×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Bourse: Dix ans en dents de scie

Par Franck FAGNON | Edition N°:5673 Le 10/01/2020 | Partager
Hors dividende, le Masi s'est apprécié de 16,5%
Seulement 13 IPO sur les dix dernières années
L'activité concentrée autour d'une dizaine de valeurs
bourse-73.jpg

En regardant dans le rétroviseur, la décennie 2010 a été plutôt mitigée. La physionomie du marché a changé, mais pas forcément dans le sens souhaité puisque l'activité est aujourd'hui concentrée sur une dizaine de valeurs

Le Masi a gagné 7,11% en 2019. C'est à peu près la seule bonne nouvelle de ce millésime. Les transactions quotidiennes ont baissé à 127 millions de DH. Surtout, le marché a bouclé une nouvelle année vierge en termes d'introduction en Bourse.

Le travail de l'Autorité des marchés et l'adoption du règlement de la Bourse créent de l'espoir quant à l'amélioration de l'offre du marché et au renforcement de la confiance des investisseurs. Mais les différents chantiers énoncés restent à concrétiser. Clairement, la réforme de la Bourse ne figurait pas parmi les dossiers les plus urgents, ce qui a desservi le marché.

«Le développement du marché n'est pas seulement une affaire de texte. Tous les acteurs doivent y participer. Il serait pertinent de s'interroger sur les raisons pour lesquelles certains instruments se développent alors que d'autres n'intéressent pas grand monde. Tous les instruments qui répondent à un besoin précis se développent très rapidement. Dans certaines économies, la réglementation suit l'innovation. Les opérateurs doivent innover, après, la réglementation pourra suivre», relève un professionnel. L'arsenal des instruments existants est en train d'être étoffé, mais il faudra accélérer la cadence.

En regardant dans le rétroviseur, la décennie 2010 a été plutôt mitigée. La physionomie du marché a changé, mais pas forcément dans le sens souhaité puisque l'activité est aujourd'hui concentrée sur une poignée de valeurs. En 2019, Maroc Telecom, Attijariwafa bank et BCP ont drainé près de la moitié (48%) des échanges. Plus de 3/4 des transactions sont concentrées sur une dizaine de valeurs.

Par ailleurs, la performance du Masi sur la décennie écoulée reste relativement modeste. Hors dividende, l'indice s'est apprécié de 16,5%, dix fois moins vite que la période précédente (2000-2009). Cette période a été aussi marquée par la rétrogradation des valeurs marocaines du MSCI Emerging Markets vers le MSCI Frontier Markets. Par ailleurs, le marché n'arrive plus à attirer de nouvelles entreprises. Seulement 13 sociétés ont franchi le pas de la cote sur les dix dernières années.

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc