Parmi elles, des mesures strictes d’hygiène, l’imposition du télétravail aux salariés, dont la présence n’est pas indis­pensable, et aux personnes vulnérables, la limitation des effectifs considérés in­dispensables, la fermeture des cantines, des salles de sports et mosquées, la désac­tivation de l’ascenseur et des distributeurs automatiques, des actions de sensibilisa­tion sur le terrain par les équipes médi­cales, la désinfection systématique des postes de travail par des prestataires cer­tifiés, des pupitres et des espaces confi­nés, l’utilisation des bus de transport du personnel à un maximum de 50% de leur capacité, le traçage de la distance de sé­curité sur le sol aux entrées et sorties… Le télétravail a été imposé pour certains postes administratifs (achats, finance, commercial, SI, ressources humaines…).

«Pour le moment, nous nous en te­nons à notre plan de marche et aux plan­nings de production que nous avions éta­blis avant le déclenchement de la crise», poursuit Hatim Senhaji. Le sidérurgiste marocain a un stock de sécurité de ma­tière première et de gros consommables assurant une autonomie de 6 semaines. «Bien sûr, si la situation perdure et que nous constatons, sur la durée, une baisse importante de nos livrai­sons, nous ajusterons en temps voulu».

Bien évi­demment, la sidérurgie est une industrie lourde dont les process sont assez complexes. Les arrêts et démarrages de la production doivent être planifiés à l’avance, car si les arrêts ont un coût, la reprise de la production l’a aussi. Il faut gérer les stocks, les approvisionnements en énergie, la composition des équipes ... «Nous sommes dans une situa­tion inédite. Nous sau­rons nous adapter, agile­ment, aux changements, mais nous devrons le faire de façon respon­sable et réfléchie», as­sure le top management.

Par ailleurs, Ma­ghreb Steel a décidé de maintenir, jusqu’à nouvel ordre, le salaire de l’ensemble de son personnel. «Nous por­tons une attention par­ticulière au maintien d’une situation sociale stable. Nous avons, par exemple, avancé le rè­glement des salaires du mois de mars afin que nos employés puissent être en mesure de faire face aux besoins engen­drés par cette situation particulière», sou­tient Senhaji.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc