×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fonds Covid-19: Les propositions des députés

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5723 Le 20/03/2020 | Partager
Un mémorandum adressé au chef du gouvernement
Augmenter l’offre sanitaire en matériel de respiration artificielle
Le maintien de l’emploi comme un devoir national

Les députés de la Commission des Finances de la Chambre des représentants ont élaboré un mémorandum qu’ils ont adressé au chef du gouvernement. Une cinquantaine de propositions  au sujet des mesures à prendre dans le cadre du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus, Covid-19. Les unes ont trait à la mise à niveau du système de la santé, les autres au soutien à l’économie nationale et la protection de l’emploi.

A cela s’ajoute l’allègement de l’impact du coronavirus sur le plan social. Ce travail a été effectué après la réunion avec Mohamed Benchaâboun qui les a informés sur la création du Fonds, conformément à la loi organique des finances. Comme ils n’ont pas pu en débattre à fond, ils ont préféré coucher leurs suggestions pratiques sous forme de document.

Après avoir salué les efforts du gouvernement en matière de prévention contre la propagation du virus, ils sont entrés dans le vif du sujet, avec une liste d’une cinquantaine de propositions dont celles pour la mise à niveau du système de santé.

■ Renforcement de l'offre saniataire: C’est ainsi qu’ils recommandent le renforcement de l’offre sanitaire, particulièrement l’équipement des hôpitaux avec des appareils de respiration artificielle pour le traitement des victimes de cette pandémie. Une opération d’urgence porte sur les structures d’accueil et la mise en place des équipements et des moyens logistiques dans tous les établissements  de santé, particulièrement dans les centres de santé de proximité. A cela s’ajoute la création des hôpitaux régionaux mobiles dans les zones reculées rurales et montagneuses. En outre, le gouvernement doit augmenter la capacité d’accueil dans les services de réanimation et des maladies respiratoires. Cela va de pair avec la création et l’équipement de laboratoires dans les hôpitaux régionaux et universitaires. Parallèlement à ces actions, il est impératif  d’améliorer les conditions de travail et d’encourager le personnel de la santé, avec la prise en charge de leurs enfants. Cela ne va pas sans le paiement des indemnités de garde et des heures supplémentaires. Dans le même élan, un appel est lancé pour impliquer le secteur privé dans ce combat contre la pandémie. Outre la formation des médecins et du personnel sur les développements de la situation sanitaire, il est important de procéder à la rénovation et l’équipement de l’hôpital Ben Smim, dans la province d’Ifrane, spécialisé dans les maladies respiratoires.

■ Marchés publics A ce niveau, les députés ont recommandé d’activer la disposition des cas de force majeure en matière des marchés publics de l’Etat, des établissements publics et des collectivités territoriales. Annulation des amendes en cas de retard de réalisation des entreprises. Il faudra également stopper l’application des surestaries dans les ports sur les sociétés importatrices.

■ Comités régionaux de vigilance: L'objectif est de pouvoir disposer de la proximité nécessaire du tissu économique. Ils préconisent d’augmenter les montants du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie et de renforcer les tournées de contrôle des prix, particulièrement dans les marchés hebdomadaires sur l’ensemble du territoire. Avec, à la clé, la rigueur nécessaire contre les contrevenants en vue de garantir l’approvisionnement fluide des marchés et la stabilité des prix.

■ Soutien financier à la Fondation Mohammed V de solidarité: Cela pour l’accompagnement des catégories vulnérables compte tenu de son expérience et son expertise dans ce domaine. Idem pour l’Entraide nationale en vue d’augmenter l’efficacité des aides à ces catégories.

■ Aide aux citoyens et aux familles victimes dans le secteur organisé: Il s’agit de pousser les entreprises à maintenir l’emploi en tant que devoir national. Pour la Commission des finances, il est nécessaire de veiller à ce que les patrons continuent à payer les salaires du personnel en dépit de l’arrêt de leurs activités.  Le paiement du salaire de mars doit être obligatoire pour toutes les entreprises organisées ou informelles, notent les députés. Il faudra prévoir des sanctions à l’encontre de celles qui n’auront pas «respecté cette disposition nationale».
Dans cette batterie de mesures sociales, l’appui direct aux catégories fragiles à travers la mise en place d’une indemnisation mensuelle de 2.000 DH pour chaque famille. Des aides doivent également être apportées aux familles victimes du secteur informel comme notamment les serveurs des cafés et les employés des hammams. Parallèlement, un recensement général de tous les auto-entrepreneurs et les employés du secteur informel ayant baissé les rideaux pour leur permettre de bénéficier des aides financières publiques directes, sur la base des renseignements des autorités locales et des organisations professionnelles.

Accent sur les démunis

Les députés réclament l’exonération des familles indigentes du paiement des factures d’eau et d’électricité. Ils préconisent le traitement de la situation des familles fragiles avec la suspension des créances de microcrédit et des traites des crédits logement, particulièrement celles concernant l’habitat social. Autre recommandation: la généralisation de la gratuité de l’internet pour les élèves pour qu’ils puissent poursuivre à distance leurs études. Les cours dans le monde rural ne sont pas oubliés. Ils réclament de doter les familles en équipements pour que leurs enfants puissent suivre les études. L’une des propositions vise à préparer les établissements de protection sociale et les maisons de repos pour abriter les personnes sans domicile fixe, les sans-abris et les enfants des rues.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc