×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Conjoncture: L’industrie et les services en forme

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5683 Le 24/01/2020 | Partager
    Les opérateurs anticipent une hausse de la production et des ventes
    Le taux d’utilisation des capacités frôle les 3/4
    secteur-manufacturier-083.jpg

    La valeur ajoutée du secteur manufacturier s’est renforcée de 2,3% au terme des neuf premiers mois de l’année 2019, après une hausse de 3,2% un an auparavant

    En 2019, la croissance a été impactée par la contreperformance des activités agricoles, en particulier la production céréalière. Le même scénario semble se profiler, avec le retard des pluies enregistré jusqu’à fin décembre dernier. Toutefois, la plupart des branches du secteur industriel affiche une dynamique favorable. La même tendance est également observée pour les services, constate la dernière livraison de la Direction des études du ministère des Finances.

    Pour le secteur manufacturier, les chefs d’entreprise s’attendent à une hausse de production sur les deux premiers mois de l’année. Il en est de même pour les ventes. Ceci, pour la plupart des branches. A l’exception de la chimie et parachimie où les industriels anticipent une stagnation de la production et de la mécanique et métallurgie où ils avancent une stagnation des ventes.

    L’optimisme des opérateurs fait suite aux résultats du 3e trimestre 2019 marqué par une croissance de la valeur ajoutée de 2,3% du secteur après une hausse de 3,2% sur l’année 2018.

    Toutefois, la tendance est à nuancer, selon les résultats de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib. Ces derniers font état d’un reflux, en glissement mensuel, de la production et des ventes durant le mois de novembre 2019. Le retrait des ventes aurait concerné principalement le marché local.

    En revanche, une amélioration est relevée au niveau du taux d’utilisation de la capacité de production (TUC) de 1 point comparativement au mois de novembre 2018, à 74%. Cette augmentation aurait découlé, notamment, d’une progression de 3 points dans les industries mécaniques et métallurgiques et de textile et cuir et de 2 points parmi les industries chimiques et para-chimiques, allégée par un retrait de 1 point dans les industries de l’agro-alimentaire.

    Concernant les échanges commerciaux avec l’extérieur, le secteur manufacturier a poursuivi sa dynamique favorable au terme des onze premiers mois de 2019.  Particulièrement, en ce qui concerne l’industrie automobile dont l’export a progressé de 5,4%. De son côté, l’aéronautique a bondi de 7,7%, alors que la chimie et para-chimie a marqué une légère hausse de 0,7%.

    Dans le secteur des services, l’activité du tourisme reste bien orientée. Le nombre des arrivées, à fin août 2019,  s’est accru de 6,4% à 9,3 millions. Ceci, après un bond de 7,8% à la même période de 2018. L’embellie découle, essentiellement, des arrivées des touristes étrangers (8,7%, après 14,4%). Pour ce qui est des nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés, leur volume s’est renforcé de 5,3% à fin août 2019, après 9% un an auparavant.

    tourisme-083.jpg

     Pour le quatrième trimestre 2019, les perspectives d’évolution s’annonçaient déjà favorables. Elles sont en ligne avec la consolidation des recettes touristiques. De même, la valeur ajoutée maintient sa progression à 4,7% au terme du 3e trimestre 2019

    Pour le quatrième trimestre 2019, les perspectives d’évolution s’annonçaient favorables, en ligne avec une consolidation des recettes touristiques au cours des deux premiers mois du 3e  trimestre 2019: 13,3%. Et à fin novembre de l’année écoulée, la progression s’est établie à  7,5%.

    Parallèlement, l’activité hôtels et restauration a maintenu sa dynamique lors du 3e trimestre 2019, avec une croissance de la valeur ajoutée de 4,7%, après une hausse du même niveau au 2e trimestre pour se situer à 4,3% à fin septembre 2019.

    Le même constat est également valable pour le secteur des postes et télécommunications. Sa valeur ajoutée a crû de 1,9% au 3e trimestre 2019, après 1,5% au deuxième trimestre et 2,3%, trois mois avant. En moyenne sur les neuf premiers mois de 2019, la valeur ajoutée du secteur s’est inscrite en hausse de 1,9%, après une progression de 3% un an plus tôt.

    La dynamique enregistrée à fin septembre 2019 découle de l’accroissement du parc de la téléphonie mobile de 3,2% à 47,5 millions d’abonnés, après 4,7% il y a une année, parallèlement à un taux de pénétration de 133,5% (soit le plus élevé jusqu’à présent).

    De son côté, le parc d’Internet s’est accru de 9% (après 6,5%), à 26,2 millions d’abonnés, pour atteindre un taux de pénétration de 73,6%.

    L’aérien maintient l’envol 

    L’activité du transport aérien maintient son élan, en consolidant le nombre de passagers accueillis dans les aéroports: 11,8% à fin octobre 2019, contre une hausse de 10,2% un an plus tôt. Pour le trafic du fret aérien, il s’est amélioré de 8,6% au terme de la même période, après 8% en 2018.
    A noter qu’au 26 décembre 2019, l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, premier aéroport au Maroc en termes de trafic de passagers, a franchi pour la première fois le cap de 10 millions de voyageurs accueillis dans ses locaux. Alors que celui d’Agadir Al Massira, 3e  aéroport, a franchi le cap de 2 millions de passagers au 31 décembre 2019.

    A.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc