×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Coronavirus - Un masque filtrant l’air contaminé 100% marocain

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5729 Le 30/03/2020 | Partager
Une invention de chercheurs de la Fondation de R&D prési­dée par André Azoulay
Un brevet déposé, et deux nou­veaux prototypes bientôt mis dans le circuit
Des discussions en cours pour industrialiser la production

De l’ingéniosité, les chercheurs marocains n’en manquent pas… Pourvu qu’ils accèdent à un environnement de travail adéquat, à des ressources finan­cières suffisantes et à un système de valo­risation des résultats de leurs recherches. Car il ne suffit pas d’inventer, il faut aussi pouvoir rentabiliser ses trouvailles.

A la Fondation de R&D et d’innova­tion en sciences de l’ingénieur (FRDISI), présidée par le conseiller du Roi, André Azoulay, une équipe de chercheurs, à leur tête Hicham Medromi, directeur, vient de mettre au point un «dispositif médi­cal de respiration avec haute protection». Il s’agit d’un masque filtrant l’air expiré par les malades testés positifs à un virus, permettant ainsi de protéger leur environ­nement immédiat.

Et c’est justement là sa particularité, par rapport à ce qui existe déjà sur le marché. «Actuellement, il n’existe pas de système respiratoire per­mettant à la fois de filtrer l’air expiré à 100% pour éviter la contamination, et de préserver la fluidité et le volume d’air ins­piré, malgré la présence du masque sur le visage», peut-on lire sur la fiche tech­nique.

Dès la déclaration de la pandémie du Covid-19, la Fondation a souhaité appor­ter sa contribution, en accélérant son pro­jet d’un produit pouvant servir à la fois à la protection du personnel soignant, et de l’entourage des personnes contaminées. Un brevet d’invention a été déposé jeudi 26 mars à l’Ompic.

Le masque, validé par Mohamed Farik, un médecin militaire, contient un filtre jetable pouvant durer une semaine. Le masque coûte environ 60 DH, contre 30 DH pour le filtre. La Fondation peut en fabriquer jusqu’à 150 par semaine. Pour produire à grande échelle, il faudra s’allier à un industriel. Des discussions sont en cours pour mettre le produit rapi­dement sur le marché.

Deux autres projets de masques sont en gestation. Le premier, dont le pro­cessus de dépôt de brevet est enclenché, permet de faciliter l’arrivée de l’air dans les poumons. Le deuxième est un modèle pouvant être utilisé en réanimation. «Nous avons pu construire des pièces grâce à nos machines 3D. Mais il en manque d’autres pour finaliser le prototype.

C’est dur dans ce contexte où tous les commerces sont fermés», regrette Medromi. A l’heure où la R&D pourrait apporter des solutions concrètes à des problématiques majeures, elle se retrouve aussi bloquée à cause du Covid-19. La Fondation a pu compter sur le soutien des autorités locales pour sim­plifier l’acquisition de certaines pièces. Mais tout n’est pas toujours évident.

Un canal «intelligent» d’inspiration

masque-filtrant-marocins-029.jpg

Le prototype du masque développé par la Fondation est doté de sangles de maintien per­mettant d’engager le nez et la bouche de l’utilisa­teur de façon étanche. Il comporte un canal intel­ligent d’inspiration pour préserver le volume d’air nécessaire, ainsi qu’un deuxième d’expiration de l’air, comprenant à son bout un filtre d’air jetable.
Ce dernier permet la récupération des germes émis par les voies respi­ratoires, évitant ainsi toute contamination de l’air ambiant. Le filtre est réglable selon la dis­tance entre le porteur du masque et ses interlocuteurs. Le dispositif peut être réutilisé après désinfection.

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc