×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Exonération d’IS: Les exportateurs jouent les prolongations

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5672 Le 09/01/2020 | Partager
    Des centaines de sociétés créées dans les dernières semaines de 2019
    Enjeu: Bénéficier de l’exonération quinquennale de l’IS
    Les chiffres de l’Ompic confirment la tendance
    bareme-is-072.jpg

    Le taux de 20% (au lieu de 17,5%) s’applique à la tranche dont le montant du bénéfice net est supérieur à 1 million de DH pour les exportateurs. Le taux de 15% (au lieu de 8,75%) est appliqué aux sociétés qui exercent dans les zones d’accélération industrielle après la période d’exonération de cinq ans. Il s’applique également aux sociétés de services ayant le statut CFC après la période d’exonération quinquennale

    Dès la confirmation de la suppression de l’exonération quinquennale de l’IS au profit des exportateurs, plusieurs opérateurs se sont empressés de créer une nouvelle société avant la fin de l’année 2019. L’objectif était de continuer à bénéficier de l’incitation fiscale. Si bien que l’Ompic a enregistré une affluence inhabituelle de demandes de certificats négatifs.

    Selon les chiffres obtenus auprès de l’Office, le mois de décembre 2019 a connu la création de 8.412 nouvelles structures contre 7.120 au cours du mois précédent. Un expert-comptable explique ce regain, notamment par la réactivation des dossiers longtemps bloqués aux CRI. D’autres professionnels l’attribuent aux créations de sociétés dans le but de profiter de l’exonération quinquennale de l’IS aux entreprises exportatrices. La loi n’ayant pas d’effet rétroactif.

    Les professionnels contactés confirment avoir plusieurs clients ayant recours à ce subterfuge, «qui ne doit pas être considéré comme de la fraude», ironise un expert-comptable, qui reconnaît que le fait d’être totalement exonéré de l’IS pendant cinq ans est un enjeu de taille». Un délai de grâce dont profitent certains investisseurs pour réduire leurs dettes, par exemple.

    Mais le fait de créer une société en 2019 ne suffit pas pour profiter de l’exonération quinquennale de l’impôt sur les sociétés. Les articles 6-I-B-1 et 31-I-B-1 du code général des impôts 2019 précisent que ce n’est qu’à partir de la réalisation de la première opération d’exportation que ce délai commence à courir. Ce qui veut dire que les sociétés créées au cours des derniers jours de 2019 doivent avoir réalisé au moins une exportation avant le 1er janvier 2020 et ce, quel qu’en soit le montant.

    Une disposition qui ne semble pas aussi claire qu’elle n’y paraît. En effet, l’expédition à l’étranger d’échantillons payants, par exemple, peut-elle être assimilée à une première exportation? De nombreux conseils ont suggéré à leurs clients de réaliser une exportation même d’une petite quantité de marchandises pour prétendre au statut d’exportateur et bénéficier de l’exonération quinquennale de l’IS.

    Les démarches suivant cette opération portent sur le rapatriement des devises. L’Instruction générale de l’Office des changes fixe à 150 jours l’échéance pour le rapatriement des devises dans le cas des exportations de biens et à 90 jours pour les prestations de services.

    Quand il s’agit d’exportations de marchandises, la justification ne pose pas de problème parce qu’elle donne lieu  à une sortie de produits constatée par les services de la douane. Mais quand il est question d’exportations de services (une consultation verbale, par exemple), les choses se compliquent.

    «C’est le type d’exportation qui reste le plus difficile à justifier et à contrôler car il n’est pas matérialisé par un produit physique. L’opération peut porter, par exemple, sur une consultation de haut niveau par vidéoconférence, facturée à 100.000 DH, par exemple. Il peut également s’agir d’une étude sur certaines dispositions fiscales, imprimée et envoyée à l’étranger par poste. Autant d’opérations immatérielles et difficiles à justifier», explique un expert-comptable.

    Cette zone grise dans la législation pourrait bien donner lieu à des contentieux en cas de contrôle fiscal. En cas de litige, la charge de la preuve revient à l’administration. C’est donc à elle de prouver que le service n’a pas été rendu dans les délais déclarés. L’autre subtilité du régime fiscal de l’export concerne la date de facturation. Bien que l’opération ait lieu en 2019, celle-ci peut être datée de 2020 et intégrée dans le chiffre d’affaires de 2019.

    Le nouveau régime de l’export

    La loi de finances 2020 a été marquée par la suppression des incitations fiscales accordées à l’export en raison de la pression de l’UE. Ainsi, l’exonération de l’IS pendant cinq ans est réservée aux sociétés installées dans les zones d’accélération industrielle (ex-zones franches) et celles ayant le statut CFC. Au terme de ce délai, ces sociétés seront taxées à 15% d’IS. A signaler que ce taux ne s’appliquera qu’aux sociétés qui s’implanteront en zones d’accélération industrielle ou obtenant le statut CFC à compter du 1er janvier 2020.
    Il convient de préciser également que les sociétés implantées dans les anciennes zones franches d’exportation et qui étaient taxées à 8,75% verront leur tarif d’imposition passer à 15% à l’expiration du délai d’imposition à taux réduit (20 exercices après cinq ans d’exonération).

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc