×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Export: Ces entreprises en service à Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5729 Le 30/03/2020 | Partager
Il s’agit principalement des fabricants de conserves d’olives et de câpres
Des mesures draconiennes pour protéger les travailleurs sur les sites
Siti, le conditionneur de thé ferme pour une semaine
export-farmaco-029.jpg

Les usines de conserve d’olives continuent de travailler. La demande en Europe est importante sur leur produit. Toutes les unités qui respectent de strictes mesures d’hygiène et sont certifiées ont renforcé leur dispositif (Ph. Framaco)

En pleine crise sanitaire, alors que presque tous les secteurs économiques à Marrakech sont en mode fermeture, quelques industries n’ont pas arrêté le travail. Il s’agit des unités d’agroalimentaire dont les produits sont destinés à l’export.

En raison de quelques dysfonctionnements dans les chaînes d’approvisionnement en Europe, la demande sur les fruits et légumes du Maroc serait même en hausse.

«Pour l’instant et tant que le transport de marchandises fonctionne, on continue de produire», indique la Ficopam. L’avantage est que ces usines agroalimentaires respectent déjà des normes sanitaires très élevées, avec le port systématique d’équipements de protection individuelle (masques, calottes, blouses, gants), et auxquelles a été rajouté le respect des gestes barrières.

D’abord, la prise de température des ouvriers chaque jour avant d’accéder au site, la distanciation physique entre les travailleurs. Plus deux mètres séparent les ouvriers, une désinfection du matériel du travail et des lieux plusieurs fois par jour.  «On essaye de rassurer et surtout sensibiliser les travailleurs sur le site», indique ce patron d’une usine à Marrakech.

A noter que la cité ocre compte 5 unités agroalimentaires et 3 autres dans les régions dont les produits sont destinés à l’export. Ils emploient plus de 2.000 personnes. Face à la propagation du coronavirus, et pour protéger encore plus les travailleurs, les industriels ont renforcé leur dispositif de transport du personnel. Certains ont fait appel à des prestataires qui étaient employés par les hôtels… Reste que ces unités fonctionnent en stress permanent.

«Pour l’instant, nous avons nos stocks d’emballages, mais notre activité dépend par exemple du carton, des tourneurs, des pièces détachées… Nous allons fonctionner en mode dégradé et agile et espérons que nos travailleurs respectent chez eux les gestes barrières», souligne le DG d’une unité de conserve d’olives. Car, c’est bien là l’enjeu pour maintenir l’activité. Si un seul travailleur est détecté positif, c’est toute l’unité qui va fermer.

A noter que c’est dans la région de Marrakech que se concentrent le plus gros nombre de transformateurs  de conserve. Dans le détail, le secteur agro-industriel exportateur à Marrakech est tiré principalement par des unités de conserve d’olives, de câpres et de cornichons.

Malgré leur petit nombre, les unités d’olives réalisent 70% de l’export des conserves d’olives au niveau national. De son côté, le conditionneur de Thé et Infusions, Société impériale des thés et infusions qui emploie près de 2.000 personnes, va suspendre une grande partie de ses activités pour une semaine, le temps de voir l’évolution de la situation.  Son personnel sera mis en congé payé.

Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc