×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Mike Pompeo en tournée diplomatique

    Par L'Economiste | Edition N°:5696 Le 12/02/2020 | Partager
    Le secrétaire d'Etat se rendra en Afrique et au Moyen-Orient

    Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo se rendra en Afrique mi-février pour son premier voyage sur un continent. Les 15 et 16 février, il sera à Dakar pour évoquer avec le président sénégalais Macky Sall un renforcement des relations entre les deux pays en matière de sécurité et d'économie.

    Le 17 février, à Luanda, il rencontrera le président angolais Joao Lourenço pour «réaffirmer le soutien des Etats-Unis aux efforts de l'Angola contre la corruption et en faveur de la démocratisation», a dit la porte-parole de la diplomatie américaine Morgan Ortagus. Il s'entretiendra aussi avec les milieux d'affaires de ce pays pétrolier.

    Enfin, jusqu'au 19 février, le secrétaire d'Etat fera étape à Addis-Abeba, pour rencontrer à la fois le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix pour son rapprochement avec l'Erythrée voisine, et Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'Union africaine dont le siège est dans la capitale éthiopienne.

    L'administration Trump n'a pas fait de l'Afrique une priorité. Le président républicain lui-même ne s'y est pas encore rendu, et avait suscité une polémique en critiquant au début de son mandat certains pays africains. Rex Tillerson, prédécesseur de Mike Pompeo au département d'Etat, avait fait un voyage en Afrique en février 2018. Hasard du calendrier, il avait été limogé dès son retour aux Etats-Unis.

    La tournée de Mike Pompeo le mènera aussi au Moyen-Orient. Il se rendra ainsi à Riyad du 19 au 21 février pour discuter avec les dirigeants saoudiens, proches alliés du gouvernement américain, de la crise avec l'Iran et du conflit au Yémen, mais aussi, selon sa porte-parole, des droits humains. Il passera, avant de regagner Washington, par Oman, pour rencontrer le nouveau sultan Haitham ben Tarek après le décès de son prédécesseur Qabous.

    Avant de démarrer son périple, le chef de la diplomatie américaine entamera le 14 février une visite en Allemagne où il participera à la conférence annuelle de Munich sur la sécurité.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc