×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Rabat double sa capacité en hôtels 5 étoiles

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5674 Le 13/01/2020 | Partager
Pour les autres gammes, une centaine de projets sont en cours ou prévus dans la région
En termes de nuitées, les touristes chinois réalisent une forte évolution
Digitalisation et animation, les chantiers à attaquer pour valoriser la destination
rabat-hotel-074.jpg

En 2020, il est prévu l’ouverture de trois hôtels 5 étoiles d’une capacité totale dépassant les 900 lits, ce qui va permettre de doubler la capacité actuelle de cette gamme d’établissements

Rabat a de grandes ambitions touristiques. En effet, la capitale administrative, pourvue d’un riche patrimoine historique et culturel, veut désormais se positionner comme une destination de tourisme de séjour et non de passage comme auparavant.

La capitale du Royaume est actuellement sur le bon chemin pour relever ce challenge. Depuis quelques années, de nombreux projets structurants ont vu le jour, permettant à la ville de prétendre à un statut touristique de qualité. Parmi eux, le programme Rabat ville lumière (2014-2018) qui a permis la mise à niveau urbaine de la capitale et le renforcement notamment de ses infrastructures socioculturelles.

Un travail similaire est mené sur le plan touristique visant la promotion de la destination Rabat et sa région. La dernière assemblée générale du Conseil régional du tourisme (CRT) de la région Rabat-Salé-Kénitra (R.S.K) a permis de faire le point sur l’avancement de ce chantier, à commencer par le renforcement des infrastructures hôtelières.

«Depuis quelques années, la capacité d’accueil de notre région est en progression constante et cette année, nous allons doubler l’offre en hôtels 5 étoiles», indique Hassan Bargach, président du CRT. «En 2020, il est prévu l’ouverture de trois établissements hôteliers appartenant à des enseignes de renommée mondiale», précise-t-il.

Il s’agit du Fairmont à la marina de Salé, l’hôtel Ritz Carlton à Rabat et le Marriott au sein du complexe commercial Aribat Center, ouvert dernièrement au public. D’un investissement global de plus de 1,5 milliard de DH, ces trois projets portent sur une capacité totale dépassant les 900 lits, proche de la capacité actuelle des hôtels de 5 étoiles (voir tableau).

Une capacité qui va se renforcer davantage durant les prochaines années avec l’ouverture d’autres établissements dont deux situés au niveau de la corniche de Rabat. «L’arrivée de grands opérateurs mondiaux du secteur du tourisme, qui mobilisent de gros investissements, est un signe de confiance envers la destination», se réjouit le président du CRT.

L’effort ne devrait pas se focaliser uniquement sur les hôtels 5 étoiles, Près d’une centaine de projets sont en chantier ou programmés au niveau des différentes villes de la région, réplique une source de la délégation régionale du tourisme. Certes, le renforcement des infrastructures hôtelières est nécessaire, mais reste insuffisant pour développer une destination touristique de choix, relève un autre membre du CRT.

Pour rappel, indique Bargach, une stratégie digitale a été lancée en 2018 pour donner une plus grande visibilité à Rabat et sa région. Parmi les outils de promotion, une application mobile géo localisée «VisitRabat», un site internet nouvelle génération (www.visitrabat.com) et la réalisation d’un film promotionnel sur la région avec six capsules thématiques.

Le CRT a aussi investi les réseaux sociaux avec actuellement plus 130.000 visiteurs sur Faceboook et près de 24.000 sur Instagram, est-il précisé. En dépit de ces efforts des pouvoirs publics en matière d’infrastructures, beaucoup de travail reste à faire sur le volet animation, recommande le président d’une association. «Il est inconcevable que dans une belle ville comme Rabat avec un patrimoine riche et diversifié, le centre et les avenues soient désertés à la tombée de la nuit», regrette-t-il.

«On visite un pays parce que son peuple investit son territoire, ce qui permet aux habitants de contribuer à l’animation de leurs villes», souligne le président de l’association qui ne manque pas de s’attarder sur les écueils à régler au niveau des anciennes médinas de Rabat et Salé. Des problèmes récurrent dans toutes les villes: sécurité, signalisation, collecte des déchets, transport…

Un million de nuitées en 2019

Selon l’évolution des statistiques disponibles, Rabat et sa région pourraient boucler l’année avec un million de nuitées. Ainsi, à fin octobre 2019, il a été réalisé 816.590 nuitées, soit un accroissement de 4% par rapport à la même période de 2018. Les Français, toujours en tête (93.014 touristes), mais en stagnation par rapport à 2018. Des baisses sont enregistrées pour les touristes italiens (-21%) et espagnols (-12%). Une partie de ces pertes enregistrées au niveau des clients traditionnels a été compensée par l’arrivée de touristes chinois. Leur nombre de nuitées, à fin octobre dernier, s’élève à 33.462, soit un accroissement de 15% par rapport à la même période de 2018. Toujours dans cette dynamique, il faut rappeler que l’aéroport de Rabat-Salé a atteint un million de passagers le 17 décembre dernier.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc